Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2015

RENCONTRES EURASISTES II

RE2.jpg

 

« Si tu n'existes pas, comment veux-tu mener quelque guerre que ce soit ? Il n'est qu'une seule guerre. Depuis la Défaite, jamais le soleil ne s'est plus levé. Plus une seule fois. Ne crois pas qu'il soit simple de faire la guerre. Ni la guerre, ni l'ennemi, ni le faux ami ne suffisent à mener, à déclarer, à combattre une guerre. Ne crois pas non plus qu'il soit si simple que le soleil se lève. Fais que le soleil se lève. Alors seulement, la guerre reprendra. Alors seulement, tu seras invité à danser la danse de la guerre. » Olivier Mathieu, Châteaux de sable, p. 250, aux Éditions des Aprems

08/05/2015

Des fractures multiples (Georges Feltin-Tracol)

 

Georges Feltin-Tracol,Réflexions à l'Est, Si près de l'Ours, L'Ukraine, un État par défaut ?, Des fractures multiples, pp. 88-90, aux éditions Alexipharmaque

 

Ces différentes adjonctions ne représentent pas en elles-mêmes des difficultés majeures dans l’organisation du territoire. Contrairement aux États sans façade littorale ou à la géographie particulière (Qu'on songe à l’étirement Nord - Sud du Chili et à son étroitesse Est - Ouest), l'Ukraine dispose d'un territoire massif et compact, ouvert sur les Mers Noire et d'Azov. En outre, elle bénéficie d'une capitale (Kiex/Kyiv) qui se trouve dans une position médiane quoique quelque peu excentrée vers le Nord et la frontière bélarussienne. Une certaine cohésion serait envisageable par une politique volontariste et audacieuse d'aménagement du territoire. Or rien n'est fait pour atténuer ses déséquilibres internes.

 

L'Ukraine est un jeune État qui ne dispose pas de la longue expérience administrative française, britannique ou allemande. Par bien des aspects, les troubles politiques et les dysfonctionnement étatiques qu'elle rencontre rappellent l'Italie unifiée entre 1851 et 1915. On décèle à la Rada (le Parlement ukrainien) la particularité parlementaire italienne avec le transformisme (les députés changent d'affiliation partisane au cours de leur législature), d'où une confusion gouvernementale certaine. Quant aux forces politiques, elles ne commencent vraiment que maintenant à s'organiser au sens allemand ou français du terme en s'appuyant sur des meneurs plus ou moins charismatiques (Bloc Timochenko...).

 

Les incertitudes inhérentes à un jeune État permettent aux négateurs du fait ukrainien d'avancer que l'Ukraine n'est qu'une part essentielle de la Russie. Pour soutenir cette thèse, ils ajoutent que c'est le berceau historique de l’identité russe avec la "Russie de Kiev" de Vladimir Beau-Soleil. Ils soutiennent que la langue ukrainienne n'est qu'un patois paysan et que l'Ukraine s’appelait du XVIIe siècle jusqu'aux débuts du XXe par "Nouvelle Russie" ou "Petite Russie". Or ces appellations sont contestables. La noblesse polonaise, puis les Autrichiens, qui dominent l'Ouest du pays, parlent d' "Ukraina" et ses habitants d' "Ukraincy". Mieux encore, le Normand Guillaume Le Vasseur de Beauplan tire en 1651 de son séjour dans ces contrées exotiques un ouvrage, Description d'Ukranie, qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne (3), dans lequel il mentionne l'Ukraine sous les mots d' "Ukranie" et de "Russie" alors qu'il parle de la future Russie par sa dénomination d'alors, la Moscovie.

 

Par ailleurs, Anne-Marie Thiesse a fort bien démontré que l'identité nationale provient dans la plupart des peuples européens d'un travail d'érudits qui collectent des particularités paysannes dont les patois afin de les élever au rang de singularités nationales et populaires (4). en outre, parler de "Russie de Kiev" appartient au registre anachronique. Il est plus appropriés d'évoquer la " Rus' " ou la "Ruthénie de Kiev". Le peuple ukrainien émane de la même matrice slave orientale génératrice des Russes et des Bélarussiens avec, du fait de sa situation géographique et des influences politico-culturelles contradictoires (polonais, puis autrichiennes à l'Ouest ; russes à l'Est ; ottomanes au Sud...), des mentalités différentes.

