Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2021

Axe Grand-Continental I (Jean Parvulesco)

Jean Parvulesco, Un Retour en Colchide, pp. 34/35, aux éditions Guy Trédaniel Éditeur

 

(412) L’accession de l'Inde à la puissance nucléaire a donné un coup d'accélération à la fois décisif et irrévocable à la mise en place de l'axe grand-continental Paris-Berlin-New Delhi-Tokyo, dégageant d'une manière soudain définitive la constitution de la « superpuissance impériale océanique américaine » dont l'antagonisme ontologique est ainsi devenu manifeste jusqu'à son niveau politico-historique immédiat et direct.

 

Or, à l’encerclement de la forteresse grand-continentale eurasiatique par la subversion de l'Islam Fondamentaliste que les États-Unis soutiennent et exacerbent souterrainement, l'actuelle visite de Bill Clinton à Pékin vient d'ajouter – d'installer, de consacrer, de dévoiler ouvertement – la mobilisation contre-offensive de la Chine, qui devient ainsi la tête de pont de la conjuration du Pacifique sino-américaine sur le flanc oriental du Grand Continent.

 

Bloquée par l'Inde, par la Russie et par le Japon, la Chine n'en constitue pas moins, désormais, le centre de gravité négatif du Grand Continent, destiné à déstabiliser de l'intérieur l'unité géopolitique grand-continentale eurasiatique pour le compte de la conjuration et de l'actuelle action impériale planétaire des États-Unis, ou plutôt de leur dessein impérialiste permanent.

 

Aussi la visite de Bill Clinton à Pékin constitue-t-elle l'équivalent d'un immense tremblement de terre, d'une remise en cause profonde de la situation géopolitique planétaire d'aujourd'hui et, surtout, de demain. Car le premier siècle du prochain millénaire sera celui de la confrontation décisive et totale de la « superpuissance impériale continentale eurasiatique » et de la « superpuissance impériale océanique américaine ». La configuration intime de la future conflagration planétaire est mise en place. Quelles qu'elles soient, les idéologies – le communisme chinois par exemple – ne servent jamais qu'à la mise en train politico-historique des commandements médiumniques voilés, des poussées permanentes de la grande géopolitique planétaire et de son propre champ de pertinence unitaire, suprahistorique. Car la géopolitique n'est que la manifestation historique visible du secret abyssal du « feu central de la terre »

 

sinoclint.jpg

Écrire un commentaire