Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2015

La Loge de Louxor (Jean Parvulesco)

 

Jean Parvulesco, La confirmation boréale, Jean-Paul Bourre, et l'élu du Serpent Rouge, La Loge de Louxor, pp. 181-183, aux Éditions Alexipharmaque

 

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la récente publication par les éditions parisiennes Les Belles Lettres, du dernier roman de Jean-Paul Bourre, L'élu du Serpent Rouge, est pratiquement passée inaperçu. Alors que, normalement, cela eut dû provoquer des remous tout à fait considérables, singulièrement déstabilisateurs. Car il s'agit là d'un récit à peine chiffré, les évènements dont on y traite s'y retrouvent tels qu'ils s'étaient réellement passés, en continuité seuls les noms des protagonistes y sont, nécessairement, changés, encore que le principal personnage du roman, François Mittérand s'y voit en permanence cité sous sa propre identité et avec ses véritables fonctions. Avant tout, il faudra donc savoir que L'élu du Serpent Rouge n'est pas du tout de la political-fiction, mais un document révélateur, relatant les dessous en profondeur des deux septennats de François Mittérand, des dessous vertigineux qui, bien au-delà de la politique, concernent directement les dimensions occultes de niveau, d'orientation et d'engagement suprahistorique, « surnaturel », qui ont souterrainement constitué l'interrègne du pouvoir présidentiel de l' « homme du rocher de Solutré ».

 

En dernière analyse, L'élu du Serpent Rouge apparaît comme un document d'une importance spirituelle et historique ou plutôt métahistorique – inhabituelle, décisive, et que l'on ne doit surtout pas commettre la périlleuse erreur de ne pas considérer comme tel, « passer à côté ».

 

Jean-Paul Bourre ne craint guère de serrer de fort près les choses, même les plus difficilement envisageables. Ainsi François Mittérand y est-il présenté comme un personnage hautement prédestiné, mystérieusement choisi pour une grande , très grande mission ultérieure, qu'il a finalement – accomplie – ou failli le faire, cela reste à voir à la fin de sa vie, et malgré le terrible empêchement de la maladie qu'il a voulu tenir cachée Jusqu'au dernier moment. Il a toujours voulu contrôler le secret de la spirale héroïque de sa propre vie, dans la perspective du « soi absolu ».

 

« Il a été soutenu, depuis sa sortie du stalag, à l'époque où il était prisonnier, jusqu'au marche du Panthéon. Ce chemin, il ne l'a pas fait tout seul. Nous devons savoir qui est derrière, à qui s'adressait la cérémonie du Panthéon », dira, dans L'élu du Serpent Rouge, « Patrice Villard », nom sous lequel Jean-Paul Bourre dissimule la personne de François de Grossouvre. Et encore sur François Mittérand : « Ce type est un initié, promis à un grand destin. S'il ne blasphème pas, s'il ne se détourne pas de l’œuvre qu'il doit accomplir, pour laquelle il a été choisi. S'il veut garder le pouvoir, il doit continuer le marquage spirituel de Paris, comme l'avait commencé Napoléon Bonaparte, lui aussi membre de la Loge de Louxor. »

 

La Loge de Louxor ? François Mittérand lui-même est légitimé comme appartenant à celle-ci, organisation supérieure paramaçonnique, ultra-secrète, aux buts « suprahistoriques » à la fois très lointains et très proches de l'actualité en cours. De plus en plus puissante, de plus en plus près des véritables centres, des véritables sphères du pouvoirs à travers l'Elysée. Car, désormais, tout dépendait de l'Elysée.

