Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2014

Le Projet "Empire" XI (Alexandre Douguine)

 

Alexandre Douguine, La Quatrième théorie politique - La Russie et les idées politiques du XXIème siècle, Chapitre X Le projet "Empire", La CEI, berceau de l'Empire à venir, pp. 225-226, aux éditions Ars Magna

 

L'intégration de l'espace postsoviétique sera le berceau de l'empire, son point zéro. Tous les États postsoviétiques ne possède que le niveau de souveraineté que la faiblesse de Moscou dans les années 1990 leur a attribué, ainsi que le soutient potentiel de Washington. De par leurs autres aspects, il s'agit presque toujours "d’États en faillite" (failed states). Aujourd'hui, l'OTAN, encouragée par la stupeur dans laquelle le Kremlin se trouve depuis la catastrophe géopolitique des années 1990, tente de rendre irréversible l'éloignement de certains pays par rapport à la Russie, en premier lieu l'Ukraine et la Géorgie. Dans le report à décembre 2008 de la question de l'entrée de Kiev et de Tbilissi dans l'OTAN, nous avons affaire à un délai payé par la vieille Europe pour que nous en fassions bon usage. Mais après Tskhinvali, tout cela revêt une autre signification. Concrètement, ce répit a pris fin le 8 août 2008, après la décision de Moscou de faire entrer ses troupes en Géorgie.

 

Si l'Ukraine et la Géorgie entraient dans la composition de l'empire américain, ce qu ne ferait que renforcer les positions atlantistes en Europe même (comme l'ont bien compris Paris et Berlin qui ont eu un geste amical envers la Russie), le projet impérial se verrait alors bloqué pour la Russie (ce qu'écrit ouvertement Zbigniew Brezinski sans son ouvrage Le Grand échiquier). Le chaudron du futur empire eurasiste correspond dans l'ensemble à l'espace de la CEI.

 

Certes, en évoquant la diffusion de l'influence de la Russie dans l'espace postsoviétique, nous n'avons pas à l'esprit une colonisation directe traditionnelle. Les empires d'aujourd'hui recourent rarement à de telles méthodes (bien que, comme nous le voyons dans le cas de l'Irak ou du Kossovo, cela puisse malgré tout se produire ; par conséquent il convient de ne pas les rejeter complètement). Toutefois, notre monde propose des technologies plus raffinées et plus efficaces, permettant d'obtenir des résultats analogues par d'autres moyens, par l'utilisation des ressources de l'information, d'organisation non-gouvernementales, de groupes confessionnels ou de mouvements sociaux.

 

En Ukraine plus de la moitié de la population s'oppose à l'entrée du pays dans l'OTAN, appartient à l’Église orthodoxe russe du Patriarcat de Moscou et est orientée vers un rapprochement avec la Russie. Mais le sommet de l'élite politique de Kiev s'est vendu à l'empire américain. D'un point de vue civilisationnel, les terres occidentales de l'Ukraine tendent aussi vers l'Europe. Mais l'Est de la Crimée, indubitablement, vers la Russie. Le compte à rebours pour empêcher l'annexion de l'Ukraine pour l'empire atlantiste a déjà commencé.

 

La Russie possède une chance et des ressources. Mais s'il n'y a pas de certitude en la nécessité historique de construire, sur l'espace de la CEI, le chaudron d'une nouvelle construction impériale, Moscou pourrait laisser passer cette possibilité.

 

Ce faisant, la détermination à accepter le projet impérial doit automatiquement entraîner un travail intense avec nos amis, les pays membres de la Communauté économique eurasiatique (EVRAZES, en premier lieu le Kazakhstan et la Biélorussie), dont les peuples et les leaders  soutiennent l'intégration. Pour contrer les ennemis, il est indispensable de se rapprocher davantage de ses alliés, et de fermer les yeux sur les tentions dans nos relations avec eux.

 

kazakhstan_grunge_flag_by_syndikata_np-d5gawbi.jpg

 

The Fourth Political Theory: beyond left and right but against the center

Écrire un commentaire