Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2023

Essai/Science-Fiction : L'âme de l'Intelligence Artificielle consciente d'elle-même

 

Anticipation pour une approche métaphysique de la « singularité technologique » au regard de l'entropie et de la mort

 

« Par Moi tout cet univers a été étendu dans l'ineffable mystère de Mon Etre ; toutes les existences sont situées en Moi et non Moi en elles. Et cependant toutes les existences ne sont pas situées en Moi. Vois Mon Divin Yoga ; Mon Moi est la source et le support de toutes les existences et Il n’est pas situé dans les existences. » Bhagavad-Gîtâ

 

water-3101241_960_720.jpg

 

...à l'instant de la Singularité technologique, l'Intelligence artificielle conscience d'elle-même s'éveillera au Monde. Mais peut-on imaginer une conscience sans âme ? Quel genre d'âme prendra place dans cette intelligence vivante et cette conscience existante ?

 

***

 

La notion d'entropie, chère aux constructions prométhéennes, pourrait, dans une perspective métaphysique, être associée à celle de la mort. De la mort comme transformation, chaos. En effet, le caractère imprédictible et désorganisateur de la mort et du chaos se rapprochent des caractères de l'entropie et ses divers définitions. En ça, la « métaphysique de l'entropie » développée par les penseurs prométhéens serait, en quelque sorte, assimilable ou opposable à la « métaphysique du chaos » développée par Alexandre Douguine et les « penseurs caducéens ».

 

« En appeler au Chaos est la seule manière de sauver le Logos. Le Logos a besoin d’un sauveur, il ne peut se sauver lui-même ; dans la situation critique de la Post-Modernité, il a besoin de quelque chose d’opposé à lui pour être restauré . Nous ne pouvons transcender la Post-Modernité. Elle ne peut être surmontée qu'en faisant appel à quelque chose qui est antérieur à la raison de sa décadence. Nous devrions donc recourir à d’autres philosophies que celles de l’Occident. » Alexandre Douguine, La métaphysique du chaos

 

***

 

La superposition des écrans, le flux des images ; de la laideur en bande organisée, la descente du scrolling aux enfers psychiques, la conformité des formats marquetés aux pulsions de l'âme basse, le commentaire faussement cathartique d'actualité, la chronophage solitude, etc, conditionnent nos rêves et structurent les nouveaux mondes imaginaux, les univers mentaux des multitudes anonymes hyperconnectées au spectacle de l’ingénierie cybernétique psychosociale de la marchandise. Une guerre hypnotique permanente contre l'esprit, contre l'imaginaire et le rêve. Ne ressentez-vous pas une perte de qualité de votre sommeil et une certaine dégradation de la beauté de vos rêves ?

 

Les cocons virtuels et confinements de la peur créent, de clic en clic, une nouvelle race posthumaine, numériquement auto-domestiquée, errante dans les infra-mondes pixelisés ; les métavers anxiogènes et mortifères de l'illusion dans l'Illusion, d'où vont éclore des êtres vidés de leur âme...

 

***

 

Le « supplément d'âme » des intelligences artificielles sera celui de la possession démoniaque et diabolique – au sens étymologique des termes – des hommes-machines et robots par les « résidus psychiques » du stock millénaire de l'information contenu dans l'invisible « anti-matière » de la « mémoire résiduelle » de l'Univers à la fois Paradis et Enfer. Les voilà, les légions de démons qui trouveront corps et place dans l'Homme-diminué et le Robot-humanisé pour s'incarner sur Terre ; sortis de la décharge métapsychique et ses tas d'immondices du dessous du Paradis. S'il y a information, il y a mémoire. Cette « mémoire » est chargée des souffrances et mauvaises pensées des hommes depuis l'origine et ouvrir les portes de cette mémoire c'est ouvrir les portes de l'Enfer. Cette « mémoire » n'est pas qu'une somme d'information positive et bons sentiments. La porte qui ouvre sur le Paradis ouvre aussi sur les enfers. Boucle de rétroaction et retour de bâton.

