Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2014

Le Projet "Empire" XIV (Alexandre Douguine)

 

Alexandre Douguine, La Quatrième théorie politique - La Russie et les idées politiques du XXIème siècle, Chapitre X Le projet "Empire", L'Eurasisme en tant qu'idéologie impériale, pp. 232-233, aux éditions Ars Magna

 

Toutefois, le plus important dans le projet impérial russe demeure l'idéologie. Il n'y a pas d'empire sans idéologie et sans conscience d'une mission. Il nous semble que l'eurasisme en tant que philosophie politique du XXIème siècle apparaît comme la forme optimale d'un tel empire.

 

Parmi toutes les formes d'empire, l'empire construit sur le critère civilisationnel correspond le mieux à l'empire eurasiste. Pendant des siècles, les peuples postsoviétiques ont vécu ensemble, ont partagé des valeurs européennes, que des valeurs asiatiques. Cet ensemble culturel spécifique s'est formé autour de la culture russe, de la langue russe et de la tradition russe, ouverte à tous les peuples frères, qui ont construit avec les Russes aussi bien l'empire russe que l'Union Soviétique.

 

La civilisation eurasiste apparaît commune aussi bien pour la Biélorussie, que pour le Kazakh, le Yakoute, le Tchétchène, le Grand-Russe, le Moldave, l'Ossète ou l'Abkhaze. Nombre de peuples et de cultures se sont mêlés, s'enrichissant mutuellement dans la société eurasiste. Le principe russe constitue le noyau de cette société,  mais sans aucune allusion à une prééminence, une exception, un caractère exceptionnel, une supériorité ou encore à une fierté ethnique mal placée. Dostoïevski qualifiait l'homme russe d'homme total et soulignait son caractère ouvert, l'universalité de son amour et le caractère incommensurable de sa bonté.

 

Historiquement, les Russes ont toujours été un empire, ce qui signifie que cette expérience ne sera pas artificielle. Les positions idéologiques ont changé, du modèle orthodoxe-monarchique au modèle soviétique, mais la volonté du peuple d'unir culturellement et civilisationnellement les gigantesques espaces de l'Eurasie est demeurée inchangée.

 

L'eurasisme propose de synthétiser toutes les idées impériales précédentes, de Gengis Khan à Moscou-Troisième Rome et d'en faire ressortir le dénominateur commun : la formule d'une volonté e construction impériale. Les peuples de l'Eurasie du Nord sont liés par l’histoire, la culture, la langue russe, une communauté de destin, les particularités du rapports au travail, une structure éthique et religieuse proche. Les Européens n'ont-ils pas su s'unir après tant de guerres meurtrières ? Pour les habitants du futur empire eurasiste, cela s'avèrera encore plus simple. La combinaison d'un centralisme stratégique et d'une large autonomie ainsi que de l'auto-administration, ce qui constitue le signe caractéristique de l'empire, ne devra pas non plus être créée de façon artificielle. Ces éléments étaient déjà quasiment présents dans l'Empire russe et partiellement en URSS. La Fédération de Russie, dans laquelle cohabitent nombre d'ethnies et de cultures locales, a conservé quelque chose de semblable. Sur le fond, la Fédération de Russie constitue aussi une sorte d'empire, seulement miniature, contre-nature, fondé non pas sur les véritables aires culturelles d'une civilisation commune, mais sur des délimitations administratives artificielles qui, dans tous les cas, ne signifiaient rien à l'époque de l'Union soviétique, dans la mesure où elles étaient conventionnelles et non historiques, et avaient été introduites afin de faciliter la gestion territoriale, administrative ainsi que l'organisation économique. Les pays de la CEI, y compris la Russie, dans les frontières à l'intérieur desquelles ils existent, ne possèdent pas le moindre sens historique, ni le moindre contenu géopolitique. Il s'agit de frontières conventionnelles et seuls ceux qui appliquent le principe "diviser pour régner" et entendent s'approprier tous les éléments isolés peuvent insister en faveur de leur intangibilité. 

 

Maintenant en ce qui concerne la mission. Tout au long de leur histoire, les Russes ont vécu avec la sensation d'accomplir cette mission. Voilà précisément pourquoi ils ont supporté si facilement les malheurs de l'histoire et les privations. Nos ancêtres avaient clairement conscience du fait que tout cela est indispensable à la victoire de l'idée mondiale, au salut de la paix, de la lumière, du bien et de la justice. Il ne s'agit pas que de mots : ils ont tous étét payés par des rivières de sang, par un labeur insupportable, et de grandes réalisations historiques. Nous avons fait la guerre, non pas tant pour acquérir des biens matériels, que pour défendre ce que nous considérons comme juste, vrai et bon. C'est pourquoi précisément l'empire eurasiste à venir peut à juste titre être nommé empire du bien et de la lumière, appelé à livrer un dernier combat décisif à l'empire américain du mensonge, de l'exploitation, de la dégradation morale de l'inégalité, à "l'empire du spectacle"

 

L'eurasisme en tant que philosophie politique correspond le mieux aux exigences de construction de l'empire à venir. Cette philosophie impériale, cette philosophie vive est une philosophie russe et orientée vers le futur bien qu'elle soit élaborée sur les solides fondations du passé.    

