Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2014

La démocratie, voilà l’ennemi ! (Julius Varuna)

 Ou le retournement in-extremis d’une incantation laïcarde

 

Je sais, je sais. Voilà qui paraîtra incongru à bon nombre de lecteurs. Il est clair que depuis 1945, nous avons écopé de « démocratie à perpétuité » (Bardèche) et ce sans le moindre espoir de remise de peine. Impossible de penser le monde en dehors de la démocratie. On peut la penser libérale, socialiste, libertaire, conservatrice, bourgeoise, chrétienne, islamique… bref, elle peut être tout, donc elle n’est rien. Nous-mêmes, avons eu du mal à changer de paradigme. La démocratie est bien « le meilleur des régimes à l’exception de tous les autres » (Churchill) pas vrai ? Tous les autres régimes ne sont-ils pas affreux ? Pourquoi ? Parce que !

 

Ainsi, dès nos premières amours putschistes nous heurtions nous à des réticences d’amis, de connaissances, d’inconnus croisés lors de manifestations. « Nous ne mangeons pas de ce pain-là ! » nous dit-on. Ah ? Bon. Préférez-vous celui de l’américanisation, de l’immigration de masse, de l’ultra-libéralisme, de la délocalisation, du judaïsme politique avec des pépites de société du spectacle pour relever le tout ? Le tartinerez-vous d’une margarine de pédocriminalité de réseau ou d’une confiture d’indifférenciation de genre ? Bon appétit messieurs-dames ! Et n’en laissez pas une miette ! Nous n’avons pour notre part plus très faim. « Le putsch ? et après cela la dictature militaire ?! », « Il faut sauver la République, avec une démocratie directe/réelle/véritable/tirée au sort/populaire » nous en passons, et des meilleures. Au moins, les deux dernières relèvent-elles d’un réel souci de bien faire.

 

La dictature, terme qui dans le vocable usuel couvre un spectre allant du régime autoritaire fasciste ou socialiste à la monarchie en passant par l’Imperium, louons la précision de nos contemporains, fait peur, très peur. Confondue allègrement avec la tyrannie, forme du pouvoir injuste, illégitime et oppressive –qu’il est parfaitement possible de vivre en démocratie !-, éloignée de sa définition primordiale d’une magistrature d’exception réservée aux cas de crise grave dans la République romaine, elle hante les cauchemars des français de tous bords. Soyons honnêtes, en réalité ce qui fait peur, c’est la « non démocratie ». Tout régime qui ne fait pas participer l’individu à sa propre aliénation ne saurait être acceptable. Eh bien, au risque de surprendre, nous osons affirmer qu’en ce qui nous concerne, nous considérons que la démocratie est à craindre de façon primordiale !

 

Avant toutes choses, évacuons l’idée saugrenue selon laquelle nous ne vivons pas en démocratie. En effet, une déviance commune consiste à confondre deux conclusions d’une même observation :

 

- La plus répandue consiste à dire que le fonctionnement actuel des institutions n’est pas démocratique en cela que le « peuple » serait finalement tenu à l’écart du pouvoir effectif par des oligarques technocrates non-élus. Ainsi nous ne serions pas dans une « vraie » démocratie, celle-ci ayant été « confisquée » par l’élite. Certains vont même jusqu’à regretter la troisième la quatrième ou les deux premières républiques. En c’temps-là, tout était bien différent, pas vrai ? L’affairisme, les réseaux maçonniques, le lobbysme, la politique politicienne, l’oligarchie, le mondialisme, tout cela a poussé comme par magie à la mort du Général de Gaulle !

 

- La seconde conclusion consiste à déduire que tout cela est parfaitement normal, logique et cohérent, que depuis 1789 que l’on parle de démocratie en France les choses en sont toujours allé ainsi, que l’idée même de démocratie au sens moderne est intrinsèquement libérale, bourgeoise, maçonnique, oligarchique, et que la République a toujours été un instrument de subversion au service du capital international et apatride. Sub sole nihil novi est !