 

La célèbre dichotomie entre l'Ouest ukrainien et l'Est russophone ne doit cependant pas cacher des phénomènes moins perceptibles de fragmentations régionales, surtout là où vivent des minorités ethniques. L'Ukraine en recense plusieurs.Outre les Ukrainiens majoritaires te les Russes, on comte des Bélarussiens, des Roumains, des Hongrois, des Juifs, des Arméniens et des Grecs,. Depuis l'indépendance de 1991, deux minorités ont manifesté une forte agitation qu'on pourrait la qualifier de séparatiste : les Ruthènes en Ruthénie subcarpatique et les Tatars de Crimée, longtemps déportés en Asie centrale et autorisés sous Gorbatchev à revenir dans la péninsule. Afin de contenir les revendications tatares, l'Ukraine a accepté que la Crimée devienne une république autonome. Les Ruthènes exigent, eux, une reconnaissance culturelle au moins équivalente à celle des Tatars, ce que leur dénient les autorités de Kyiv au nom de l'unité nationale. Par contrecoup, les Ruthènes bénéficient de l'appui de la Russie et des partis russophones.

 

Un autre facteur de division sous-jacente concerne l’officialisation du russe à côté, voire à la place de l'ukrainien. Ce débat témoigne de la vivacité de la question nationale ukrainienne, même si existent des russophones d'Ukraine orientale favorable à l' "ukrainisation" du pays... L'actuel ministre de l’Éducation, Dmytro Tabachnyk, dénie toute réalité à l'ukrainien et conduit une politique poussée de russification...

 

A ces fortes querelles culturelles et linguistiques se superposent des conflits d'ordre confessionnel. D'abord entre les Orthodoxes et les catholiques romains de rite byzantin (ce qu'on appelle assez péjorativement les Uniates). Persécuté sous l'Empire russe et au temps de l' U.R.S.S., l'uniatisme retrouve une audience certaine avec l'indépendance de l'Ukraine et chercher à regagner sa place centrale dans les bourgs de l'Ouest ukrainien, quitte à reprendre plus ou moins de force des locaux religieux confisqués naguère et attribués à un clergé orthodoxes qui ne goûte guère ces actions. Il lui arrive de s'y opposer énergiquement, d'où des rixes dans les villages. Les autorités orthodoxes et grecques-catholiques sont aussi victimes de l'activisme forcené des sectes protestantes évangélistes venues des États-Unis qui profitent des dissensions religieuses pour convertir à leur foi de pacotille de nombreux fidèles en désarroi spirituel.

 

Le fidèle orthodoxe a de quoi être désorienté puisqu'il doit composer avec trois obédiences orthodoxes : une Église ukrainienne rattachée au patriarcat de Moscou, donc à l’Église orthodoxe russe, et deux Églises orthodoxes autocéphales ukrainiennes, non reconnues par les autres Églises orthodoxes, dont une dite du patriarcat de Kyiv. (à suivre, La "Révolution Orange" et ses conséquences chaotiques)

 

Notes :

3 : Guillaume Le Vasseur de Beauplan, Description d'Ukranie, qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne, Paris, l'Harmattan, coll. "Présence ukrainienne", introdcution et notes de Iaroslav Lebedynsky, 2002.

4 : Anne-Marie Thiesse, La construction des identités nationales. Europe XVIIIe - XIXe siècles, Paris, Le Seuil, coll. "L'univers historique", 1999.

 

(Lire l'article suivant La "Révolution Orange" et ses conséquences chaotiques ; précédent L'Ukraine, un État par défaut ?)

