Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2015

Far West Anthracite

 

parc.jpg

 

27/05/2015

La mission de la France (Jean-Louis Loubet Del Bayle)

 

Jean-Louis Del Bayle, Les non-conformistes des années 30 - Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, II. « L'esprit de 1930 » : Essai de synthèse idéologique, 2. La Révolution Nécessaire, 5. La mission de la France, PP. 345- , aux éditions Points, collection Histoire

 

Ainsi, aussi séduits qu'ils aient pu l'être par certains aspects des expériences russe, italienne ou allemande, les mouvements de jeune des années 1930 considéraient, sans équivoque possible, que ces « révolutions manquées » ne pouvaient indiquer à la France les voies du salut. « La désastreuse inertie des nôtres, notait Thierry Maulnier, ne doit pas pourtant suffire à nous faire applaudir le désastreux enthousiasme des autres peuples : il serait souhaitable que les jeunes Français, le jour où ils se réveilleront, prissent d'autres chemins que les chemins qui leur sont indiqués par l'Europe d'aujourd'hui (...) Une attitude révolutionnaire doit essentiellement comporter, non seulement la défiance, mais encore l'hostilité directe à l'égard des doctrines sociales contemporaines. »

 

Ces tendances révolutionnaires à l’œuvre dans l'Europe entière leur semblaient bien souvent plus exacerber les défauts du monde qu'ils rejetaient qu'apporter des solutions neuves aux problèmes de leur temps. Basculant de l'individualisme au collectivisme, de l'idéalisme au matérialisme, du rationalisme à un vitalisme sans frein, elles leur apparaissaient aussi destructrices de l'homme ne trouvait pas son compte : « Les trois grandes révolutions, nationales, socialistes : la révolution bolchévik (nationale, socialiste, étatiste), la révolution fasciste (nationale, socialiste, étatiste), la révolution hitlérienne (nationale, socialiste et raciste), ont, constatait Alexandre Marc, trop sacrifié à la révolte et à la réforme, trop souvent asservi et mutilé l'homme au lieu de l'enrichir et de le libérer. »

 

L'homme sacrifié à la masse, l'homme identifié à son seul destin social, l'homme ignoré dans sa personnalité unique et irremplaçable, l'homme méconnu dans sa liberté et sa spontanéité, l'homme englouti par le Léviathan collectif, telle était la tare fondamentale, essentielle, sans rémission, de toutes ces « révolutions ». C'est peut-être sous la plume de Thierry Maulnier que l'on trouvait l’expression la plus éloquente de cette protestation de l'homme dressé contre les idoles collectives dont le prestige allait grandissant en ces années 1930 : «  Mythe de la cité socialiste, mythe de l'impérium fasciste, mythe de la germanité, les buts proposés à l'action la plus énergique et au dévouement absolu des hommes européens consistent, somme toute, dans l'organisation de la vie collective ; on ne propose rien à l'homme qu'une certaine forme de société comme seul objet de son action et comme seul espoir possible d'une vie supérieure : rien au-delà. L'idée de l'homme disparaît comme valeur éternelle et irréductible : les cultes du socialisme et du néonationalisme sont des cultes, vulgaires parce qu'ils se fondent implicitement sur cette appréciation de la foule qui ne définit l'homme que par sa place dans la société et son rôle dans la communauté (...) Dans le national-socialisme et dans le fascisme, tout autant que dans le collectivisme russe, c'est le bien-être ou les cultes de la masse qui réclament à leur bénéfice les démarches suprêmes de la sainteté, de l'héroïsme et de la méditation. La cité socialiste, la race, l’État, redoutables idoles apprêtées pour les communions collectives, valeurs pour le grand nombre et faites à la mesure du grand nombre, sont ainsi érigées en cultes absolus (...) Ces nouvelles disciplines exigent le dévouement total de la foi et de l'action à des notions abstraites, vides, grossières, privées de tout contenu éthique et spirituel. Le fascisme italien et, plus encore, les mouvements allemands et russes prétendent créer leur propre éthique et leur propre mystique sur l'infériorité essentielle de l'individu en face de la communauté. »