 

Le lecteur s’en doutera, nous tendons à adhérer à la seconde conclusion. Il n’y a pas de vraie-fausse démocratie, de fausse-vraie démocratie, il n’y a que la démocratie, que nous jugeons à ses conséquences, comme l’arbre à ses fruits. La démocratie est ce qu’elle est. Y aurait-il eu une erreur de parcours, elle a eu droit à pas moins de cinq tentatives pour montrer un autre visage. Vous en faut-il une sixième ? Nous affirmons que la France –qui n’est pas la République- ne survivra pas à une sixième, ou à une prolongation indéfinie de la cinquième République.

 

Ce papier n’a pas vocation à effectuer une réflexion théorique sur le concept de démocratie. D’autres l’ont fait bien mieux que nous le ferions nous-mêmes, et ce qui nous intéresse, ce sont les avatars concrets de la démocratie, et leur action réelle sur les sociétés.

 

Et justement ! Nous l’affirmons, une nouvelle fois, la perspective de la sortie de la démocratie parlementaire, de marché et d’opinion ne nous empêche nullement de dormir. C’est sa prolongation indéfinie qui suscite chez nous l’inextinguible angoisse !

 

Car,

 

C’est la démocratie qui a bradé la souveraineté de la France à la technocratie européiste anti-européenne. A référendum (2005), référendum et demi (traité de Lisbonne 2007).

 

C’est la démocratie qui nous lie à l’alliance atlantique ad vitam aeternam, contre nos intérêts géopolitiques fondamentaux.

 

C’est la démocratie qui nous a vendu à la Banque, par la fameuse loi de 1973. Certes, la Banque n’a pas été élue, mais Pompidou ne l’a-t-il pas été ?

 

C’est la démocratie qui signera finalement le traité transatlantique, afin que l’Etat puisse directement être attaqué par une firme transnationale, afin que nous ne soyons plus qu’une énième étoile informelle sur le drapeau des Etats-Unis.

 

C’est la démocratie qui a accompagné le déchaînement du libéralisme économique, arraché les paysans de leurs terres pour travailler dans l’industrie, pris le parti du capital contre le travail, a fait tirer sur les grévistes, réprimé la Commune, abandonné la social au profit du sociétal, délocalisé, et signé le « pacte de stabilité ».

 

C’est la démocratie qui a massacré les Vendéens, préparé les mécanismes totalitaires, affirmé le « droit [des races supérieures] vis-à-vis des races inférieures » (Jules Ferry), prolongé le colonialisme au nom des droits de l’Homme, charcuté la carte de l’Europe au point de provoquer la plus grande guerre mondiale, lancé deux bombes atomiques sur des populations civiles, rasé la ville de Dresde et tant d’autres, toujours au nom de ces mêmes droits de l’Homme.

 

C’est la démocratie qui a accouché du patriot act, de la loi Gayssot, et de centaines d’autres lois liberticides.

 

C’est la démocratie qui a encouragé l’immigration extra-européenne transformant des nations millénaires en grand fourre-tout interethnique, accompagne le métissage forcé et le grand remplacement par un discours faux-cul et béat afin de masquer la violence de ce processus et de ses conséquences.

 

C’est la démocratie qui a légalisé l’absurde mariage « pour tous » en refusant au peuple français tout référendum sur la question, bien qu’inoffensif, si cette même démocratie avait été sure de répondre aux aspirations légitimes de son peuple, ouvert par là même une boite de pandore annonçant d’autres extensions du « pourtousisme » dans les années à venir, toutes aussi absurdes et malsaines les unes que les autres.

 

C’est la démocratie qui a divisé la nation : partis, communautés, ethnies, sexes, âges, religions.

 

C’est démocratiquement que la masse, démocratiquement inculte, hédoniste, individualiste et déracinée, réclame toujours plus de droits, accepte d’en donner sans y penser à toutes les minorités, pourvu que s’en soit, et qu’elles aient la salutaire impression de les persécuter.

