Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2015

Flower Power (La Grande Touriste)

 

"Ne leur pardonnez pas, ils savent très bien ce qu'ils font."

Lucio Bukowski, Golgotha (2014)

 
"Un jour, tous les oiseaux du monde se réunirent en une grande conférence. Alors, la huppe, toute émue et pleine d'espérance, s'avança au milieu d'eux et déclara : « Chers Oiseaux. Je passe mes journées dans l'angoisse. Je ne vois autour de nous que querelles et batailles pour des bouts de territoire ou des grains de blé. Cela ne peut pas durer. Pendant des années j'ai parcouru le ciel et la terre. J'ai traversé un espace immense et je sais. Écoutez-moi : nous avons un roi. Il nous faut partir à sa recherche, sinon nous sommes perdus. » "

Farid al Din Attar, La Conférencedes Oiseaux (1142 - 1190)

 

111.jpg

 


« EEIL », « ISIS », « DAECH », « DAESH », « Groupe État Islamique », « Pseudo État Islamique » : que de noms pour ne pas le nommer ! Moins d'une année après sa fondation, sa zone d'influence couvre trois continents. Considérer ses sujets comme de vulgaires tarés condamne la « pensée » occidentale à plus ou moins court terme. Jusqu'à présent, il semble que seul Marc-Édouard Nabe ait livré du phénomène une analyse juste et mesurée,  intitulée "Un État de Grâce" et parue dans le premier numéro de la revue Patience. On y trouve, entre autres choses introuvables dans la presse ordinaire, le texte exact du discours d'investiture du calife Abou Bakr al-Baghdadi :

 
"Le califat est une obligation qui a été délaissée très longtemps, si absente de notre vie que beaucoup de Musulmans ne la connaissent pas. Une obligation qui rend les Musulmans fautifs s'ils ne l'établissent pas. Ils doivent s'efforcer constamment de l'instaurer. Et voilà qu'ils viennent de le faire, alors louange à Allah ! J'ai été éprouvé en ayant été désigné pour porter cette responsabilité. C'est une très lourde charge. J'ai été désigné pour vous diriger, mais je ne suis pas meilleur que vous. Si vous voyez que j'ai raison, alors soutenez-moi, et si vous voyez que j'ai tort, alors remettez-moi dans le droit chemin."

 

« Ce n'est qu'un prénom », disent nos frères en Islâm quand on évoque le califat précédent. Pour nous, c'est l'empire ottoman ; pour eux, c'est Othman ibn Affan, né en 576 et mort en 656. Allié avec l'Allemagne pendant la guerre de 14, « Othman »  est tombé en 1923 sous les assauts des Arabes, qui s'étaient alliés aux Anglais. Loin de reconnaître le nouveau califat arabe comme ils l'avaient promis, les Anglais se sont ensuite appliqués à découper l'avant-dernier empire islamique en colonies, puis en nations modernes : la Turquie, l'Arabie Saoudite, l'Irak, la Syrie, etc. . Et Israël. Voilà pourquoi, aujourd'hui, le califat brûle tous les drapeaux musulmans autres que celui de la Chahada, y compris celui de la Palestine.

 

222.png

 

 

"L'Islâm est une religieux de paix mes frères, mais c'est avant tout une religion de justice."

(entendu dans une vidéo sur Youtube)

 
La plupart des « victimes » du nouveau califat sont musulmanes, et effectivement coupables d'avoir collaboré avec l'Occident. Il n'en va pas tout à fait de même pour les Yézidis, jugés irrécupérables. La mythologie yézidie prétend que l'« Ange Paon » est le seul qui ait refusé de se prosterner devant Adam, et que pour cette raison, il a été élevé au ciel sous la forme du soleil, afin d'y être vénéré des hommes. Or dans le Coran, Satan est maudit à cause du même refus. A noter que le « trouble des anges » devant la ressemblance d'Adam avec Dieu, qui augure l'humanité du Sauveur, est un élément de la gnose chrétienne. De là à éliminer le yézidisme de la surface du globe, il n'y a qu'un pas que les combattants du califat sont résolus à franchir.

 
"Et prépare dans la lutte contre eux toute force et cavalerie que tu es capable de réunir, pour semer la terreur, pour frapper de terreur l’ennemi de Dieu et le tien."

