Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2018

La peur comme émotion (Alexandre Douguine)

486947_396646053744068_345109056_n.jpg

Décrivant le phénomène du sacré (Le Saint, Das Heilige), l'historien des religions et théologien Rudolf Otto soulignait que toutes les émotions contradictoires de l'homme se fondent dans ce sentiment: l'admiration, l’excitation, l'amour et l'horreur, le frémissement, la panique. De plus, tout cela ne s'analyse pas en composantes, il est impossible de séparer la peur de la joie et du plaisir.

 

Selon la mesure dans laquelle il existe chez chaque peuple une sacralisation du pouvoir, de l’État, de la politique et des institutions sociales, cet ensemble complexe d'émotions violentes s'étend aussi sur lui. Il est impossible de distinguer le facteur de la peur comme quelque chose d'isolé. L'horreur face à l'institution politique sacralisée est inséparable de l'amour et de la vénération/ par conséquent, ce phénomène apparaît particulièrement complexe et pour l'étudier correctement, il est indispensable de d'écrire au préalable la structure du sacré.

 

Indubitablement, le plus souvent, tant le pouvoir politique que l’État dans l'histoire russe ont été ressentis comme quelque chose de sacré, bien que cette sacralité ait pu revêtir des formes différentes à diverses époques. C'est pour quoi la peur du pouvoir se manifestait le plus souvent dans un ensemble complexe comprenant la libération, l'amour et la dévotion. Dans certains cas seulement, par exemple chez les vieux-croyants et d'autres groupes non-conformistes, la structure de la peur est vite apparue quelque peu différente dans la mesure où, après le schisme, l’État a été ressenti par ces groupes comme " pouvoir de l'antéchrist ". Il s'agit là également d'une forme de sacralisation mais, dans ce cas précis, négative.

 

Dans ce livre, nous laisserons de côté la peur liée au sacré et nous nous concentrerons sur un phénomène plus simple : la peur en tant que telle dans le contexte politique, ce que traite habituellement la politologie occidentale qui, de façon traditionnelle opère avec des phénomènes désacralisés et sécularisés."

 

Alexandre Douguine - La Quatrième théorie politique: La Russie et les idées politiques du XXIième siècle - Chapitre XIII Le Léviathan russe - p. 291 à 292

 

 

 

Écrire un commentaire