 

C’est démocratiquement que fut votée une loi autorisant le meurtre de centaines de milliers de futurs français sous prétexte que personne ne désirât leur venue, quand bien même tout le monde acceptât l’esprit qui a permis qu’il soit conçu !

 

C’est démocratiquement que l’on abrutit des peuples entiers à coup d’évènements sportifs de masse, de jeux télé ineptes, de musique pauvre et débilitante, de séjours à l’école-garderie, où l’on apprendra, bien sûr, la gloire de la démocratie.

 

C’est démocratiquement que l’on détruit des nations pour leurs insoumissions au Système : Afghanistan, Syrie, Irak, Lybie, Mali, Centrafrique, Yougoslavie, Ukraine, en armant au besoin des terroristes, et que du même coup, l’on envoie des soldats français mourir sans que leur sacrifice n’ait une quelconque influence sur notre inexorable chute.

 

C’est démocratiquement que toute forme de spiritualité et d’intégrité supérieure fut rangée au rang de vieilleries ringardes et obscurantistes, scellant l’Homme à la boue rance du matérialisme.

 

Nous pourrions poursuivre, mais estimons en avoir assez dit. Nous nous doutons bien, de toutes manières que cela ne changera rien. Le démocrate saura même se réjouir de certains de ces faits. Notre objectif était de clarifier un point capital : Il n’y a pas eu de confiscation de la démocratie. La démocratie moderne (nous excluons les formes antiques de démocratie de notre opprobre), est, a toujours été, et sera ce qu’elle est intrinsèquement : une absurdité, un non-sens, un instrument de la subversion libérale et moderne contre la Tradition.

 

La démocratie, voilà l’ennemi !

 

 

Julius Varuna

 

 

photo.jpg

 

 

15/12/2014

Le gaullisme, une doctrine du déchiffrement (Jean Parvulesco)

 

Jean Parvulesco, La confirmation boréale, Sur le grand tournant actuel du gaullisme, « Les desseins du prince ne sont bien connus que par l'exécution », pp. 248-252, aux éditions Alexipharmaque

 

Avec des moyens somme toute dérisoire comparés à ceux dont disposaient ses adversaires, l’aventure politico-historique du gaullisme a été une entreprise essentiellement désespérée, poursuivant inlassablement son opposition acharnée à la double conspiration anti-européenne de dimension planétaires et de profondeur suprahistorique constituée par les États-Unis et l'URSS. Et alors qu'il était inconcevable qu'il puisse réussir, étroitement bloqué comme il se trouvait par l’étau fatidique de la perpétuation de fait des accords de Yalta, le général de Gaulle avait quand même fini par l'emporter sur toute la ligne.

 

Avec cette décision résolue, inconditionnelle – l'Entschlossenheit heideggérien – de la foi visionnaire, ontologiquement engagée, le général de Gaulle, dans une solitude glaciale, a néanmoins poursuivit sans relâche, d'échec en échec plutôt que de réussite en réussite, l’œuvre de redressement qu'il avait faite sienne, la mission secrète qui lui avait été confiée par la Providence, à savoir, au-delà de la décolonisation et de ses arrières-batailles, celle de ramener la France à son statut antérieur de superpuissance politique planétaire, afin qu'il en fasse l'instrument suractivé de la mise en place de l’unité impériale européenne grand-continentale. Car, derrière le redressement de la France, le générale de Gaulle n'a pas un seul instant cessé de viser le redressement suprahistorique final de la plus Grande Europe.

 

Aussi, à regarder avec une attention entendue ce qu'auront été les cinq grandes échecs du gaullisme au pouvoir, l'image en creux se précisera-t-elle mieux, devant nous, des arrière-pensées du « grand dessein » politico-historique révolutionnaire que nourrissait confidentiellement le général de Gaulle tout le long de ses batailles politiques immédiates. La grille de déchiffrement de ces cinq échecs est décisive.