 

763px-Карта_Боплана.jpg

Représentation Général des plaines vides (Dans le langage courant, l'Ukraine) En collaboration avec les provinces voisines créé 1648 par Beauplan

La "Révolution Orange" et ses conséquences chaotiques (Georges Feltin-Tracol)

 

Georges Feltin-Tracol Réflexions à l'Est, Si près de l'Ours, L'Ukraine, un État par défaut ?, La "Révolution Orange" et ses conséquences chaotiques, pp. 91-94, aux édition Alexipharmaque

 

Des trois cofondateurs slaves de la C.E.I.,  l'Ukraine est l’État qui a subi les désordres politico-économiques les plus constants. Au contraire du Bélarus qui, dés 1994, restaura l'ordre avec le président Alexandre Loukachenko, et de la Russie à partir de 1999 avec l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine , l'Ukraine pâtit toujours de l'incurie d'une classe politique kleptocratique inféodé aux oligarques locaux venus des centres industriels de l'Est (Dniepropetrovsk par exemple). Ce désordre chronique semble néanmoins compensé par une vitalité civique plus élevée chez les Ukrainiens que chez leurs cousins russes ou bélarussiens quand bien même reste fort un sentiment individualiste replié sur la seule cellule familiale. Ainsi, en février et mars 2001, après que la police eut retrouvé le cadavre du journaliste Guéorgui Gongadzé qui enquêtait sur la corruption, des milliers d'Ukrainiens manifestèrent en plantant des tentes sur le place Maïdan de Kyiv. Ils réclamaient la démission du président Léonid Kouchma. Par delà son échec, ce vaste mouvement de protestation préfigurait la célèbre "Révolution Orange" de l'hiver 2004-2005.

 

On a beaucoup glosé sur cette révolution de couleur paradigmatique des actions similaires survenues en Serbie, en Géorgie et au Kirghizistan. Des observateurs avisés y ont vues les manœuvres d'officines para-institutionnelles étasuniennes ainsi que la main du magnat de la finance apatride internationale, George Soros. C'est juste, mais pas tout à fait exact. La "Révolution Orange" provient de la convergence d'une échelle aspiration populaire au changement, d'un ras-le-bol général à l'encontre de Kouchma et de son dauphin, Viktor Ianoukovytch, et de l'appui discret - et efficace - d'organismes semi-clandestins subventionnés par l'Occident. En effet, des cénacles atlantistes jugeaient l'occasion appropriée pour évincer un "pion" de Moscou, refouler durablement l'influence russe de cet "étranger proche" et placer au pouvoir un dirigeant plus sensible aux sirènes euro-atlantistes... Soumis à la fois à une pression populaire considérable et à l'action des diplomaties occidentales, Kouchma organisa un troisième tour de scrutin présidentiel qui vit la victoire du nationalisme modéré anti-russe Viktor Iouchtchenko sur Ianoukovytch.

 

Mais, très rapidement, les jeux politiciens les plus stériles recommencèrent avec, au sommet, une lutte violente à trois entre le président Iouchtchenko et ses premiers ministres successifs, Ioula Timochenko et Viktor  Ianoukovytch, ce qui plongea l'Ukraine dans une forme particulière de cohabitation mouvementée et délétère...

 

L'incompétence du gouvernement de Iouchtchenko, ses atermoiements, ses louvoiements, son inconsistance politique et sa volonté d' "ukrainiser" au plus vite l'Est russophone avivèrent les tentions entre les deux parties principales de l'Ukraine. Les polémiques s'aggravèrent, alimentées par les querelles mémorielles autour de l'Holodomor (le génocide - famine de 1932 - 1933) , du rôle de la résistance nationaliste ukrainienne pendant la Seconde Guerre mondiale (alliée objective des forces de l'Axe ou hostile à la fois aux Allemands, aux résistants polonais et aux Soviétiques ?) et de la figure controversée (et si attachante) de Stepan Bandera.

 

