Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2015

Templiers : l'hypothèse américaine (Jacques de Mahieu)

 

Jacques de Mahieu, Les Templiers en Amérique, I Les secrets du Temple, 5. L'hypothèse américaine, pp. 37 à 39, J'ai lu

 

...Plus encore, et, cette fois-ci, la preuve que les templiers connaissaient le continent que nous appelons aujourd'hui Amérique est définitive. On a récemment retrouvé, aux Archives nationales, les sceaux de l'Ordre, saisis par les gens de Philippe le Bel en 1307. Sur l'un deux (cf. photo d'illustration), apposé sur un document où un dignitaire inconnu donne des ordres au grand maître, on lit l’inscription SECRETUM TEMPLI, "secret du Temple". Au centre, on voit un personnage qui ne peut être qu'un Amérindien. Vêtu d'un simple pagne, il porte une coiffure de plumes, telle qu'on la trouve chez les indigènes de l'Amérique du Nord, du Mexique et du Brésil, ou du moins chez certains d'entre eux, et tient dans la main droite un arc dont la forme n'est pas très exacte sur le dessin que nous reproduisons. Il manque à ce dernier, par ailleurs, deux symboles que l'on voit clairement, à l’œil nu, sur l'original : à gauche, au-dessous de l'arc, un svastika aux branches recourbées, dont la forme est exactement celle qui prédominait en Scandinavie à l'époque des Vikings, et, à droite, à la même hauteur, un odala, ou rune d'Odin.

 

La Varende disait donc vrai, du moins sur un point : les templiers connaissaient l'existence du "Nouveau Monde". Ce qui constituait leur secret. Un secret si important que l'Ordre s'était donné pour le garder et pour l'exploiter, une hiérarchie supérieure, du moins dans ce domaine, à celle du grand maître. Un secret au sein du secret dont la Règle, secrète au point que nous n'en avons qu'un seul exemplaire, faisait l'obligation, même vis-à-vis des autres frères, aux membres du chapitre. Un secret dont l'origine nous est connue. Au Xe siècle, des vikings germano-danois avaient déjà passés vingt-deux ans au Mexiqueavant d'aller fonder, au Pérou, l'Empire de Tiahuanacu, et des Irlandais s'étaient déjà solidement établis dans l'Est des actuels États-Unis. Aux débuts du XIe siècle, des Vikings norvégiens avaient déjà fondé au Vinland, dans l'actuel Massachussets, des colonies prospères qui maintenaient le contact avec leur mère patrie. Or, au XIe siècle, il n'y avait pas si longtemps que le jarl Hrolf, dit Rollon, s'était vu donner en fief la Normandie, dont les relations avec les terres du Nord n'avaient pas cessé par la suite. Le service de renseignements du Temple avait dû entendre parler du continent lointain d'outre-océan. Quelque docte chapelain de l'Ordre, d'autre part, n'avait-il pas eu l'occasion, à Byzance, de consulter la Géographie de Ptolémée, où l'on raconte le voyage fait en Amérique du Sud, au Ier siècle de notre ère, par le capitaine grec Alexandre, parti, vers l'est, de la Chersonèse d'Or, c'est-à-dire de l'Indonésie ? Il serait bien étrange qu'il en eût été autrement.

 

Reste à savoir si c'était bien de mines américaines que les Templiers tiraient leur argent. 

 

scebaph.jpg

 

Commentaires

Celà n'a rien à voir avec votre article posté, je trouverais intéressant de publier cet article de AD sur votre excellent blog (à moins que ce fut déjà fait, auquel cas Pardon...):

http://www.counter-currents.com/2013/06/alexandre-dugin-sur-le-nationalisme-blanc-et-dautres-allies-potentiels-dans-la-revolution-globale-alexandre-dugin/

Écrit par : Alain | 10/06/2014

Répondre à ce commentaire

Merci, n'hésitez pas, je ne pense pas avoir déjà lu cet article auparavant...

Écrit par : Laurent | 10/06/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire