Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2014

Sur le grand tournant actuel du gaullisme (Jean Parvulesco)

 

Jean Parvulesco, La confirmation boréale, Sur le grand tournant actuel du gaullisme, pp. 231-233, aux éditions Alexipharmaque

 

Dans Les chênes qu'on abat, Malraux fait dire à de Gaulle : "J'ai tenté de dresser la France contre la fin d'un monde. Ai-je échoué ? D'autres verront plus tard."

 

Joseph de Maistre chez qui l'instruction politico-philosophique de l'histoire se trouvait sans cesse dédoublée par une approche seconde, visionnaire et prophétique, de celle-ci intercepté, saisie sur la spirale même de sa marche en avant, n'avait pas manqué d'entrevoir que, après la consommation de l'immense désastre que la Révolution Française ou soi-disant telle avait représenté pour la civilisation européenne du monde, les temps étaient prêts - les grands temps - pour un mystérieux avènement imprévu, totalement inconcevable; dont l'émergence dans l'histoire mondiale allait devoir en changer totalement le cours, en en renversant le sens et en modifiant, en transfigurant jusqu'à la substance même de son devenir en route, jusqu'à son "visage même".

 

Ainsi, après la fin de l'histoire défaillante, irrémédiablement subvertie, de l'intérieur, par la conspiration révolutionnaire antitraditionnelle ayant abouti à ses fins, et par le travail occulte des puissances invisibles à l’œuvre derrière sa face immédiatement saisissable, Joseph de Maistre annonçait-il donc l'avènement d'un au-delà de l'histoire, d'une histoire transcendantale devant faire suite à l'agonie actuelle de l'histoire de ce monde, un au-delà de l'histoire dont l’inconcevable visage nouveau, et tout autre, s'apprête à présent à émerger des gouffres ontologiques originels".

 

Certains des nôtres savent déjà - mais ne le savaient-ils pas depuis toujours - que le signe fondamental, que le signum magnum de ce changement abyssal de l'histoire de ce monde annoncé par Joseph de Maistre n'est autre que celui de la mise en chantier, à la fois historique et suprahistorique, de cet Imperium Ultimum, condition préliminaire de l'avènement du Regnum Sanctum, que des forces considérables s'utilisent à l'heure actuelle à en préparer les voies, révolutionnaires et impériales, dans le visible et dans l'invisible, dans l'espace intérieur secret de l'histoire où se passent les grandes décisions du destin.

 

Imperium Ultimum que l'on pourra désormais identifier dans le projet révolutionnaire impérial grand-continental et planétaire d'un certain gaullisme transcendantal, occulte, se maintenant très à dessein encore dans l'ombre, le projet de ce que nous autres nous appelons du nom de l'Empire Eurasitaique de la Fin. Un projet dont le "concept absolu" apparaît comme avoir été, et qui restera, jusqu'à la fin, la figure déjà suprahistorique de Charles de Gaulle, à la fois dans sa trajectoire politico-historique propre et dans les dimensions encore inconnues, nocturnes, de sa personnalité cachée et de son "grand dessein" secret, "grand dessein" impérial planétaire en appelant à sa vision mystique du Regnum Sanctum, en qui celui-là trouvera son accomplissement final, son affirmation suprême.

 

Ainsi, définir la notion de "concept absolu" dans l'histoire, c'est ce qui nous permettra d'entamer l'approche en profondeur du ministère révolutionnaire et impérial ultime de Charles de Gaulle, et de par cela même trouver le passage désormais incontournable vers le renouvellement fondamental de la géopolitique, voire de la "géopolitique transcendantale", qui seul peut nous assurer la disposition immédiatement opérationnelle des nouveaux espaces de réflexion en prise directe avec l'histoire mondiale dans ses états actuels, qui sont les états mêmes de sa crise conclusionelle décisive, abruptement située au bord de ses ultimes précipices intérieurs.

 

Tous comme cela s'est déjà vu avec Charles de Gaulle, et avec certains de ses contemporains qu'il ne devrait pas être interdit de nommer, à savoir Adolf Hitler et Joseph Staline, une personnalité accède à l'état de "concept absolu" à partir de l'instant où il lui est donné - demandé - d'incarner, à lui seul, exclusivement, la totalité du front des puissances mobilisées par le destin dans une direction historique, dans une convergence unitaire imprimant d'une manière irrévocable sa marque propre dans le cours de l'histoire en marche. L'état de "concept absolu" implique, fondamentalement, la dépersonnalisation définitive de celui qui se trouve y avoir accédé, son absorption assomptionnelle par ce dont il incarne le plus haut degré de sa représentation active, de concentration figurative à la fois au-dessus et au cœur même du courant historique qui le porte et dont il sera aussi appelé à être le témoin sacrificiel, le témoin prédestiné, le témoin indéfiniment fondationnel.