 

Ce diagnostic établi, Thierry Maulnier concluait : « Socialisme, étatisme, racisme renoncent à jouer un rôle dans l’œuvre d'une civilisation désintéressée : entre eux et l'humanisme il faut choisir. » La France était à ses yeux le lieu privilégié de ce choix décisif entre les révolutions de masse et ce qu'il appelait la « révolution spirituelle » ou la « révolution aristocratique » ? « Nous sommes, écrivait-il, à un carrefour, et à l'un des plus importants de l'histoire du monde, Saurons-nous choisir ? Il s'agit de décider si la jeunesse française, imitant aveuglément ses voisins, suivant la voie tracée par deux siècles d'erreurs, cherchera dans la démocratie, dans le collectivisme, dans les mythes d'un capitalisme ou d'un nationalisme vulgaire, de grossières communions ou si, seule dans le monde, elle restituera à leur place les plus hautes créations de la personne humaine (...) De l’Italie à l'Allemagne, du fordisme ou stalinisme, l'univers semble tout entier conquis par les masses. La civilisation française, dans son principe, est une civilisation aristocratique. Il n'y a rien à espérer pour l'homme du culte du travail (...) La France jusqu'ici s'est tenue dans le monde moderne sur la réserve. Elle n'a pas joué sa partie. Il serait bon qu'elle songeât avant que les jeux ne soient faits. »

 

L'analyse de Thierry Maulnier se terminait donc par un appel à la France pour qu'elle retrouve sa plus authentique tradition et qu'elle soit, par là, le « dernier modèle de l'Occident » : « Elle occupe entre les nations une certaine place qu'aucune autre nation n'est en mesure de tenir. Ses ennemis la condamnent en affirmant que notre civilisation sa fonde sur des principes contraires à l'évolution présente qu'elle peut éviter à ces peuples de se perdre. La France ne doit plus être aujourd'hui seulement la France, mais la meilleure part des espoirs présente du monde. La révolution nécessaire est la révolution aristocratique. La France est-elle capable de se réveiller pour la faire ? Elle a devant elle la plus belle phase de son destin. »

 

Cette idée d'une mission de la France n'était pas la résurgence dans la seule Jeune Droite d'un nationalisme hérité de la tradition à laquelle elle se rattachait. C'était un thème que l'on retrouvait dans tous les groupes de jeunes de ces années. L'Ordre Nouveau, par exemple, considérait, lui aussi que la France avait une sorte de vocation universelle et que le désordre contemporain était en partie le fruit de la « décadence de la nation française » et de sa démission devant les exigences de son destin : « Si la décadence de la nation française, écrivaient Robert Aron et Arnaud Dandieu, n’intéressait qu'elle et ses nationaux, il ne s'agirait que d'une de ces anecdotes historiques sans portée, sans prolongement, qui occupent les contemporains et qui, n'ayant aucune importance spirituelle ou morale, n'attirent pas plus l'attention des historiens futurs qu'une révolution de palais ou un partage de petit État. Mais, quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse, quoi qu'elle ait dit ou fait elle-même, c'est peut-être la seul raison d'être et le seul espoir de salut de la France que toute question qui se pose pour elle la dépasse immédiatement et intéresse l'humanité. A tord ou à raison, malgré ses dirigeants et ses représentants actuels, l'existence de la France se trouve encore liée à une certaine conception du rôle de l'individu dans la société et le monde, à certaines préoccupations morales et métaphysiques (...) Ainsi toute question qui se pose à son propos devient, au sens le plus précis et le plus implacable du mot, une question d'humanité. Et le malaise dont souffre en ce moment la nation française nous intéresse à déceler et, le cas échéant, à réduire dans la mesure où il condense et précise un malaise plus général et plus profond. »

 