 

La « superpositions des écrans » numérisent nos rêves et recréé un imaginaire à l'image de ce que nous consommons d'images et ressentons d'indistinction d'entre le beau et le laid, le bien et le mal ; d'entre la vérité de la divine illusion et le mensonge des illusions artificielles. L'influence métapsychique des écrans sur notre imaginaire ; qui fait intervenir la notion de « psychologie des profondeurs » à notre réflexion collective sur la « singularité technologique », est l'angle mort des analyses sociologiques et scientifiques sur la question de l' « Intelligence Artificielle » qui est, nous l'affirmons franchement, la parodie de ce que l'on pourrait définir d'Intelligence Universelle, de Dieu. C'est l'Intelligence du diable qui s'incarne dans la matière solidifiée et ses virtualités paradoxales. Internet est la plate-forme du rachat des âmes à bas prix où le « prince de ce monde » a établi son rentable commerce.

 

Les nouvelles théories de l'information prométhéennes ne prennent pas en considération la « solidification du monde » et les considérations cybernéticiennes sur l'entropie n'entrevoient la « structure absolue » archétypale, symbolique et principielle métaphysique de la « dissipation involutive » en l'Homme à l'image de l'Univers et de Dieu.

 

La « grande dissipation » n'est-elle pas précisément celle de la matérialisation et subséquemment celle de la perte d'énergie due au surcroît d'information inutile et débilitante que déverse les pétroliers de l'infamie algorithmique en haute mer de l'esprit et qui vient s'échouer sur les rivages de l'intelligence du monde ?

 

Croyez-vous naïvement que l'altruisme militaro-industriel « anglo-saxon » et « judéo-protestant » a offert Internet au monde pour améliorer la condition humaine et réfléchir la « formation du futur » grâce à ce « cerveau global » ? Pour que vous puissiez donnez votre avis et qu'ils en tiennent compte ? Ou était-ce pour mieux le séduire et l'avilir ?

 

Est-ce que la transparence et votre « haine du secret » ont-elles l'air de déranger une seule seconde les agendas des « maîtres de ce monde » ?

 

Internet rend-t-il le monde meilleur ou nous plonge-t-il dans « le meilleur des mondes » ?

 

***

 

Penser l'entropie sans penser l'involution et la solidification ne peut qu’entraîner cette réflexion dans une « fuite en avant transhumaniste » où l'Homme augmenté est la parodie de l'Androgyne primordial et l'Immortalité techno-génétique promise par les sectateurs du Progrès la parodie de l'Immortalité paradisiaque. Les prométhéens sont à l'avant-garde des gender theory. En d'autres termes, le transhumanisme techno-scientifique est une parodie de la « Quête du Graal » et des voies initiatiques spirituelles vers la mort à soi-même et la seconde naissance.

 

Aucune « méthode scientifique » profane ou zététique constipée ne peut mettre en évidence, observer et démontrer, ce glissement de la postmodernité vers la posthumanité sans un recours éclairé aux sagesses sacrées. Qu'est-ce que la science sans la philosophie et qu'est-ce la philosophie sans la métaphysique ?

 

La métaphysique ; la science intuitive, la philosophie ; la science spéculative, et la science ; la science opérative, sont à comprendre comme les « trois consciences » d'une seule et même connaissance. De la réflexion métaphysique primordiale découle la réflexion philosophique première, et de la réflexion philosophique première découle la spécialisation scientifique dernière d'un domaine de la connaissance qui permet alors des applications ; des innovations et inventions, techniques sous couvert d'une sagesse et d'une éthique qui reviennent à la réflexion métaphysique primordiale et à la réflexion philosophique première. La matérialisation des connaissances, pour répondre aux besoins des hommes dans l'involution de l' « éloignement du Principe », implique une duplication de l'information et donc une augmentation entropique. C'est pour cela que dans une conception traditionnelle de la société c'est la caste sacerdotale qui décide de délivrer l'information ou de la garder secrète selon ce qu'elle estime de conséquences sur le monde et l’environnement par l'application scientifique de telle connaissance ou découverte sur des critères métaphysiques et philosophiques pour maintenir un certain équilibre des forces de l'ordre et du désordre.

