Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2014

Le « génie du renouveau » (Jean Parvulesco)

 

Jean Parvulesco, La confirmation boréale, Sur le grand tournant actuel du gaullisme, Le « génie du renouveau », pp. 252-256, aux éditions Alexipharmaque

 

Cependant, trente ans après le départ du général de Gaulle du pouvoir, que reste-t-il encore de son grand « dessein secret », de son projet impérial européen, de sa vision suprahistorique du Grand Continent Eurasiatique et de la mission transcendantale de la France ? Où en est-elle, aujourd'hui, l’œuvre révolutionnaire, salvatrice, partie pour changer le visage final de l'histoire actuelle du monde, qu'avait entrepris de mener à bout le « concept absolu » Charles de Gaulle ? Convenons-en : de tout cela, apparemment, il n'en reste plus rien. Tout s'est défait, tout a été dévasté, réduit au néant, jusqu'au souvenir même de ce qui a été dévasté, de ce qui a failli être, et qui n'est plus, à l'heure présente, que mensonge et vile imposture.

 

Sur la ligne de passage du troisième millénaire, la France se trouve en état de faillite frauduleuse politique totale, irrémédiable, et l'Europe semble s'être totalement résignée à ne plus être qu'une charogne politique à la traîne de la con,spiration subversive du mondialisme régi par ce que le président Bill Clinton appelait, récemment, la  « Superpuissance Planétaire » des États-Unis.

 

Car c'est un fait : d'une manière extrêmement suspecte, aussi abrupte que sournoise, équivoque et sale, dans l'espace d'à peine un an, la France a politiquement cessé d'exister, et cela même d'un point de vue démocratique. En effet, l'un après l'autre, les partis politiques français dans leur ensemble, se sont mis en état d'autodestitution. Ainsi, le Front National, la droite libérale et le RPR, le Parti Socialiste et jusqu'au Parti Communiste lui-même se sont successivement trouvés dans l'obligation scabreuse d'avoir à faire face à des difficultés d'ordre intérieur  – et y faire face en catastrophe qui les ont pratiquement mis hors jeu, paralysés, rendus inaptes à tout travail politique suivi, cohérent, réellement significatif. Entre autres, très opportunément sorties par des juges acharnés – très acharnés – à la tâche, les « affaires » ont fait des dégâts irrémédiables dans tous les camps politiques en présence. A se demander même si cela ne correspondait à un plan secrètement concerté.

 

En fait, tout recours, tout projet, initiative ou essai de dégagement et de salut en provenance du dispositif politique actuellement en place, dans son ensemble, se trouve d'avance frappé de nullité, prédisposé à l'échec immédiat, voué à se retourner aussitôt contre sa propre destination, ne pouvant plus rien faire d'autre qu'intensifier encore le désastre. A l'heure présente, il n'y a plus en France un seul projet politique qui tienne vraiment, l'horizon historique de la France débouche sur un vaste désert cendreux plongé dans les ténèbres : la spirale négative de la catastrophe qui s'était mise en branle avec le départ du général de Gaulle du pouvoir vient d'atteindre, de sombre descente en descente encore plus sombre, le niveau de son ultime disqualification, qui est absolument sans retour. Malgré certaines apparences qui risquent de pouvoir nourrir, d'ailleurs pour peu de temps encore, l'illusion  fallacieuse et inepte d'une sorte de continuité fictionnelle qu'entretiendrait la seule force des choses, tout est déjà fini, et c'est déjà la conclusion abrupte sur le vide d'une sorte d'arrêt de l'histoire, de suspension de l'histoire, où il y a plus rien à espérer, rien à tenter d'entreprendre, où plus rien ne saurait faire obstacle à la marche de la France à l’abîme.

 

La longue agonie française de ces trente dernières années d'impuissance, de cauchemar et de honte a pris fin, ce sont maintenant les ténèbres de la mort qui commencent, où il faut que l'on se déprenne de tout. De toute évidence, nous en sommes là, et qu'on veuille le nier ne sert plus à rien, à rien du tout.

 

Mais ce terrible passage à vide n'est-il pas en même temps un seuil probatoire tragique tout à fait final, l'étape ontologiquement nécessaire à une nouvelle remontée de l'être à venir, à un autre recommencement historique de la prédestination originelle, abyssale, de la France, d' « une certaine idée de la France » ?

 

Aussi nous faudra-t-il citer, ici, ces lignes si extraordinairement prémonitoire des Mémoires (III) du général de Gaulle écrivant, inspiré sans doute par ce que lui même appelait le « génie du renouveau » : « Le destin est donc scellé ? Est-ce, pour toujours, la victoire de la mort ? Non ! Déjà, sous mon sol inerte, un sourd travail s'accomplit. Immobile au fond des ténèbres, je pressens le merveilleux de la lumière et de la vie. »

 

Ainsi, désormais, seul l'inconcevable commande. Et l'inconcevable, en l’occurrence, étant l'action révolutionnaire totale du petit nombre de ceux qui ayant réussi a franchir eux-mêmes, pour leur propre compte, clandestinement, la ligne de passage entre l'être et le non-être, se trouvent déjà en état d'assumer la tâche de veiller sur un nouveau retour à l'être, d'un nouveau recommencement révolutionnaire de l'histoire française de l'Europe, de la plus Grande Europe, recommencement se situant déjà au-delà de la fin de l'histoire actuelle de la France. Toute la question est là.

