Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2018

Déclaration (Cercle Proudhon)

 

Les Fondateurs du cercle Proudhon et Rédacteurs des Cahiers : Jean Darville, Henri Lagrande, Gilbert Maire, René de Marans, André Pascalon, Marius Riquier, Georges Valois, Albert Vincent - Les Cahiers du Cercle Proudhon - Premier Cahier Janvier-Février 1912 - Déclaration - pp. 177 à 179 - aux éditions Kontre Kulture (Précédé du mémoire de Pierre de Brague Le Cercle Proudhon ou l'existence d'une révolution conservatrice française)

 

Les Français qui se sont réunis pour fonder le Cercle P.-J. Proudhon sont tous nationalistes. Le patron qu'ils ont choisi pour leur assemblée leur a fait rencontrer d'autres Français qui ne sont pas nationalistes, qui ne sont pas royalistes et qui se joignent à eux pour participer à la vie du Cercle et à la rédaction des Cahiers. Le groupe initial, ainsi étendu, comprend des hommes d'origines diverses, de conditions différentes, qui n'ont point d'aspirations politiques communes, et qui exposeront librement leurs vues dans les Cahiers. Mais républicains fédéralistes, nationalistes intégraux et syndicalistes, ayant résolu le problème politique ou l'éloignant de leur pensée, tous sont également passionnés pour l'organisation de la cité française selon des principes empruntés à la tradition française qu'ils retrouvent dans l’œuvre proudhonienne et dans les mouvements syndicalistes contemporains, et tous sont parfaitement d'accord sur ces points :

 

I La démocratie est la plus grand erreur du siècle passé. Si l'on veut vivre, si l'on veut travailler, si l'on veut posséder dans la vie sociale les plus hautes garanties humaines pour la Production et pour la Culture, si l'on veut conserver et accroître le capital moral, intellectuel et matériel de la civilisation, il est absolument nécessaire de détruire les institutions démocratiques.

 

II. La démocratie idéale est la plus sotte des rêveries.

La démocratie historique, réalisée sous les couleurs que lui connait le monde moderne, est une maladie mortelle pour les nations, pour les sociétés humaines, pour les familles, pour les individus. Ramenée parmi nous pour instaurer le règne de la vertu, elle tolère et encourage toutes les licences. Elle est théoriquement un régime de liberté ; pratiquement elle a horreur des libertés concrètes, réelles et elle nous a livrés à quelques grandes compagnies de pillards, politiciens associés à des financiers ou dominés par eux, qui vivent de l'exploitation des producteurs.

 

III. La démocratie enfin a permis, dans l'économie et dans la politique, le rétablissement du régime capitaliste qui détruit dans la cité ce que les idées démocratiques dissolvent dans l'esprit, c'est-à-dire la nation, la famille, les mœurs, en substituant la loi de l'or aux lois du sang. 

 

IV. La démocratie vit de l'or et d'une perversion de l’intelligence. Elle mourra du relèvement de l'esprit et du rétablissement des institutions que les Français créent ou recréent pour la défense de leurs libertés et de leurs intérêts spirituels et matériels. C'est à favoriser cette double entreprise que l'on travaillera au Cercle Proudhon. On luttera sans merci contre la fausse science qui a servi à justifier les idées démocratiques et contre les systèmes économiques qui sont destinés, par leurs inventeurs, à abrutir les classes ouvrières, et l'on soutiendra passionnément les mouvements qui restituent aux Français, dans les formes propres au monde moderne, leurs franchises et qui leur permettent de vivre en travaillant avec la même satisfaction du sentiment de l'honneur que lorsqu’ils meurent en combattant. 