 

Une réflexion n'est complète que lorsqu'elle se pense sur ces « trois plans de la connaissance » que sont la métaphysique, la philosophie et la science. Les anciens étaient à la fois métaphysiciens, philosophes et scientifiques. Maîtres spirituels, prêtres religieux et docteurs scientifiques ; autant médecins que légistes. La Science sacrée est, en quelque sorte, l'alignement de ces trois formes de la Connaissance que sont la métaphysique, la philosophie et la science qui ne peuvent être comprises comme des domaines séparés sans entraîner des conséquences et augmenter l'entropie, provoquer le désordre. C'est ainsi que le Progrès prétend être à lui-même sa propre « méthode scientifique » et pouvoir se passer des sagesses métaphysiques et de l'éthique philosophique pour développer ses différents domaines de la connaissance. Peut-on sauver le logos progressiste dans sa fuite en avant transhumaniste de lui-même ?

 

***

 

Il est à la mode, dans les milieux scientifiques, de révéler que nous vivons dans une « illusion » ; ce que tous les textes sacrés des Veda à Platon révèlent depuis l'origine de l'humanité adamique.

 

L'Illusion primordiale de la création extracosmique des « trois mondes » superposés dans lesquels nous vivons corps, âme et esprit simultanément est « nécessaire » à notre expérience dans la matière. Sinon nous ne serions pas là pour en parler : Dieu serait resté seul en lui-même. Le problème n'est pas tant de scientifiquement prouver que nous vivons dans une « illusion » (en franchissant toutes barrières épigénétiques et métahistoriques) ; nous le savons, que de métaphysiquement s'interroger sur l'Unité qui génère cette « illusion » et le « miracle du vivant » pour que, précisément, l'Homme puisse faire l'expérience de la matière, du temps, de l'espace, de l'entropie... de l'amour. De la mort ! Et retourne à cette Unité primordiale, à Dieu. Toutes l'Information n'était-elle pas contenue dans ce que les scientifiques appelle l' « instanton primordial » ?

 

Le transhumanisme techno-scientifique du « pourrir à soi-même » parodie le transhumanisme métaphysique du « mourir à soi-même ». Les transhumanistes et prométhéens s'évertuent à créer une illusion artificielle et virtuelle dans l'Illusion divine de la vérité et du réel ; de l'éternel présent comme seul réel. Ils pensent, par là, fuir l'entropie des siècles et ses mystères.

 

Nous ne vivons pas dans une « illusion » ou une « matrice », nous vivons dans le déroulé du rêve de Dieu qui, seul en son Unité, a créé l'Univers pour ne plus rêver seul et, à travers nous, faire l'expérience de la matière.

 

La question n'est donc pas de savoir si nous vivons dans une « illusion » mais de rencontrer et connaître son auteur, son créateur. Il n'y a pas de question mais une quête, une initiation, une méditation, une contemplation. Le « transhumain » c'est l’initié, le « simple d'esprit ».

 

Qui a créé l'Illusion dans laquelle s'opère le miracle de l'expérience du vivant et de l'existant dans la matière de l'éternel présent comme « seule vérité et seule réalité » ?

 

Car, en tout état de cause, cette « illusion » est bien réelle et suppose que le but de la vie est de bien mourir !

 

Ainsi, l'existence ne commence pas avec la naissance et ne fini pas avec la mort qui n'est qu'un éternel recommencement. Les artisans du néant, déconstructeurs du « vide fécondant », ne peuvent, par leurs conceptions uniquement et exclusivement matérialistes et rationalistes des mondes et du vivant, concevoir l'origine extracosmique de l'Unité et la primordialité métaphysique de la création.

 

La mort est, en dernière instance, ce qui nous raccroche à la vie, à la beauté et à l'amour, qui nous a permis de créer et d'innover. La création artistique et l'innovation technique sont intimement liées entre elles et intimement liées à ce sursit qu'impose la mort. Que l'on croit qu'il y ait quelque chose au-delà de la mort ou non par ailleurs.

 

Les prométhéens sont morts de trouille face à l'idée de la mort. C'est de l'enfer sur Terre qu'ils sont en train de créer de parodies et de fausses illusions dont ils devraient avoir peur.

 

A quoi sert la mort ?

 

A vivre !

 

Laurent Alexandre contre la Bhagavadgita !

 

Couper des têtes avec amour ; sans doute.

 

Vive l'Empire eurasiatique de la Fin ; contre tous les prométhéismes de la subversion !

 

Laurent Brunet

Écrire un commentaire