 

Cependant, ce n'est pas tout que de reconnaître, en Charles de Gaulle, le "concept absolu" du courant historique du gaullisme dans sa double identité, identité politico-historique visible et identité secrète, abyssale, suprahistorique. Aller au fond des choses.

 

On pourrait en effet croire que l'on dispose à l'heure actuelle de tous les éléments pouvant nous amener à une connaissance exhaustive de la personnalité, du cours de la vie privée, de la vie politique de Charles de Gaulle. Cependant, en tant que "concept absolu" de l'histoire - de la "grande histoire" - Charles de Gaulle reste encore un mystère, un mystère impénétrable et qui se refusera jusqu'à la fin à toute tentative de déchiffrement non légitimée par une perspective initiatique et partisane, parce qu'il faut être soi-même secrètement reconnu, admis au sein du courant pour espérer pouvoir trouver, retrouver face à l'autre Charles de Gaulle, face à son identité occulte et nocturne, prohibée, hors d'atteinte, appartenant à l'autre côté de l'histoire, à son côté abyssale suprahistorique. Or cette démarche est loin d'être à la portée de tous. Car il s'agit d'une démarche essentiellement initiatique, probatoire, "au bord de l'abime". suite : Charles de Gaulle, l'homme à contre-courant

 

BnfWtlVIcAAPs08.png

08/12/2014

La multipolarité n'est pas le multilatéralisme (Alexandre Douguine)

 

Alexandre Douguine, Pour une théorie du monde multipolaire, Chap. 1 La multipolarité - définition des concepts utilisés, La multipolarité n'est pas le multilatéralisme, pp. 17-18, aux éditions Ars Magna

 

Un autre modèle de l'ordre mondial, quelque peu éloigné de l'hégémonie états-unienne directe, est celui d'un monde multilatéral (multilatéralisme). Ce concept est très répandu au sein du Parti démocrate états-unien, et, est officiellement conforme à la politique étrangère de l'administration du président Obama. Dans le cadre de débats de politique étrangère états-unienne, cette approche est opposé à l'unipolarité, qui a la préférence des néo-conservateurs.

 

Dans la pratique, le multilatéralisme signifie que les États-Unis ne devraient pas intervenir dans le domaine des relations internationales, que ce soit en impliquant uniquement leurs propres forces, ou bien en donnant mandat à ses alliés et "vassaux" pour se mettre en première ligne. Au contraire, Washington devrait plutôt prendre ne compte la position des autres parties, être capable de les convaincre et débattre leurs solutions dans le cadre d'un dialogue avec eux, et les amener à son côté au moyen d'arguments rationnels et, parfois, sur des propositions de compromis.

 

Dans une telle situation, les États-Unis devraient jouer le rôle de "premier parmi les pairs", plutôt que celui de "dictateur parmi les subordonnés". Cela imposerait à la politique étrangères états-unienne certaine obligations envers leurs alliés dans les politiques mondiales et exigerait le respect d'une stratégie globale. Cette stratégie globale dans ce cas serait la stratégie de l'Occident pour établir la démocratie mondiale, le marché global et la diffusion de l'idéologie des droits de l'homme à l'échelle mondiale. Mais dans ce processus, les États-Unis, qui occupent la position de leader, ne devraient pas assimiler directement leurs intérêts nationaux avec les valeurs "universelles" de la civilisation occidentale, au nom de laquelle ils agissent.

 

Dans certains cas, il serait préférable de constituer une coalition, et parfois même de faire des concessions à ses partenaires.

 

Le multilatéralisme diffère de l'unipolarité du fait de l'accent mis sur l'Occident au sens large, et aussi sur la question des "valeurs" (ou des "normes"). Parmi les apologistes du multilatéralisme se regroupent ceux qui préconisent un monde non-polaire. La seule différence entre le multilatéralisme et non polarité tient seulement au fait, que le multilatéralisme met en relief une coordination des pays démocratiques occidentaux entre eux, alors que la non polarité inclut également les acteurs non-étatiques dans cette concertation - ONG, réseaux, mouvements sociaux, etc.

 

Il est significatif qu'en pratique, la politique du multilatéralisme d'Obama, exprimée à maintes reprises par lui, et par la secrétaire d’États états-unienne Hillary Clinton, n'est pas très différente de l'époque de l'impérialisme directe et transparent de George W. Bush, au cours de laquelle dominaient les néo-conservateurs. Les interventions militaires états-uniennes ont continué (Libye) et la présence des troupes états-uniennes en Irak occupé et en Afghanistan a été maintenue.