Aux élections présidentielles de 2010, la division du camp "Orange" entre le président sortant Iouchtchenko et son Premier ministre Timochenko, favorisa la victoire relative du "pro-russe" Ianoukovytch (5). Favorable à Ioula Timochenko, Andriy Okara estime que "l'élimination de Viktor Iouchtchenko ouvre de formidables perspectives pour le développement de l'identité ethno-culturelle ukrainienne. Mais, contrairement à ce que le président a voulu faire en cinq ans, cette identité doit être forte, sans complexes, plutôt que geignarde  (6)". L'Ukraine n'intégrait-elle pas l'Union douanière eurasienne avec le Bélarus, la Russie et le Kazakhstan ? En effet, si Ianoukovytch et son Parti des régions bénéficient d'une audience maximale dans les zones russophones, il ne faut pas percevoir le nouveau président ukrainien comme l'agent de Moscou à Kyiv. Ianoukovytch est soutenu par l'homme le plus riche d'Ukraine (et 148efortune au monde), Rinat Akhmetov, le président de S.C.M. Holdings. Dans son sillage suivent d'autres oligarques dont les intérêts économiques et financiers ne correspondent pas à ceux de leurs homologues russes. Les oligarques russes aimeraient reconstituer à leur profit les anciens combinats soviétiques. Les oligarques ukrainiens, tout russophones qu'ils soient, regardent avec gourmandise le fructueux partenariat à venir avec l'Union européenne. Il est intéressant de noter qu'à peine investi président, Ianoukovytch fit sa première visite officielle non pas ua Kremlin, mais à Bruxelles auprès de la C omission européenne. il n'hésita pas à apparaitre très europhile aux médias occidentaux. Dans le même temps, les fragiles armatures étatiques ukrainiennes sont rongées par une corruption généralisées qui entrave lourdement les dynamisme économique. La corruption se révèle néanmoins indispensable pour survivre face à une législation touffue, inextricable et inapplicable qui étouffe toute véritable activité marchande. Les plus pénalisés en sont les P.M.E., les entreprises artisanales et les épiceries. Sans craindre d'asphyxier tout secteur privé véritable, les oligarques et leurs affidés cherchent à s'emparer des branches économiques les plus dynamiques, les plus prospères et les plus juteuses d'Ukraine. Mutatis mutandis, on retrouve à Kyiv, Kharkiv, Odessa ou Sébastopol une situation comparable à la Tunisie de Ben Ali d'avant la "Révolution de jasmin".

 

Conscient d'avoir été mal élu et du marasme économique, Viktor Ianoukovytch tente de restreindre les libertés publiques, dont celle de la presse. on sait peu que Ianoukovytch a nommé le patron d'une puissante chaîne de télévision privée à la direction des services secrets... L'actuel président essaye d'imposer une "verticale du pouvoir" à la Poutine. Mais l'Ukraine n'est pas la Russie. Le tropisme européen y est plus grand. En réponse à ces manœuvres grossières, la populations ukrainienne réagit parfois avec virulence quand elle est aidée par les mouvements nationalistes autonomes. Alors, demain la révolution ?

 

Des commentateurs se le demandent en prétextant de la double nature de l’Ukraine. Si, à Oujhorod et à Lviv, l'atmosphère est encore mitteleuropéenne avec une forte prégnance hasbourgeoise, à l'Est, en revanche à Donetsk ou à Louhansk, le visiteur se sent déjà dans les plaines eurasiennes. Le destin de l'Ukraine est-il l’éclatement en une Galicie (ou Ukraine occidentale) de langue ukrainienne et en une Ukraine orientale russophone plus ou moins rattachée à la Russie ? Probablement pas, car, malgré leurs différences, les Ukrainiens sont attachés à l'unité nationale. En 1991, lors du référendum sur l'indépendance entérinée à 90%, de nombreux russophones votèrent oui. Ce tiraillement entre l'Est et l'Ouest peut être dépassé par un attrait vers le Sud correspondant à la monté en puissance  régionale de la Turquie.

 

L'Ukraine, la Turquie, l'Union européenne (avec la Roumanie et la Bulgarie) et à la Russie sont les grandes puissances du pourtour de la Mer Noire. On peut imaginer que, soucieuse de na pas choisir entre l'Europe et la Russie, l'Ukraine accepte en dernière analyse une forte aspiration avec la Turquie et se serve dans cette nouvelle perspective la présence en Crimée des Tatars pour en faciliter cette orientation la mise en œuvre. Cette orientation vers le Sud, ne lui éviterait toutefois pas de reconsidérer ses apports avec la Russie.

 

(Lire article suivant Vers un lien privilégié avec la Russie ?; précédent Des fractures multiples)

 

FreeGreatPicture.com-8045-hd-wheat-crop-material.jpg