 

aigle-national-bolchevique3.jpg

       

30/05/2015

Far West Anthracite

 

parc.jpg

 

25/05/2015

Le tombeau du roi Childéric (Jean Phaure)

 

Jean Phaure, La France Mystique - Réflexions méta-historiques sur l'histoire de France, Chapitre I. Les Racines De La France, Le tombeau du roi Childéric, pp. 29 - 32, aux éditions Dervy-Livres, Les guildes de la Tradition

 

Anneau-Childeric.jpg

 

«  (...) Donc Jusqu'à Louis XIV, l'archéologie était uniquement tournée vers l'antiquité gréco-romaine. Ronsard et d'autres allèrent jusqu'à trouver des racines à nos rois dans la guerre de Troie. Cela ne veut pas dire que ce soit entièrement faux mais cela relève d'une idéalisation qui tourne presque à l'idéologie quant à la suppression de la plupart de nos racines « barbares » pour ne privilégier que ce qui est flatteur... Il est flatteur de descendre d'Achille, de Priam, de Mars ou de Jupiter et il l'est moins de descendre de « barabres » qui ont passé le Rhin, qui ont des cheveux longs, etc.

 

On en était là lorsque le 27 mai 1653, il se passa quelques chose. Voici ce que dit Régine Pernoud (Les Gaulois, p. 6) :

«  Le 27 mai 1653, creusant à Tournai les fondations d'un hospice, les ouvriers mirent à jour une excavation qui, dégagée, révéla d'éblouissantes richesses : un grand personnage avait été enterré là, vêtu de soie, enveloppé d'un vaste manteau de pourpre sur lequel étincelaient plus de trois cents abeilles d'or. »

 

Remarquons que quand on dessine de façon héraldique un crapaud, une abeille ou une fleur de lys – et ce sont successivement les symboles de nos royautés – cela donne toujours une étoile à six branches. Je reprends Régine Pernoud :

 

« A ses côtés, une épée dont le pommeau s'ornait encore de verres de couleurs cloisonnés, un globe de métal et d'autres armes : la francisque ou la hache des « barbares », la lance ou framée. Suspendue à un ceinturon à clous d'or, une bourse contenait une centaine de pièces de monnaie ; enfin, passé au doigt du squelette une bague sur laquelle on déchiffrait l'inscription : « Childérici Regis ». Les pièces d'or étaient à l'effigie d'Anastase et c'était la tombe de Childéric, fils de Mérovée et père de Clovis. »

 

C'était donc le père fondateur de la Monarchie française et du cycle de 1296 ans.

 

«  Le précieux trésor fut envoyé à Vienne au Cabinet Impérial. L'Empereur Léopold en fit cadeau à l'électeur de Mayence et celui-ci à son tour l'offrit à Louis XIV. Ce trésor vint enrichir le Cabinet Royal devenu lors de la Révolution le Cabinet des Médailles à la Bibliothèque Nationale. »

 

Napoléon se souviendra du père de Clovis pour trouver un équivalent impérial à la fleur de lys : les abeilles.

 

Mais cette découverte n'a été vraiment étudiée qu'en 1869, plus de deux siècles après 1653, par l'abbé Cochet. Lorsque l'Académie des Inscriptions et Belle-Lettres fut fondée en 1679, Colbert conçu le dessein de faire relever et publier tous les monuments de France, les monuments romains. Nous étions à l'époque où le vandalisme royal sévissait et sous ma plume cela peut étonner car je passe mon temps à vitupérer contre les révolutionnaires qui ont détruit à partir de 1792 270 églises, rien qu'à Paris et plusieurs milliers d'abbayes dans toute la France. Il n'empêche que le vandalisme a sévi constamment et on peut dire que c'est le principal obstacle à la recherche de nos racines. Car enfin, nos racines passent par la découverte de tombes (très aléatoires) et surtout de monument debout, tout au moins sous la terre, ou des médailles, des pièces de monnaie ; bref, il faut que tout n'ait pas été détruit. Or l'époque de Louis XIV ne jurait que par les Grecs et les Romains. C'est ainsi qu'on vit détruire le phare celte de Boulogne (tour de dix étages) qui était parmi les édifices les plus imposants de l'Occident. Rendons-nous compte que les Français (oui, à partir de Clovis, ils s'appellent Français) ont détruit les 9/10e de leur patrimoine architectural, ne voulant garder que ce qui ressemblait aux Grecs et aux Romains ! D'ailleurs en fait le plan Jacobin de destruction des cathédrales n'est qu'une exacerbation fanatique du désir, disons des XVIIe et XVIIIe siècles, d'effacer toute trace gothique, c'est-à-dire « barbare » de la surface de la France. La Révolution sur ce plan est une conséquence. Nous sommes vraiment un pays d'intolérance et de saccage... Les étrangers cultivés le savent et ils nous regardent à la fois avec sympathie et horreur en disant : « Il n'y a pas de peuple au monde qui ait plus construit et plus détruit que vous. » Et cela à toutes les époques, même au Moyen Age car chaque fois que nous pouvons admirer une église gothique, c'est qu'il y avait eu une église romane à la place, qui a été détruite. Là, encore, on peut le comprendre, c'est pour des questions de géométrie sacrée, ce qui est extrêmement respectable. Mais le reste ! Comme cette tour de dix étages à Boulogne, le temple de Tutella à Bordeaux, la tour et le mausolée du palais comtal d'Aix-en-Provence ; plus près de nous dans le temps : Cluny, la plus grande église du monde ; et enfin à Paris, le château des Tuilleries détruit non en 1871 par la Commune mais en 1883 par la Chambre des députés avec M.Clémenceau en fer de lance !...