En face de ce qu'il tenait pour l'échec des tentatives russe, italiennes et allemande, l'Ordre Nouveau considérait, comme Thierry Maulnier, que ce qui était apparemment la faiblesse de la France en était peut-être aussi la chance. Il pensait, en effet, que le fait pour la France d'avoir été jusque-là épargnée par les bouleversements violents qui secouaient l'Europe était une sorte de répit providentiel lui permettant de mûrir une véritable révolution « à la mesure de l'homme ». « La révolution qui se prépare, déclarait Aron et Dandieu, et dont les mouvements russe, italien et allemand ne sont que les Prodromes imparfait sera réalisée par la France. » Se référant à la vocation permanente de la France à « proposer infatigablement au monde des valeurs neuves de portée universelle », l'Ordre Nouveau, définissait ainsi sa mission dans les années 1930 : « En face des révolutions manquées, , se hâter de dresser la véritable doctrine révolutionnaire que notre époque réclame. » Dans un univers en crise, la France restait donc, pour l'Ordre Nouveau, malgré la médiocrité de ses représentants officiels, la « terre décisive ». C'est ce qu'Aron et Dandieu proclamaient à la fin de leur livre la Révolution nécessaire : « Ce qui est beau, c'est la lutte la mort. Ce qui est grandiose, c'est la victoire de l'homme. Le long des côtes de la Méditerranée et la mer du Nord, remontant le Danube ou le Rhin, s'avance l'antique ennemi de l'homme. On l'appellera l'État, matérialisme, racisme ou tyrannie ; mais son essence est plus profonde et n'a de nom en aucune langue, surtout pas en français. Ce n'est pas notre faute si la France est en effet, aujourd'hui comme hier, la dernière écluse. Ce n'est pas notre faute si le pays des petits rentiers du Traites de Versailles est tout de même aussi le dernier refuge continental des hommes libres. Ce n'est pas notre faute si, pour sauver l'Occident et l'Europe nous devons d'abord, aujourd'hui, nous appuyer sur la France. Il ne s'agit pas de défendre une citée ou une idée. Il ne s'agit pas de défense, mais de choix, d'affirmation, de création, de Révolution. Nous sommes sur la terre décisive. L'heure est venue, allons-y.

 

La notion d'une mission de la France, si caractéristique de ces mouvements, se retrouvait enfin dans Esprit, pourtant méfiant à l'égard de tout ce qui pouvait ressembler à une quelconque exaltation nationaliste. Pour lui aussi, en face des expériences étrangères, la France devait être la gardienne de certaines valeurs essentielles et trouver dans sa propre tradition les racines de la révolution à réaliser, une révolution qui lui paraissait devoir représenter un caractère exemplaire et universel. Après avoir analysé les conceptions fasciste, Mounier notait ainsi : « Ce n'est pas dans de semblables caricatures que nous irons, nous Français, interroger la mission de la France, mais dans une résurrection de sa très ancienne vocation qui est de purifier les instincts du monde. » Tout en mettant en garde contre « la canonisation des raideurs nationales », il rappelait aussi : « Il y a une manière d'intelligence et de culture et de vision française du monde. ceux-là même qui le nient y participent. Il doit donc y avoir un aspect singulier de la révolution spirituelle où ressortiront des intuitions, des manières plus proprement françaises : sens de la liberté individuelle, de la responsabilisé, de la résistance aux pesanteurs sociales, aux mystiques irrationnelles. » Dés le premier numéro d'Esprit, Jean Lacroix voyait lui aussi « l'apport propre de notre pays aux constructions sociales de demain » dans « le sens de l'éminente dignité de la personne humaine ». Sur le même thème, Georges Izard lançait un vibrant appel à la France pour « qu'elle redevienne elle-même (...), qu'elle rappelle au monde écrasé sous l'affreuse discipline des théories quelques-unes des revendications de notre nature ; qu'elle s'identifie de nouveau avec la liberté dans une Europe qui en a perdu le souvenir ! Liberté de l'homme contre la dictature de la nation et d'une classe, contre les puissances économiques, liberté dans l'épanouissement de la personne, toute une reconstructions de la société tient en ces quelques mots. Ainsi la tâche de la France ne sera pas finie tant que celle de l'homme durera »... à suivre...

