Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2014

Le Projet "Empire" VI (Alexandre Douguine)

 

Alexandre Douguine, La Quatrième théorie politique - La Russie et les idées politiques du XXIème siècle, Chapitre X Le projet "Empire", L'Empire Islamique (le Califat mondial), pp. 216-218, aux éditions Ars Magna

 

Si aucun nation État-nation ne possède le potentiel suffisant pour bloquer l'offensive de l'empire américain (atlantiste) dans le monde contemporain, il ne reste qu'un seul choix. Soit demander la pitié du vainqueur et embrasser les bottes des nouveaux maîtres du monde, (comme le font par exemple de nombreux pays d'Europe de l'Est et de la CEI), soit apporter une riposte asymétrique (nous connaissons la variante anarcho-trotskiste dans l'esprit de Negri et Hardt aux postmodernistes de salon, aux marginaux, aux toxicomanes ainsi qu'au pervers).

 

Il est extraordinairement important non seulement de prendre conscience des ressources sur lesquelles peut s'appuyer l'alternative dans sa dimension matérielle, mais également de savoir quelle idéologie prendre en qualité de facteur d’intégration. Le projet de l'islam fondamental contient une de ces réponses idéologiques. Dans son expression politique, il oppose l'empire américain mondial un autre empire, le califat islamique mondial. Cela apparaît parfaitement logique, le projet islamique prend en compte le caractère de l'affrontement : le défi global se voit proposer une réponse globale (bien qu'asymétrique).

 

Dans l'affrontement entre les États-Unis et Al-Quaïda, aussi étrange et disproportionné que paraisse ce duel entre la puissance mondiale dominante et le "terrorisme internationale" déterritorialisé, nous avons affaire à l'affrontement de deux projets idéologiques d'égale importance. Le fondamentalisme islamique présuppose :

- l'établissement d'un gouvernement islamique mondial,

- une large autonomie des groupes ethniques, qui se verront soumis à une islamisation ou devront s'acquitter de la dîme (en tant que "gens du livre"),

- l'introduction des normes de l'économie islamique  (refus de l'usure, versement d'une dîme au profit de la communauté, l'oumma, avec répartition au profit des indigents ),

- l'existence d'une mission religieuse (l'islam et l'islamisation),

- une échelle planétaire (les musulmans vivent dans le monde entier).

 

Le projet islamique en tant que réponse à la mondialisation américaine coïncide pleinement avec la définition de l'empire. Certes, demeure la question des ressources nécessaires à l'affrontement. Mais ici, le postmodernisme et sa société en réseau (Manuel Castells) vient au secours de l'islamisme. Les islamistes utilisent la pauvreté des nouvelles recrues au service du terrorisme islamiste international, exploitent le potentiel religieux, élevé au rang de fanatisme, font appel aux groupes ethniques et religieux du monde entier pour créer leurs propres réseaux, utilisent l'internet ainsi que d'autres technologies de l'information pour mener une lutte informationnelle et enfin, recourent à des attentats comme lors du 11 septembre 2001 ce qui constitue déjà un coup sérieux porté à l'empire contre lequel ils mènent la guerre. Le fait que les islamistes radicaux aient désigné les États-Unis comme leur principal ennemi constitue une preuve suffisante du fait que nous avons affaire à un projet sérieux et responsable. Il s'agit d'un projet d'empire mondial alternatif. 

 

guerre-Islam3.jpg

 

  The Fourth Political Theory: beyond left and right but against the center

Écrire un commentaire