 

Nos racines sont donc très éparpillées et il faut énormément de patience pour les retrouver. Je cite maintenant un des livres qui n'est pas seulement l'ornement de ma bibliothèque mais de ma mémoire. Il s'agit d'un de ces grands historiens à la Fustel de Coulanges qui ont justement depuis la grande École de Saint-Germain-des-Près au XVIIIe siècle, essayé de combattre l'amnésie flatteuse des Français et de leur rappeler qu'ils sont une race très compliquée où bien des sources o,nt alimenté le fleuve... Ce livre, c'est le premier tome des « Origines de la France » de Ferdinand Lot et le livre que je citerai plus loin est celui de Camille Jullian, « De la Gaule à la France ». Tous deux sont des références fondamentales, on le sait ; de même qu'on ne pourra plus écrire désormais sur le Moyen Age sans citer Régine Pernoud, Georges Duby ou Jacques Le Goff.

 

Ferdinand Lot nous donne un certain nombre de précisions et il pose la question fondamentale : « Entre la Gaule et la France, y a-t-il eu rupture ou continuité ? Nos prédécesseurs ne se posaient pas la question. Ils ignoraient tout de leur passé et ne se souciaient pas de le connaître. La culture sous toutes ses formes provenait, devait provenir de l'Antiquité. Ils ne la connaissaient guère que sous sa forme latine. Ils s'appliquaient à apprendre le latin au collège, et n'apprenaient guère que cela. Ce qui avait précédé n'avait aucune valeur, aucun intérêt. Ils se rendaient compte que la langue qu'ils parlaient provenait du latin, idiome altéré, patois dont on eut honte jusqu'à ce que des écrits en langue vulgaire eussent forcé l'admiration même des plus férus d'antiquité. »

 

D'ailleurs, les règles de la linguistique n'étaient pas encore fondées. Il est certain que maintenant on s'aperçoit que les racines du français sont extrêmement complexes. Je continue avec Ferdinand Lot :

« Rupture linguistique, c'est évident, puisque les Gaulois ont adopté la langue parlée par les Romains, leurs vainqueurs, et n'ont conservé sous une forme latinisée qu'un nombre insignifiant de mots. »

 

Il parle ici du langage courant. Mais où le Celte a transmis énormément de racines langagières, c'est dans les patronymes et dans la topologie ; et là on retrouve un celte, un gaulois qui est extrêmement proche dans sa morphologie, du grec qui est une langue sœur, branche des langues indo-européennes , Grande est la parenté spirituelle entre le gaulois et le grec, beaucoup plus qu'entre le gaulois et le romain.

 

Les Bretons ont apporté eux-mêmes leur langage parce que dans leur immense majorité, les Bretons actuels sont le fruit de la migration (aux Vie et VIIe siècles) venue d'Irlande et de Bretagne (c'est-à-dire la Grande-Bretagne) lorsqu’ils ont été chassés par les Anglo-Saxons. Tout cela me concerne fortement car ma mère était poitevine et ma grand-mère paternelle était originaire de la Cornouaillles « anglaise ». Donc, à l’intérieur de mes propres chromosomes, je tiens aux deux côtés de la Manche... »

 

Anneau-Childeric-2.jpg