 

tm.jpg

 

19/05/2015

Du Roi-revenant au Roi perdu (Gérard de Sède)

 

Gérard de Sède, La race fabuleuse, Du Roi-revenant au Roi perdu, pp. 92-97, aux éditions J'ai lu, collection L'aventure mystérieuse

 

Roi oublié puis nié, fait néant, Dagobert II est pourtant un roi dont l'assassinat ouvrait une suite incalculable de conséquences. S'il est mort sans descendance mâle, la branche ainée des Mérovingiens s'éteint et, avec elle, la légitimité austrasienne. Dans l'immédiat, l'Austrasie retombe sous le joug de la Neustrie sur laquelle règne la branche cadette. Mais par suite des imbroglios dus aux substitutions d'enfants, celle-ci est d'une légitimité plus que douteuse et du reste elle s'éteint à son tour dés 737 en la personne de Thierri IV. La réalité du pouvoir politique reste ou retombe alors entre les mains des maires du palais, mais sur toute l'étendue du territoire auquel correspondent aujourd'hui la France (moins la Bretagne et le Pays Basque), la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Suisse et la majeure partie de l'Allemagne de l'Ouest, le trône, ce lieu géométrique de la Psyché collective, la place du Roi-Mage reste vide.

 

Certes, les candidats ne manquent pas. Le mieux placé, puisqu'il est à la fois duc en Austrasie et maire du palais en Neustrie, est Pépin le Bref, de la tribu des Francs d'Hasbain, fils de Charles Martel et petit-fils de Pépin de Herstal, l'instigateur de l'assassinat de Dagobert II. Mais ce qui lui manque, c'est le sang sacré des Mérovingiens, cet élément mystérieux qui fait les initiables à la royauté et sans lequel nul ne peut espérer soulever la ferveur du peuple. Ainsi que l'écrit Jean de Pange : "Quelque déchus que soient les derniers Mérovingiens, le prestige de leur sang est si grand qu'il leur assure de nombreux fidèles. Ainsi s'explique la difficulté que les maires du palais éprouvent à se faire reconnaître comme successeur de leurs maîtres (1)."

 

Par bonheur pour Pépin le Bref, les femmes mérovingiennes, si elles ne peuvent régner, peuvent aussi bien que les hommes transmettre ce sang sacré. Pépin prend donc soin d'épouser la Mérovingienne Bertrade au grand pied, se fait élire et oindre à la mode de ceux que sa famille a éliminés, "suivant l'usage des Francs (2)", "comme l'ordre l'exige de toute antiquité (3)". Du coup, il est fait roi mais il ne l'est pas. Aussi juge-t-il nécessaire de procéder à une innovation en faisant aussi oindre sa femme, car c'est bien en elle seule que réside la légitimité. Du moins, leur fils Charlemagne et, à sa suite, tous les Carolingiens pourront-ils se prévaloir du fameux sang.

 

Il n'en ira pas de même pour les Capétiens, Hugues Capet n'est ni Carolingiens, ni Autrasien, ni même Franc. La chronique de Richer nous apprend qu'il avait pour trisaïeul "un étranger venu de Germanie", un Saxon nommé Witichin, "homme d'extraction peu relevée", et que "ses vassaux n'aimaient pas lui obéir (4)".

 

Orn il est interdit au Francs, sous peine d'excommunication, de prendre leurs rois hors de la famille des Péin, héritière du sang mérovingien. C'est pourquoi Foulques, archevêque de Reims, refuse d'oindre Eudes, petit-fils de Witichin, alors qu'il existe un roi franc et carolingien, Charles le Simple. "Qu'arriverai-il, dit l’archevêque à ce dernier, si la mort vous atteignait à un moment où il y a tant de rois de race étrangère et encore plus d'usurpateurs du nom royal (1) ?" Paroles significatives d'un prélat austrasien bien convaincu que seule la royauté par le sang peut assurer la protection magique du sol et de ses habitants.