 

1) En premier lieu, il faut considérer l'échec de ce qu'aurait dû être l'intégration politique totale franco-allemande, la constitution – la reconstitution – immédiate, de fait, d'un Pôle Carolingien, par l'union de la France et de l'Allemagne, les deux pays ne faisant plus qu'un, avec un seul gouvernement et une seule identité politico-administrative, afin que l'on puisse ainsi mettre en œuvre l'intégration politique accélérée de l'ensemble de l'Europe de l'Ouest. A juste titre le général de Gaulle avait-il donc défini l'union politique franco-allemande comme une Révolution Mondiale, eine Totale Weltrevolution.

 

On sait que le chancelier Konrad Adenauer avait été entièrement gagné à ce projet lors des trois jours qu'il avait passé à Colombey les Deux Églises, hôte personnel du général de Gaulle, mais que la décision finale a échouée à causes des déficiences de l'appareil politique ouest-allemand gangrené par les séquelles démocratiques de l'occupation, complètement tenu comme celui-ci se trouvait par les États-Unis, qui s'y opposaient farouchement. On en subit jusqu'à présent, et de quelle dramatique manière encore, les conséquences de ce premier grand échec gaulliste, qui fut aussi un échec terrible pour l'ensemble du continent européen, notre échec fondamental.

 

2) Il y eut ensuite l'issue malheureuse de la tentative de libération du Québec, où le général de Gaulle avait essayé d'installer une tête de pont politico-stratégique européenne, base d'une future grande politique d'intervention européenne au cœur même de l'espace continental des États-Unis, antécédents ainsi, prophétiquement, sur l'actuelle opération d'investissement supracontinentale des États-Unis qui, à travers leur intervention politico-militaire dans le Sud-est européen, en Bosnie et au Kossovo, viennent établir, à leur tour, en inversant la continent européen. Tête de pont à partir de laquelle les États-Unis comptent entamer le processus sur le terrain de leur prochaine entreprise d’assujettissement politique de l'ensemble de l'Europe – de l'Ouest et de l'Est – et cela surtout pour empêcher que la Russie ne puisse y pourvoir son rôle suprahistorique décisif par l'intermédiaire de l'axe transcontinental Paris-Berlin-Moscou, qui constitue, aujourd'hui, le principal soucis géopolitique de Washington. Avec le ratage de la libération du Québec, la géopolitique gaulliste d'attaque s'est vue interdire l'ouverture planétaire décisive de son « grand dessein  » confidentiel. Deuxième coup de barre après l'échec de l'intégration politique totale de la France et de l'Allemagne, le ratage de la libération du Québec avait en fait sonné le glas de l'entreprise géopolitique impériale de la France gaulliste, en arrêtant brutalement sa marche en avant révolutionnaire.

 

3) Le troisième grand échec du général de Gaulle apparaît comme avoir été celui de sa doctrine de la participation, derrière laquelle se tenait sa volonté d'une rupture, d'un renversement révolutionnaire de fond, à la fois ultime et total, des structures capitalistes en place, rétrogrades et subversives, tenues par en dessous par la conspiration mondialiste et apatride permanente. La doctrine gaulliste de la participation s'utilisant à installer un régime social révolutionnaire , issu d'un pacte féodal de type nouveau et visant la mise en état d'une nouvelle féodalité impériale grand-européenne où la lutte de classe et jusqu'à la notion de propriété elle-même se trouvaient dépassés par la nouvelle réalité révolutionnaire d'une identité impériale autre, par un autre commencement impérial de la société changée dans ses profondeurs, transfigurée. Ce sont les propres défaillances de l'appareil d’État gaulliste lui-même qui avaient permis la disqualification sur le terrain de la doctrine de la participation, et en premier lieu l'opposition sournoise et décidée, l'action subversive en profondeur de George Pompidou, l'homme de l'emprise capitaliste de fait et de la Banque Rotschild, l'inertie administrative et le sabotage politique dans l'ombre l'ayant finalement emporté sur la volonté révolutionnaire du général de Gaulle, que soutenaient néanmoins dans son combat des hommes comme François Ferroux et René Capitant, héros de l'entreprise de libération sociale révolutionnaire de la France et de l'Europe, aujourd'hui plus ou moins oubliés, mais dont l'heure reviendra.