 

Jean-Paul Bourre : « La Loge de Louxor croyait aux pouvoirs occultes "sans distinction de races et de religions". Partout où une connaissance enfouie, oubliée, remontait à la surface, ils étaient là, pour détourner et stocker l'héritage, à d'autres fins, "émancipatrices", disaient les statuts de la Loge. » Et d'une manière plus percutante : « On pourrait résumer les objectifs de la Loge en quelques mots. Déstabiliser la papauté en démontrant les origines égyptiennes du christianisme. »

 

Mais, à l'Elysées dans l'entourage immédiat du président François Mittérand lui-même , deux grandes organisations supérieures d'influence étaient présentes et agissantes. Car il n'y avait pas seulement la Loge de Louxor. Il y avait le Prieuré, le « Prieuré de Sion », et le Prieuré c'était Patrice Villard. « Patrice Villard en personne », dit Jean-Paul Bourre. « Patrice Villard, Grand Maître du Prieuré, qui avait réussi à infiltrer le cercle restreint des amis du Président ». Il avait même été nommé responsable des chasses présidentielles. Cette fonction n'était qu'une couverture, derrière laquelle il jouait le rôle de conseiller occulte, servant d'intermédiaire avec certains milieux activistes. Et encore : « Villard, mais c'est l'un des conseillers du Président, un ancien de l'OAS ? Un type attaché à des idées d'honneur et de patrie, qui avait dérapé dans Le Figaro, il y a quelques années. Si je me souviens bien, il avait vanté la France et le baptême de Clovis, pour le bicentenaire de la Révolution. C'est tout juste s'il n'avait pas traité les révolutionnaires d'hérétiques. » Et plus loin : « Villard avait un bureau dans une des ailes du Château, derrière les appartements présidentiels. Une niche dorée, dans le périmètre du pouvoir monarque. La question revenait, sans qu'il puisse la chasser, ou trouver une réponse. Qu'avait donné Patrice Villard en échange ? Quel était l’intérêt du Président, lorsqu'il invita Patrice Villard dans le cercle de ses intimes ? » Il s'agit là, effectivement, d'une question absolument décisive. De laquelle dépendent bien de choses; si ce n'est tout. Question à laquelle la seule réponse avait été celle du mystérieux assassinat de François de Grossouvre dans son propre bureau de l'Elysée, « derrière les appartements présidentiels ». Or, à cette question, Jean-Paul Bourre n'a pas su apporter de réponse, qui est celle de l'assassinat de François de Grossouvre, devient à sou tour une autre question.

 

De toutes façons, l'assassinat de François de Grossouvre marque un tournant irrécupérable dans la marche finale des évènements ayant eu l'Elysée pour épicentre occulte, dans ces années-là.

 

Mais il ne faut oublier que L'élu du Serpent Rouge reste, fondamentalement, une tentative d'élucidation d'ensemble, et ultime, concernant le destin secret de François Mittérand en relation avec l’Égypte antérieure et ses mystères peut-être encore en action.

 

La mise à mort de François de Grossouvre imposait au Prieuré une mutilation sacrificielle à la fois irrévocable et tendue, dans un même mouvement, vers des inconcevables hauteurs, vers un surpassement mystagogique aux conséquences encore imprévisible. 

 

516P50PMRAL._SY344_BO1,204,203,200_.jpg

09/04/2015

Jean Parvulesco "L'Ombre de l'Unique" (Lecture de Laurent James)

 

Jean Parvulesco sur les rapports entre Orient et Occident



 

777.jpg

31/03/2015

Atlantide et Hyperborée

 

Jean Parvulesco, Le Sentier Perdu, pp. 32-34, aux éditions Alexipharmaque

 

Heinrich Harrer, en effet, vainqueur de la face nord de l'Eiger en juillet 1938, avait déclaré à ce moment-là : "Nous avons fait la face nord de l'Eiger pour parvenir, par dessus le sommet, jusqu'au Führer !" Il est également certain que, par la suite, il s'était fait admettre chez les SS, et que c'est en tant que SS qu'il avait alors pu partir, en 1939, pour le Tibet, dans le but avoué de vaincre Nanga Parbat, ce qui correspondait à ce moment-là à une sorte d'ambition collective allemande, à une véritable obsession nationale allemande (quatre autres expéditions allemandes avaient déjà échoué à cette tâche, Heinrich Harrer était convaincu que, lui, il allait l'emporter).