 

279101_le-premier-ministre-russe-vladimir-poutine-a-moscou-le-17-aout-2011.jpg

 

The Fourth Political Theory: beyond left and right but against the center

07/12/2014

Multipolarité et système westphalien (Alexandre Douguine)

 

Alexandre Douguine, Pour une théorie du monde multipolaire, Chapitre 1. La multipolarité - définition des concepts utilisés, La multipolarité ne coïncide pas avec le modèle d'organisation tel qu'il découle du système westphalien, pp. 6-9, aux éditions Ars Magna

 

Avant de procéder plus précisément à la construction de la théorie du monde multipolaire, il nous faut préalablement distinguer strictement la zone conceptuelle que nous allons étudier. Pour cela, nous devons considérer les concepts de base et définir les caractéristiques de l'ordre mondial actuel, lequel n'est certainement pas multipolaire et auquel, en conséquence, la multipolarité constitue une alternative.

 

Il y a lieu de commencer ce travail par l'analyse du système westphalien. Celui-ci reconnaît la souveraineté absolue de l’État-nation, sur lequel a été construit l'ensemble de la légalité juridique internationale. Ce système, développé après 1648 (la fin de la guerre de Trente Ans en Europe), a connu plusieurs stades de développement, et dans une certaine mesure, a reflété la réalité objective des relations internationales jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale. Il est né du rejet de la prétention des empires médiévaux à porter un universalisme et une "mission divine". Il est allé de pair avec les réformes bourgeoises dans les sociétés européennes, et il est basé sur l'hypothèse que seul l’État national est détenteur de la souveraineté, et que, en dehors de lui, aucune autre instance ne devrait avoir le droit de s'immiscer dans la politique interne de cet État, pour quelque objectif ou mission que ce soit (religieuse, politique ou autre). A partir du milieu du XVIIème siècle et jusqu'au milieu du XXème siècle, ce principe a prédéterminé la politique européenne et a, par voie de conséquence, été mis en application aux autres pays du monde, moyennant certains amendements.

 

A l'origine, le système westphalien ne visait que les puissances européennes, et les colonies de ces dernières n'étaient considérées que comme leurs simples dépendances, ne possédant pas suffisamment de potentiel politique et économique pour pouvoir prétendre à une souveraineté indépendante. Ce n'est que depuis le début du XXème siècle et lors de la décolonisation, que le même principe westphalien a été étendu aux anciennes colonies.

 

Ce modèle westphalien suppose l'entière égalité juridique entre tous les États souverains. Dans ce modèle, il existe autant de pôles de décisions de politique étrangère dans le monde, qu'il y existe d’États souverains. Cette règle du droit international est fondé sur elle.

 

Mais dans la pratique, bien sûr, il existe une inégalité et un lien de subordination hiérarchique entre les différents États souverains. Au cours de la première et de la deuxième guerre mondiale, la répartition du pouvoir entre les plus grandes puissances mondiales a conduit à une confrontation entre des blocs distincts, où les décisions étaient prises dans le pays qui était le plus puissant au sein du bloc.

 

A la suite de la deuxième guerre mondiale et de la défaite de l'Allemagne nazie et des puissances de l'Axe, s'est développé un régime bipolaire des relations internationales, appelé système de Yalta. Juridiquement, le droit international a continué à reconnaître la souveraineté absolue de tout État-nation, mais dans les faits, les décisions fondamentales concernant les questions centrales de l'ordre du monde et de la politique mondiale étaient prises uniquement dans deux centres - à Washington et à Moscou.

 

Le monde multipolaire diffère du système westphalien classique par le fait qu'il ne reconnaît pas aux État-nation distincts, légalement et officiellement souverains, le statut de pôles à part entière. Dans un système multipolaire, le nombre de pôles constitués devrait être nettement inférieur à celui des États-nations actuellement reconnu (et a fortiori, si l'on retient dans la liste les entités étatiques non reconnues sur la scène internationale). En effet, la grande majorité de ces États ne sont pas aujourd'hui en mesure d'assurer par eux-mêmes ni leur prospérité, ni leur sécurité, dans l'hypothèse d'un conflit avec une puissance hégémonique (comme celle des États-Unis, comme c'est clairement le cas dans le monde aujourd'hui). Par conséquent, ils sont politiquement et économiquement dépendants d'une autorité extérieure. Étant dépendants, ils ne peuvent pas être des centres d'une volonté véritablement indépendante et souveraines pour ce qui est des questions intèressant l'ordre mondial.

 

Le système multipolaire ne considère pas l'égalité juridique des États-nations dans le système westphalien comme nécessairement révélatrice d'une réalité factuelle, mais plutôt comme une simple façade derrière laquelle se tapit un monde très diffèrent, basé sur un équilibre des forces et des capacités stratégiques réelles plutôt que symboliques. 

 

La multipolarité est opérative dans une situation qui existe de facto plutôt que de jure. Elle procède d'un constat : l'inégalité fondamentale entre les États-nations dans le monde moderne, que chacun peut observer empiriquement. En outre, structurellement, cette inégalité est telle que les puissances de deuxième ou de troisième rang ne sont pas en mesure de défendre leur souveraineté face à un défi de la puissance hégémonique, quelle que soit l'alliance de circonstance que l'on envisage. Ce qui signifie que cette souveraineté est aujourd'hui une fiction juridique. 

 

Helst,_Peace_of_Münster.jpg

The Fourth Political Theory: beyond left and right but against the center