 

4) Mai 1968, enfin : le général de Gaulle saura finalement faire face, mais, un an plus tard, la vague de fond déclenchée, en mai 1968, par les services spéciaux de Washington et les structures clandestines de l'intérieur et de l’extérieur de la France dans les ens de son autodestitution, l'emportera quand même, et ce sera, à terme, la fin du gaullisme. L’extraordinaire conspiration de mai 1968 avait été rendue possible, avant tout, par la faillite totale des services de renseignement politico-stratégiques du régime gaulliste en place, qui s'étaient très à dessein laissés empêcher de prévoir ce qui était en train de se manigancer souterrainement, ainsi que par l"inconcevable trahison politique concertée et l'ineptie foncière de ses propres structures politico-adminstratives d’État, inadéquates, dépassés, nocives, et sans doute, finalement, aussi, complices.

 

5) Et vint, en 1969, le départ soi-disant volontaire du général de Gaulle de la direction des affaires. En fait, au-delà du double prétexte du referendum fatal – d'une part, la liquidation de l'intolérable contentieux du Sénat, abcès de fixation, centrale diversionniste de sabotage et de trahison permanente de la ligne gaulliste du régime et, d'autre part part, le début de processus de fédéralisation intérieure de la France libérant ses régions du carcan jacobin, préliminaire et en quelque sorte répétition générale de ce qu'allait devoir être la Grande Europe impériale des régions – il y avait, dans le boutoir référendaire que s'était imposé le général de Gaulle, la nécessité d'une réaffirmation abyssale de la volonté nationale de le suivre et de le soutenir sans faille avant le grand saute n avant par dessus la ligne de rupture intérieure de l'histoire finale de la France, que l' « homme des tempêtes » s'était enfin formellement décidé d'imposer à la France, qu'il voulait abruptement engager dans l'aventure révolutionnaire totale dont il portait en lui la tragique exigence depuis déjà la fin de la dernière guerre. Sur un dernier coup du destin, il avait, comme il en avait l'habitude, joué le tout pour le tout, et tout perdu d'un seul coup. 

 

On sait néanmoins que l'échec du referendum – et dont le départ du pouvoir du général de Gaulle – avait été le résultat – encore et toujours – de la trahison politique de sa propre garde rapprochée, Gerges Pompidou ayant encore une fois joué contre lui, ainsi que Valéry Giscard d'Estaing, la droite réactionnaire, capitaliste et versatile, étant ainsi parvenue à faire écarn entre la décision révolutionnaire du général de Gaulle et l'attitude à son égard de la nation induite en erreur, égarée sans son choix, éberluée et comme menée hypnotiquement à l'abattoir de l'histoire, sans recours.

 

De la présente analyse donc du parcours suivi par la gaullisme au pouvoir, il se dégage, y inclus – et peut être même surtout – de la série révélatrice de ses échecs – perpétrés, tous, ces échecs, de plus en plus fatidiques, exclusivement en termes de haute trahison, ce qui ne laisse pas, à ce qu'il me semble, d'être hautement, très hautement significatif l'évidence qu'une conscience, qu'une volonté, qu'une prédestination d'une envergure littéralement suprahistorique avait toujours conduit la marche de Charles de Gaulle vers son objectif transcendantal secret, à savoir la mise en place d'un dispositif politico-historique révolutionnaire en téta de pouvoir installer à terme cette fédération impériale grand-continentale représentant la première ouverture vers le mystère final du Regnum Sanctum. Depuis le début jusqu'à la fin ses pas ont été conduits, depuis le début jusqu'à la fin il a été mené depuis l'invisible. Le parcours du général de Gaulle a été fondamentalement médiumique. suite : Le « génie du renouveau » précédent : « Les desseins du prince ne sont bien connus que par l'exécution »

index.jpg