 

Il ne faudra pas moins d'un siècle de dépositions, de tentatives d'usurpation et de sacres de complaisance pour asseoir sur le trône Hugues Capet que Guizot appellera "un parvenu en harmonie avec une époque nouvelle".

 

Son élection irrégulière est, du reste, aussitôt contestée, notamment en Austrasie, par le prétendant carolingien Charles de Lorraine. Hugues Capet le fera mourir en prison mais les Capétiens, pour mettre fin à leur impopularité, ne verront pas d'autre moyen que de chercher à s'allier à ce qui peut rester du sang sacré. Ils n'y réussiront qu'au XIIe siècle, quand Philippe Auguste épouse Isabelle de Hainaut qui en apporte quelques gouttes. Du coup - fait hautement significatif - leur fils, Louis VIII, s'empresse de donner à son premier-né le nom de Dagobert.

 

Mais si la lignée de Dagobert II s'était continuée, si le sang mérovingien ne s'était pas tari, c'est tout le tableau de la légitimité qui serait à refaire. Certes, même dans ce cas, l'histoire dynastique de la France resterait ce qu'elle a été, mais elle pourrait être déchiffrée tout autrement que nous n'avons coutume de le faire. Car certains de ses épisodes, qui sont à la fois les plus importants et les plus obscurs, recevraient alors une lumière nouvelle, ainsi qu'il arrive toujours quand, derrière l'éclat de l'évènement, on devine une histoire parallèle, secrète, et les mains gantées d'ombre qui en tiennent les clefs.

 

On va voir qu'il ne s'agit pas là d'une pure spéculation. En effet, la stupéfiante occultation du personnage de Dagobert II ne fut ni le fruit du hasard ni un jeu gratuit. Elle n'aurait d'ailleurs eu aucune raison d'être si ce roi n'avait pas laissé de descendance. Au contraire, en vouant d'abord son nom a l'oubli, puis en niant son existence, on peut penser que c'est cette descendance que l'on voulait escamoter.

 

Il en est bien ainsi car, effectivement, Dagobert II eut un fils dont l’histoire mérite d'être contée. Laissons donc la parole à un chroniqueur de l'époque, Bruschius, et ouvrons son Livre des évêques de Strasbourg :

" Dagobert II épousa Mathilde, princesse de Saxe et ils eurent la consolation de voir la bénédiction du ciel tomber sur leur mariage par un assez grand nombre d'enfants. Le premier fut un fils qui leur causa beaucoup de joie par sa naissance, voyant en sa personne un héritier assuré pour la succession de l’État qu(ils recouvraient petit à petit . Ce prince naquit dans le château de d'Issembourg et y fut reçut-on de douleur d'un déplorable accident qui lui coûta la vie alors qu'on s'y attendait le moins. Ayant commencé à monter à cheval, on le conduisit un jour à la chasse dans la forêt d'Ebersheim pour le divertir, un sanglier d'une grosseur démesurée  ayant été découvert, on le poursuivit avec chaleur et étant venu à la rencontre de ce prince, son cheval qui en prit l'épouvante l'emporta avec tant de violence que n'ayant pas assez de force pour l'arrêter ni pour se tenir ferme sur la selle, il en fut jeté à terre et foulé sous ses pieds en sorte qu'il en demeura tout brisé  et ne vécut que jusqu'au lendemain."

 

Décidément, il ne faisait pas bon pour les Mérovingiens de s'attaquer à leur totem, ce sanglier dont ils portaient les soies sur le dos.

 

En tout cas, le fils unique de Dagobert II est mort tragiquement dans l'adolescence et la descendance est éteinte : l'escamotage était superflu.