 

Le monde multipolaire ne s'accorde pas avec l'ordre mondial multilatéral, car il s'oppose à l'idée de l'universalisme des valeurs occidentales et ne reconnait pas la légitimité du "Nord riche" à agir au nom de toute l'humanité, que ce soit individuellement ou collectivement. Il ne reconnaît pas non plus sa prétention à intervenir comme seul centre de prise de décision sur les questions les plus importantes de politique mondiale.

 

4182009943.jpg

 The Fourth Political Theory: beyond left and right but against the center

La multipolarité - Résumé des concepts utilisés (Alexandre Douguine)

 

Alexandre Douguine, Pour une théorie du monde multipolaire, Chap. 1 La multipolarité - définition des concepts utilisés, Résumé, pp. 19-21, aux éditions Ars Magna

 

La distinction faite entre l'expression « monde multipolaire » et une série des termes alternatifs ou similaires nous a permis d'exposer les grandes lignes du champ sémantique au sein duquel nous allons continuer à construire la théorie de la multipolarité. Jusqu'à ce point, nous avons seulement cherché à analyser ce que l'ordre mondial multipolaire n'était pas. Cette approche va nous permettre de distinguer positivement, par contraste, un certain nombre de ses composantes et caractéristiques, dans un premier temps de façon approximative :

 

    1 - Le monde multipolaire est une alternative radicale au monde unipolaire (qui dans les faits existe actuellement) en raison du fait qu'il défend l'existence d'un nombre restreint de centres indépendants et souverains de prise de décision stratégique global au niveau mondial.

 

   2 - Ces centres devraient être suffisamment qualifiés et indépendants financièrement et matériellement pour être en mesure de défendre physiquement leur souveraineté dans le cas d'une invasion directe d'un ennemi potentiel, possédant un niveau d'équipement équivalent à celui de la plus grand puissance existante aujourd'hui. Concrètement, ils devraient être capable de résister à l'hégémonie financière et militaro-stratégique des États-Unis et des pays de l'OTAN.

 

   3 - Ces centres de décision ne devraient pas avoir à accepter comme condition sine qua non, l'universalisme des normes et des valeurs et des standards occidentaux (démocratie, libéralisme, libre marché, parlementarisme, droits de l'homme, individualisme, cosmopolitisme, etc.) et devraient pouvoir être totalement indépendants de l'hégémonie intellectuelle et spirituelle de l'Occident.

 

   4 - Le monde multipolaire n'implique pas un retour au système bipolaire, car aujourd'hui, il n'y a pas une force unique, sur le plan stratégique ou idéologique, qui puisse à elle seule résister à l'hégémonie matérielle et spirituelle de l'Occident moderne et à son chef : les États-Unis. Il doit y avoir plus de deux pôles dans un monde multipolaire.

 

   5 - Le monde multipolaire considère avec circonspection la souveraineté des États-nations existants. Cette souveraineté présente un caractère purement juridique lorsqu'elle ne s'accompagne pas d'un potentiel de puissance suffisant, sur les plans stratégiques, économiques et politique. Au XXIème siècle, cette souveraineté formelle n'est plus toujours suffisante pour permettre à un État national de s'affranchir comme une entité véritablement  souveraine. Dans de telles circonstances, la souveraineté réelle ne peut être atteinte que par une combinaison, une coalition d'États. Le système westphalien, qui continue d'exister de jure, ne reflète plus les réalités du système de relations internationales et nécessite une révision.

 

   6 - La multipolarité n'est réductible ni à la non-polarité, ni au multilatérité, car elle ne confie le centre de la prise de décision (le pôle) ni à un gouvernement mondial, ni au club des États-Unis et leurs alliés démocratiques (« le monde occidental »), ni aux réseaux sub-étatiques d'ONG ou d'autres instances de la société civile. Elle considère que le pôle de décision doit être localisé quelque part ailleurs.

 

   Ces six points définissent un cadre conceptuel pour les développement ultérieurs et constituent un concentré des principales, caractéristiques de la multipolarité.

 

   Toutefois, bien que cette description nous rapproche de manière significative dans la compréhension de ce que peut être la multipolarité, elle est encore insuffisante pour être qualifié de théorie. A partir de cette délimitation initiale, nous allons pouvoir développer une théorie complète du monde multipolaire.

 

alexandre douguine,eurasisme,4pt,multipolaire,russie

The Fourth Political Theory: beyond left and right but against the center