Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2015

10 Mai 2015 : Manifestation d’hommage à Jeanne d’Arc ♠

 

jeannedarc.jpg

 

La Dissidence Française ♠

 

Le dimanche 10 Mai 2015, Place de la Madeleine (Paris 8ème), nous vous invitons à participer au cortège de la Dissidence Française lors du traditionnel d’hommage à Sainte Jeanne d’Arc !

 

Un rendez-vous annuel à ne pas manquer :

 

Venez nombreux pour défiler derrière les drapeaux de notre Mouvement lors de cet hommage incontournable à celle qui libéra la France quand tout semblait perdu… Une occasion également de rencontrer les militants de la Dissidence Française et d’échanger avec les cadres du Mouvement dans une ambiance disciplinée mais conviviale !

 

Heure de rendez-vous : 

 

La manifestation débutera à 10h. Afin de la préparer et d’échanger avant le départ, nous vous donnons rendez-vous dès 9h30 Place de la Madeleine.

 

Discipline : 

 

Afin de garantir le calme et l’ordre lors de ce défilé, nous demandons à tous ceux qui se joindront à notre cortège de suivre scrupuleusement les consignes de notre service d’ordre et à se plier aux instructions des organisateurs.

 

Notre service d’ordre veillera à ce qu’aucun débordement ne vienne perturber l’évènement.

 

Couleurs : 

 

Nous demandons à tous ceux qui se joindront à notre cortège de se vêtir de noir, couleur traditionnelle de la Dissidence Française.

 

Ceux d’entre vous qui disposent des t-shirts ou sweat-shirts de notre Mouvement sont invités à les revêtir et à les porter fièrement !  Si vous disposez de drapeaux du Mouvement, pensez également à les ramener !

 

Vous souhaitez participer à cette grande mobilisation à nos côtés ?

 

Inscrivez-vous dès maintenant à notre évènement sur Facebook !

 

visuel_c3a9pc3a9e.png

16/04/2015

La Loge de Louxor (Jean Parvulesco)

 

Jean Parvulesco, La confirmation boréale, Jean-Paul Bourre, et l'élu du Serpent Rouge, La Loge de Louxor, pp. 181-183, aux Éditions Alexipharmaque

 

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la récente publication par les éditions parisiennes Les Belles Lettres, du dernier roman de Jean-Paul Bourre, L'élu du Serpent Rouge, est pratiquement passée inaperçu. Alors que, normalement, cela eut dû provoquer des remous tout à fait considérables, singulièrement déstabilisateurs. Car il s'agit là d'un récit à peine chiffré, les évènements dont on y traite s'y retrouvent tels qu'ils s'étaient réellement passés, en continuité seuls les noms des protagonistes y sont, nécessairement, changés, encore que le principal personnage du roman, François Mittérand s'y voit en permanence cité sous sa propre identité et avec ses véritables fonctions. Avant tout, il faudra donc savoir que L'élu du Serpent Rouge n'est pas du tout de la political-fiction, mais un document révélateur, relatant les dessous en profondeur des deux septennats de François Mittérand, des dessous vertigineux qui, bien au-delà de la politique, concernent directement les dimensions occultes de niveau, d'orientation et d'engagement suprahistorique, « surnaturel », qui ont souterrainement constitué l'interrègne du pouvoir présidentiel de l' « homme du rocher de Solutré ».

 

En dernière analyse, L'élu du Serpent Rouge apparaît comme un document d'une importance spirituelle et historique ou plutôt métahistorique – inhabituelle, décisive, et que l'on ne doit surtout pas commettre la périlleuse erreur de ne pas considérer comme tel, « passer à côté ».

 

Jean-Paul Bourre ne craint guère de serrer de fort près les choses, même les plus difficilement envisageables. Ainsi François Mittérand y est-il présenté comme un personnage hautement prédestiné, mystérieusement choisi pour une grande , très grande mission ultérieure, qu'il a finalement – accomplie – ou failli le faire, cela reste à voir à la fin de sa vie, et malgré le terrible empêchement de la maladie qu'il a voulu tenir cachée Jusqu'au dernier moment. Il a toujours voulu contrôler le secret de la spirale héroïque de sa propre vie, dans la perspective du « soi absolu ».

 

« Il a été soutenu, depuis sa sortie du stalag, à l'époque où il était prisonnier, jusqu'au marche du Panthéon. Ce chemin, il ne l'a pas fait tout seul. Nous devons savoir qui est derrière, à qui s'adressait la cérémonie du Panthéon », dira, dans L'élu du Serpent Rouge, « Patrice Villard », nom sous lequel Jean-Paul Bourre dissimule la personne de François de Grossouvre. Et encore sur François Mittérand : « Ce type est un initié, promis à un grand destin. S'il ne blasphème pas, s'il ne se détourne pas de l’œuvre qu'il doit accomplir, pour laquelle il a été choisi. S'il veut garder le pouvoir, il doit continuer le marquage spirituel de Paris, comme l'avait commencé Napoléon Bonaparte, lui aussi membre de la Loge de Louxor. »

 

La Loge de Louxor ? François Mittérand lui-même est légitimé comme appartenant à celle-ci, organisation supérieure paramaçonnique, ultra-secrète, aux buts « suprahistoriques » à la fois très lointains et très proches de l'actualité en cours. De plus en plus puissante, de plus en plus près des véritables centres, des véritables sphères du pouvoirs à travers l'Elysée. Car, désormais, tout dépendait de l'Elysée.