(Coran, 8:60)

 
Je ne sais pas grand-chose de Dieu, mais je sais, de source sûre d'eau claire de la Lune, qu'un enfant athée est un enfant blessé. Écoutez-moi : quand apparaît sur les réseaux zoziaux l'image enluminée d'un petit garçon tirant une balle dans la tête d'un adulte, l'Écran est pris à son propre piège…

 

333.jpg



Impérial, religieux et enfantin : le nouveau califat est indéniablement eurasiste. Il reconduit néanmoins un sempiternel conflit, irrésolu depuis la chute de l'empire d'Othman. Au contraires des sunnites pour qui Ali, oncle et gendre du Prophète, n'est que le quatrième calife, les chiites croient qu'il est le premier, ainsi qu'il est dit dans le hadith suivant : "Je suis la cité du savoir, Ali en est la porte. Celui qui veut le savoir ainsi que la sagesse, qu'il passe donc par la porte". Depuis la mort d'Ali en 661, le véritable chef de l'Islâm est donc pour eux occulté. En attendant le retour de l'« Imam caché », ils se considèrent libres de tout pouvoir temporel. L'« Imam caché » : cette figure rejoint celle du Mahdi, attendu par tous les Musulmans. Selon le Coran, le Mahdi sera un Arabe, de la famille du Prophète. Il apparaîtra dans les derniers jours de l'existence du monde, pour préparer le second avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ. Le chiisme est religion d'état en Iran, et nulle par ailleurs en terre d'Islâm.

 

Pendant ce temps, en France. Henri d'Orléans, Comte de Paris, héritier du trône des Lis et descendant direct de Mahomet par le dernier roi arabe de Grenade, a parfaitement pris acte de la volonté islamique de soumettre les « adorateurs de la Croix », par les armes d'un côté et par les urnes de l'autre (1). Dans une vidéo sur Youtube, le califat appelle à tuer les ressortissants des vingt-deux pays (!) de la coalition anti-califale, là où ils se trouvent et "en particulier les méchants et sales Français", tandis que chez moi, nos frères en Islâm s'acharnent à m'expliquer qu'il est insultant d'appeler « Mohammed » Mahomet. Vu d'ici, la violence des uns et l'insistance des autres sont les deux versions d'un même prénom, à la grâce de Dieu. Dans la cosmologie hindoue, Kali la Sanguinaire intervient à la fin des temps pour « détruire les branches de l'ignorance ». Elle s'arrête, dit le mythe, quand elle s'aperçoit qu'elle est en train de piétiner le corps de son époux.

 

444.jpg



Les complotards n'ont pas manqué de remarquer le plus sérieusement du monde que le 7 janvier, date des attentats contre Charlie-Hebdo, était le « jour des sacrifices humains » dans le calendrier satanique. Le 7 janvier est aussi le jour de Noël orthodoxe et l'anniversaire d'Alexandre Douguine. Ajoutons que 2014, année de l'avènement du nouveau califat, est aussi celle de la neutralisation du programme nucléaire iranien, du retour de la Crimée au sein de la Russie, du couronnement du septième roi d'Araucanie et de Patagonie, du centenaire de la « Der des Ders », du bicentenaire de la mort du marquis de Sade, et du tricentenaire de la querelle des Anciens et des Modernes autour de traduction de L'Iliade en vers français... Quitte à jouer avec les dates, autant jouer vraiment.



« A qui profite le crime ? », demandent-ils finement. A Israël, bien sûr. Et alors ? Comme disait René Guénon, il est des problèmes qui n'existent que parce qu'ils sont mal formulés. Le Pape François lui-même a appelé à la guerre contre le califat, ce qui veut dire que la récréation est terminée.



Le corollaire de tout ceci : il y a une différence entre « être eurasiste » et  « s'intéresser à l'eurasisme ». L'homologue d'Alexandre Douguine en Europe est Laurent James, et son œuvre littéraire, qui a pignon sur rue (2), est unanimement ignorée par le « Front National », par « Égalité & Réconciliation », par « L'Action Française » et par toutes les diverses obédiences païennes qui « s'intéressent à l'eurasisme », à l'instar des zigotos qui ont entrepris de saborder les Brigades Continentales (3). Comme on ne saurait se réclamer de la Tradition et se torcher avec la hiérarchie, voyons, s'il vous plaît, ce que dit Monsieur James de la mission transhistorique de l'Islâm:

 

"Aujourd'hui comme de tous temps, la véritable scission est opérante entre le bourgeois (celui qui fait tout pour durer) et le révolutionnaire (celui qui défait tout pour l'émergence d'une discontinuité). Toutes les conditions sont là pour établir que l'unique force révolutionnaire est l'Islâm. Lisez donc Gamal Abdel Nasser de Dominique de Roux, si vous avez du mal à me croire. C'est volontairement que je n'évoque pas les raisons mystico-bibliques qui étayent cette hypothèse. J'irais même jusqu'à dire que tout révolutionnaire cohérent est forcément islamique. La conséquence immédiate de cette indéniable assertion est à chercher en chacun de vous, au tréfonds vibratoire de votre cœur pourri."

 

 

666.jpg