Or il vient même de se trouver - c'est, en l’occurrence, le cas précis de l'américain David Roberts - qui en sont finalement arrivés jusqu'à se demander si, derrière la couverture d'une expédition aux buts concernant exclusivement l'alpinisme de haute compétition, il ne se dissimulaient pas, à ce moment-là, pour Heinrich Harrer, d'autres missions inavouables, ultrasecrètes, appartenant à l'horizon occulte, souterrain, du nazisme, du "grand nazisme occultiste". Aussi trouvera-t-on, dans Le Monde en date du 23 Novembre 1997, sous la signature de Alain Giraudo, les lignes qui suivent : "Si Harrer ne dit pas toute la vérité sur ses liens avec les nazis, la dit-il à propos de son passage au Tibet ? Il est clair pour David Roberts que Himmler est intervenu pour que Harrer participe à l'expédition du Banga Parbat dont le chef SS était le commanditaire direct. Il l'avait été un an auparavant d'une mission "anthropologique" qui s'était infiltrée au Tibet et jusqu'à Lhassa. Les nazis, qui avaient fait le rapprochement entre la croix gammée (swastika) et un symbole bouddhiste, s'étaient persuadés que les Tibétains descendaient directement des aryens qui avaient trouvés refuge dans l'Himalaya au moment de l'effondrement de l'Atlantide. Bruno Berger, de sinistre mémoire pour sa collection de squelettes prélevés dans les camps, accompagnait le SS Ernst Schafer pour faire la démonstration "scientifique" de ce délire fantasmatique. David Roberts n'a pas établi la preuve que Harrer connaissait le but des travaux de Schafer et Berger mais il pense que Harrer ne pouvait pas en ignorer l'existence. D'autant que Schafer aurait établi en 1938 des relations avec un dignitaire tibétain dénommé Tsarong qui, en 1946, aurait facilité à Harrer et à son compagnon l'accès au Dalaï-lama. Vu sous cet angle, la fascination qu'exerçait le Tibet sur les deux fuyards prend néanmoins une autre signification."

Ces journalistes, dont l'humeur abjectement fouineuse ne trouve d'égal que dans leur profond analphabétisme, ignorent sans doute que les tenants actuels de la tradition occidentale - dont René Guénon et Julius Evola - sont tous d'accord pour reconnaître un antagonisme irréductible entre la civilisation de l'Atlantide et celle de l'Hyperborée, entre l'extrême Occident et l'extrême Nord. La civilisation de l'Atlantide était essentiellement magicienne, sombre et crépusculaire, lunaire, et avait suicidairement mis en jeu des formidables forces métagravitationnelles dont elle ne savait pas maîtriser - ou l'avait oublié - les hautes puissances spirituelles qui eussent pu justifier les maniements et garder le contrôle. Il est en même temps vrai que l'éthos doctrinal profond de la conscience magicienne du Tibet, sombre, hallucinée par le perpétuel combat contre les démons de l'invisible, qu'elle fût pré-bouddhique ou bien celle d'un bouddhisme transformé de l'intérieur, correspond assez à ce qu'avait dû être la vision du monde de l'Atlantide. Mais dans tous les cas le "grand nazisme occultiste" n'avait pas à s’intéresser à l'Atlantide, qu'il assimilait à la civilisation matérialiste et désacralisé d'outre-atlantique, à la face irrémédiablement décadente, finale, de l'Occident mais aux civilisations originelles de l'extrême Nord, aux souvenances immémoriales de la vision hyperboréenne du monde, limpides et solaires, héroïques, divines et divinisantes, fondées dans l'être et pourvoyeuse de liberté. Ce qui est une toute autre chose. Et l’intérêt du "grand nazisme occultiste" pour le Tibet était, lui aussi, tout autre que ne sauraient se le figurer ceux qui en parlent du dehors.

 

1152px-Flag_of_Tibet.svg.png