 

Jean-Paul Bourre : « La Loge de Louxor croyait aux pouvoirs occultes "sans distinction de races et de religions". Partout où une connaissance enfouie, oubliée, remontait à la surface, ils étaient là, pour détourner et stocker l'héritage, à d'autres fins, "émancipatrices", disaient les statuts de la Loge. » Et d'une manière plus percutante : « On pourrait résumer les objectifs de la Loge en quelques mots. Déstabiliser la papauté en démontrant les origines égyptiennes du christianisme. »

 

Mais, à l'Elysées dans l'entourage immédiat du président François Mittérand lui-même , deux grandes organisations supérieures d'influence étaient présentes et agissantes. Car il n'y avait pas seulement la Loge de Louxor. Il y avait le Prieuré, le « Prieuré de Sion », et le Prieuré c'était Patrice Villard. « Patrice Villard en personne », dit Jean-Paul Bourre. « Patrice Villard, Grand Maître du Prieuré, qui avait réussi à infiltrer le cercle restreint des amis du Président ». Il avait même été nommé responsable des chasses présidentielles. Cette fonction n'était qu'une couverture, derrière laquelle il jouait le rôle de conseiller occulte, servant d'intermédiaire avec certains milieux activistes. Et encore : « Villard, mais c'est l'un des conseillers du Président, un ancien de l'OAS ? Un type attaché à des idées d'honneur et de patrie, qui avait dérapé dans Le Figaro, il y a quelques années. Si je me souviens bien, il avait vanté la France et le baptême de Clovis, pour le bicentenaire de la Révolution. C'est tout juste s'il n'avait pas traité les révolutionnaires d'hérétiques. » Et plus loin : « Villard avait un bureau dans une des ailes du Château, derrière les appartements présidentiels. Une niche dorée, dans le périmètre du pouvoir monarque. La question revenait, sans qu'il puisse la chasser, ou trouver une réponse. Qu'avait donné Patrice Villard en échange ? Quel était l’intérêt du Président, lorsqu'il invita Patrice Villard dans le cercle de ses intimes ? » Il s'agit là, effectivement, d'une question absolument décisive. De laquelle dépendent bien de choses; si ce n'est tout. Question à laquelle la seule réponse avait été celle du mystérieux assassinat de François de Grossouvre dans son propre bureau de l'Elysée, « derrière les appartements présidentiels ». Or, à cette question, Jean-Paul Bourre n'a pas su apporter de réponse, qui est celle de l'assassinat de François de Grossouvre, devient à sou tour une autre question.

 

De toutes façons, l'assassinat de François de Grossouvre marque un tournant irrécupérable dans la marche finale des évènements ayant eu l'Elysée pour épicentre occulte, dans ces années-là.

 

Mais il ne faut oublier que L'élu du Serpent Rouge reste, fondamentalement, une tentative d'élucidation d'ensemble, et ultime, concernant le destin secret de François Mittérand en relation avec l’Égypte antérieure et ses mystères peut-être encore en action.

 

La mise à mort de François de Grossouvre imposait au Prieuré une mutilation sacrificielle à la fois irrévocable et tendue, dans un même mouvement, vers des inconcevables hauteurs, vers un surpassement mystagogique aux conséquences encore imprévisible. 

 

516P50PMRAL._SY344_BO1,204,203,200_.jpg

10/04/2015

« Leur étoile ne connait pas de déclin » (Léonid Youzéfovitch)

 


 

Léonid Youzéfovitch, Le Baron Ungern - Khan des steppes, « Leur étoile ne connait pas de déclin », pp. 37-38, aux Éditions des Syrtes

 

Voici la généalogie d'Ungern telle qu'il l'expose lui-même à Ossendovski dans une conversation qu'ils eurent au printemps 1921.

 

« La famille des barons von Ungern-Sternberg appartient à une lignée dont les origines remontent à Attila. Du sang hun, germanique et hongrois coule dans les veines de mes ancêtres. Un des Ungern s'est battu aux côtés de Richard Cœur de Lion et fut tué sous les murs de Jérusalem. Même la tragique croisade des enfants ne se fit pas sans nous : Ralph von Ungern y trouva la mort à onze ans. Mon ancêtre direct, le baron Hans von Ungern-Sternberg, faisait partie de l'ordre des chevaliers Porte-Glaive qui apparut au XIIe siècle sur la frontière orientale de Allemagne pour combattre les païens – Slaves, Estes, Lettons, Lituaniens. Deux membres de notre famille tombèrent à la bataille de Grünwald. C'était une race guerrière de chevaliers enclins au mysticisme et à l'ascétisme, et leur vie a engendré un certains nombre de légendes. Heinrich von Ungern-Sternberg, surnommé "la Hache", fut un chevalier errant, vainqueur de tournois en France, en Angleterre, en Allemagne et en Italie. Il périt à Cadix dans un combat contre un adversaire espagnol digne de lui, qui lui fendit le heaume. Le baron Ralph von Ungern était un pirate, une terreur de la mer Baltique. Le baron Pierre von Ungern, chevalier et pirate lui aussi, possédait un château sur l'île de Dago. De ce nid de brigands, il régnait sur tout le commerce maritime des pays baltes. Au début du XVIIIe siècle, un certain Guillaume von Ungern, alchimiste, était bien connu en Europe sous le surnom de "Frère de Satan". Mon grand-père aussi était un bandit des mers : il faisait payer un tribu aux marchands anglais dans l'océan Indien. Les autorités britanniques mirent du temps à le pincer. Lorsqu’ils l'arrêtèrent enfin, ils le livrèrent au gouvernement russe qui l'exila en Transbaïkalie..."

 

ungern.jpg