 

Il y a une dizaine d'années, j'étais moi-même déjà amené à écrire : « Le gaullisme, aujourd'hui, doit-il s'engouffrer, définitivement, dans les souterrains nocturnes de l'histoire ou, au contraire, doit-il être repris, sauvé de lui-même, continué ? Doit-il être remplacé par autre chose ? »

 

Des nouvelles élites, des groupes occultes de combattants prédestinés, suréveillés, des « rescapés du feu se trouvent-ils ainsi appelés à monter subversivement à l'assaut des positions actuelles ou plutôt des non-positions du pouvoir politique en France, revivifier au prix de leur vie le sillon ardent qu'aura laissé derrière lui le « gaullisme de la fin », le dernier « grand gaullisme », le « gaullisme transcendantal » instauré dans l'ombre par le général de Gaulle sur la marge la plus périclitée de l'histoire française en marche vers son plus mystérieux destin final, de son destin d'au-delà de la fin ?

 

Et, en même temps, depuis les gouffres obscurs de l'indifférencié originel, un autre « concept absolu » de la plus grande histoire française s'apprête-t-il à émerger, au-delà de notre morte espérance, inconvenablement, à l'éclatante lumière du jour ?

 

Il y a une dizaine d'années encore, j'écrivais aussi, et c'était peut-être pour le moment actuel : « Provisoirement plongée dans le sommeil dogmatique d'un auto-obscurcissement politique et historique représentant le plus haut degré d'une stratégie de refus, inconsciente, de recul devant le non-destin que tente de lui faire accepter démocratiquement, la France d'aujourd'hui attend dans les ténèbres.

 

Mais, entre la démocratie et la survie historique de la France, comment ne pas choisir la France ?

 

Et qu'attend-elle, la France ? Quelqu'un, et ce quelqu'un, certains le savent, ne peut absolument pas ne pas être déjà là, dans l'ombre. Se cachera-t-il pour bien longtemps encore, ce quelqu'un ? Plus pour longtemps, non, plus pour longtemps. »

 

Or quoi de plus actuel, aujourd'hui, pour nous autres, que cette attente prophétique, dont le secret est celui d'un vœu révolutionnaire à la fois final et total ?

 

Mais, pour le moment, il suffit que dans le vide foudroyé de l'actuelle extinction de l'histoire française le problème des doctrines agissantes d'un certain gaullisme, du « gaullisme de la fin », se trouve posé à nouveau, en toute clarté, tragiquement, pour que quelque chose en vienne à en revivre, pour que le « génie du renouveau » puisse se manifester encore une fois, à l'heure prévue.

 

De toutes façons, le gaullisme ne peut en aucun cas être un parti politique : ayant vocation de rassembler, d'avoir, pour but, le tout, le gaullisme ne saurait s'engager à représenter seule une partie de la nation, au contraire, il doit en intégrer, à la limite, la totalité de ses courants intérieurs, depuis le Front National jusqu'au Parti Communiste.

 

Car il faut se le rappeler toujours : la France n'est pas une nation parmi d'autres, mais une conspiration suprahistorique, conçue, à ses origines, comme l'instrument politico-militaire d'une mission transcendantal, en défense de la Foi et de la civilisation émanant de cette Foi, son temps historiquement propre n'étant pas tout à fait celui de l'histoire, elle-même, mais la temporalité parousiale de l'après histoire, la temporalité intérieure du Saint Royaume d'au-delà de l'histoire, du Regnum Sanctum

 

C'est très exactement dans cette perspective qu'il faut situer le mouvement gaulliste, qui doit être, qui sera, jusqu'à la fin, ce qu'il a été à ses origines, le Rassemblement du Peuple Français dans son entier, la projection immédiatement politique de l'être abyssal de la France et de la prédestination transcendantale secrète de celle-ci. Et c'est ce dont il faut tenir fondamentalement compte lors de la future réorganisation d'un nouveau mouvement gaulliste révolutionnaire conforme à la ligne de son destin propre, qui concerne un certain nombre de missions à accomplir à la fois dans le visible et dans l'invisible, où il lui faudra faire face à ce qu'il est appelé la « guerre occulte ». Car le mouvement gaulliste comportera, toujours, une dimension mystique, une vocation dirigée vers la face secrète de l'histoire en marche. Ainsi que la France elle-même, avec laquelle il s'identifie ontologiquement.

 

Si tout rentre à nouveau dans la zone de l'attention suprême, ainsi qu'on peut désormais le penser, les groupes d'action politique spéciale dont la tâche sera celle de se porter à l'assaut des positions politiques du futur grand renversement final qu'impliqué toute tentative de renouveau en profondeur de l'actuelle histoire française, devront donc agir au double niveau, à la fois immédiatement politique et d'ouverture transcendantale, qui seul est porteur de la charge révolutionnaire capable de forcer le passage vers un nouveau recommencement. Vers la liberté recouverte.

 

Des groupes d'action politique spéciale qui amèneront avec eux le retour des Grands Temps. suite : Une actualité en armes précédent : Le gaullisme, une doctrine du déchiffrement

 

cache_2428373628.jpg

Écrire un commentaire