Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2014

La Russie : pivot originel, bunker ontologique de départ (Jean Parvulesco)

 

Jean Parvulesco, La confirmation boréale, La Stratégie contre-mondialiste de l'Axe Paris-Berlin-Moscou, La Russie : pivot originel, bunker ontologique de départ, p. 305, aux éditions Alexipharmaque

 

Seule la Russie pourrait le faire, mais encore faudrait-il qu'au préalable y apparaisse l' « homme providentiel », l' « homme du plus grand destin », qui seul saurait prendre sur lui d'engager la Russie dans la grande aventure impériale eurasiatique présupposée comme nécessairement consécutive à la mise en place de l'axe Paris-Berlin-Moscou, qui n'en est que le pivot originel, le bunker ontologique du départ. 

 

Car, de toutes les façons, l'Europe sera grand-continentale eurasiatique, ou ne sera pas. En fait, le noyau fédéral franco-allemand proposé aujourd'hui par Joschka Fischer ne représente déjà plus rien : l'Europe à laquelle il en appelle n'est pas l'Europe, mais une sorte d'apparition spectrale, ectoplasmique de celle-ci. La véritable Grande Europe, c'est l'Imperium qui émergera autour de l'axe Paris-Berlin-Moscou, quand celui-ci sera devenu l'axe Madrid-Paris-Rome-Berlin-Moscou-New Delhi-Tokyo.

 

Ainsi le seul intérêt du projet fédéral de Joschka Fischer réside-t-il dans le fait qu'en proposant un noyau fédéral dur franco-allemand, auquel viendraient se joindre par la suite, et également fédéralisés, les autres pays européens envisagés, il outrepassait les interdits les plus formels de la conspiration mondialiste américaine, qui ne supportera absolument pas que l'émergence d'une Europe Fédérale, fût-elle réduite à son expression réduite, mutilée, fût-elle même d'orientation social-démocrate, puisse avoir lieu dans l'espace européen sous son contrôle. A quoi correspond-elle au juste, on se le demande, cette initiative de Joschka Fischer ? L'Allemagne envisagerait-elle finalement de s'embarquer dans une manœuvre politique parallèle, en prenant des risques considérables ? Berlin entamerait-il, ainsi, qui sait quel chantage politique, qui sait quelle obscure épreuve de force avec Washington font-ils, ensemble, un jeu encore indéchiffrable, poussent-ils en avant une nouvelle phase du jeu américain secret de la social-démocratie en place ?

 

suite : Moscou devra donner le signal de départ précédent : Un commandement d'action immédiate et totale

 

13601310.jpg

Écrire un commentaire