 

Nullement, car voilà que ce fils ressuscite. Poursuivons la lecture de Bruschius :

" Le roi avait depuis quelque temps déjà engagé saint Argobaste à prendre le gouvernement de l'évêché de Strasbourg. Ce saint, qui était venu d'Aquitaine, avait une grande réputation de vertu. Le roi qui l'estimait comme un grand serviteur de Dieu l'envoya prier de venir le consoler en l'extrémité où la mort déplorable de son fils venait de le réduire. Le saint prélat y accourut et exhorta le roi et la reine d'élever leur confiance en Dieu qui peut rendre la vie aussi aisément qu'il la donne, et s'étant mis en prière proche le corps du petit prince pour demander à Dieu qu'il lui plût de vouloir y renvoyer l'âme qui l'avait peu auparavant vivifié, on s'aperçut que tout à coup l'enfant leva la tête comme s'il fût éveillé de quelque profond sommeil, et l'ayant pris entre ses bras il le rendit plein de vie au roi son père qui eut autant de joie le voyant ainsi ressuscité qu'il avait ressenti de douleur de sa mort."

 

Ce récit est plein de charme et Sigebert IV y apparaît, ainsi qu'avait été son père, comme un roi revenant. Mais quelque goût qu'on ait pour le merveilleux, les morts qui ressuscitent n'étaient pas morts. A la suite d'une chute de cheval, le jeune homme, probablement tombé sur la tête, est bientôt entré dans le coma et s'est éveillé quelques jours plus tard. Pour l'hagiographe de saint Argobaste, cela fait un miracle de plus à porter au compte de son héros.

 

Il est certain que Sigebert IV survécut à cet accident ; mais survécut-il à son père ? Un historien du XVIIIe siècle, Vincent, en est réduit aux conjectures quand il écrit : " Quant au prince Sigebert, fils de Dagobert, apparemment il mourut dans la même conjoncture que son père ou peu de temps après, car l'auteur qui a continué Frédégaire dit positivement que les rois, c'est-à-dire Dagobert et son fils, étaient morts en Austrasie (defunctis regibus) lorsque Pépin de Herstal prit les armes contre Ebroïn pour les venger. "

 

Somme toute, une mort aléatoire dont on ne peut fixer le moment . Il n'est pas croyable que le fils ait péri en même temps que le père, car nous possédons, nous l’avons vu, un récit extrêmement détaillé de l'assassinat de Dagobert II où rien de tel n'est mentionné. Quant au continuateur de Frédégaire sur lequel, avec bien de réticences, s'appuie Vincent, était un partisan des Pépin qui avait donc tout intérêt a laissé croire que la descendance de Dagobert II était éteinte (1). Le fait qu'il prête à Pépin de Herstal le rôle de vengeur d'un roi dont il avait, au contraire, ourdi l'assassinat prouve bien que son récit s'inscrit dans une entreprise d'intoxication politique.

 

Selon certains historiographes modernes, Sigebert IV aurait été soustrait par sa sœur sainte Irmine (2) aux griffes des Pépinides et aurait fait souche en Septimanie, c'est-à-dire dans le haut Languedoc. Malheureusement, les sources données par ces auteurs sont très difficilement vérifiables. L'apparition fugitive de Sigebert IV dans l'Histoire fait de lui un Roi Perdu. Si la lignée sacrée des Mérovingiens s'est perpétuée, c'est dans l'ombre.

 

Mais dans une ombre qui faisait peur...

 

(1) Jean de Pange : Le roi très chrétien, p. 131-132.

(2) Chronique de Moissac.

(3) Chronique de Frédégaire.

(4) Mon. Germ. Script. Tome III, p. 570.

***

(1) Chronique d'André de Marchiennes.

***

(1) " Le remanieur de Frédégaire est un partisan des Pépinides ; il a peut-être supprimé certains passages. " (R. Barroux : Dagobert, p. 10.)

(2) Marié à Mathilde de Saxe puis à Gisèle, fille du comte de Razès Béra II, Dagobert II avait eu quatre filles : Ragnatrude, Adèle, Bathilde et sainte Irmine, abbesse d'Oeren.

 

dagobert.jpg