Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2015

Du Roi-revenant au Roi perdu (Gérard de Sède)

 

Gérard de Sède, La race fabuleuse, Du Roi-revenant au Roi perdu, pp. 92-97, aux éditions J'ai lu, collection L'aventure mystérieuse

 

Roi oublié puis nié, fait néant, Dagobert II est pourtant un roi dont l'assassinat ouvrait une suite incalculable de conséquences. S'il est mort sans descendance mâle, la branche ainée des Mérovingiens s'éteint et, avec elle, la légitimité austrasienne. Dans l'immédiat, l'Austrasie retombe sous le joug de la Neustrie sur laquelle règne la branche cadette. Mais par suite des imbroglios dus aux substitutions d'enfants, celle-ci est d'une légitimité plus que douteuse et du reste elle s'éteint à son tour dés 737 en la personne de Thierri IV. La réalité du pouvoir politique reste ou retombe alors entre les mains des maires du palais, mais sur toute l'étendue du territoire auquel correspondent aujourd'hui la France (moins la Bretagne et le Pays Basque), la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Suisse et la majeure partie de l'Allemagne de l'Ouest, le trône, ce lieu géométrique de la Psyché collective, la place du Roi-Mage reste vide.

 

Certes, les candidats ne manquent pas. Le mieux placé, puisqu'il est à la fois duc en Austrasie et maire du palais en Neustrie, est Pépin le Bref, de la tribu des Francs d'Hasbain, fils de Charles Martel et petit-fils de Pépin de Herstal, l'instigateur de l'assassinat de Dagobert II. Mais ce qui lui manque, c'est le sang sacré des Mérovingiens, cet élément mystérieux qui fait les initiables à la royauté et sans lequel nul ne peut espérer soulever la ferveur du peuple. Ainsi que l'écrit Jean de Pange : "Quelque déchus que soient les derniers Mérovingiens, le prestige de leur sang est si grand qu'il leur assure de nombreux fidèles. Ainsi s'explique la difficulté que les maires du palais éprouvent à se faire reconnaître comme successeur de leurs maîtres (1)."

 

Par bonheur pour Pépin le Bref, les femmes mérovingiennes, si elles ne peuvent régner, peuvent aussi bien que les hommes transmettre ce sang sacré. Pépin prend donc soin d'épouser la Mérovingienne Bertrade au grand pied, se fait élire et oindre à la mode de ceux que sa famille a éliminés, "suivant l'usage des Francs (2)", "comme l'ordre l'exige de toute antiquité (3)". Du coup, il est fait roi mais il ne l'est pas. Aussi juge-t-il nécessaire de procéder à une innovation en faisant aussi oindre sa femme, car c'est bien en elle seule que réside la légitimité. Du moins, leur fils Charlemagne et, à sa suite, tous les Carolingiens pourront-ils se prévaloir du fameux sang.

 

Il n'en ira pas de même pour les Capétiens, Hugues Capet n'est ni Carolingiens, ni Autrasien, ni même Franc. La chronique de Richer nous apprend qu'il avait pour trisaïeul "un étranger venu de Germanie", un Saxon nommé Witichin, "homme d'extraction peu relevée", et que "ses vassaux n'aimaient pas lui obéir (4)".

 

Orn il est interdit au Francs, sous peine d'excommunication, de prendre leurs rois hors de la famille des Péin, héritière du sang mérovingien. C'est pourquoi Foulques, archevêque de Reims, refuse d'oindre Eudes, petit-fils de Witichin, alors qu'il existe un roi franc et carolingien, Charles le Simple. "Qu'arriverai-il, dit l’archevêque à ce dernier, si la mort vous atteignait à un moment où il y a tant de rois de race étrangère et encore plus d'usurpateurs du nom royal (1) ?" Paroles significatives d'un prélat austrasien bien convaincu que seule la royauté par le sang peut assurer la protection magique du sol et de ses habitants.

 

Il ne faudra pas moins d'un siècle de dépositions, de tentatives d'usurpation et de sacres de complaisance pour asseoir sur le trône Hugues Capet que Guizot appellera "un parvenu en harmonie avec une époque nouvelle".

 

Son élection irrégulière est, du reste, aussitôt contestée, notamment en Austrasie, par le prétendant carolingien Charles de Lorraine. Hugues Capet le fera mourir en prison mais les Capétiens, pour mettre fin à leur impopularité, ne verront pas d'autre moyen que de chercher à s'allier à ce qui peut rester du sang sacré. Ils n'y réussiront qu'au XIIe siècle, quand Philippe Auguste épouse Isabelle de Hainaut qui en apporte quelques gouttes. Du coup - fait hautement significatif - leur fils, Louis VIII, s'empresse de donner à son premier-né le nom de Dagobert.

 

Mais si la lignée de Dagobert II s'était continuée, si le sang mérovingien ne s'était pas tari, c'est tout le tableau de la légitimité qui serait à refaire. Certes, même dans ce cas, l'histoire dynastique de la France resterait ce qu'elle a été, mais elle pourrait être déchiffrée tout autrement que nous n'avons coutume de le faire. Car certains de ses épisodes, qui sont à la fois les plus importants et les plus obscurs, recevraient alors une lumière nouvelle, ainsi qu'il arrive toujours quand, derrière l'éclat de l'évènement, on devine une histoire parallèle, secrète, et les mains gantées d'ombre qui en tiennent les clefs.

 

On va voir qu'il ne s'agit pas là d'une pure spéculation. En effet, la stupéfiante occultation du personnage de Dagobert II ne fut ni le fruit du hasard ni un jeu gratuit. Elle n'aurait d'ailleurs eu aucune raison d'être si ce roi n'avait pas laissé de descendance. Au contraire, en vouant d'abord son nom a l'oubli, puis en niant son existence, on peut penser que c'est cette descendance que l'on voulait escamoter.

 

Il en est bien ainsi car, effectivement, Dagobert II eut un fils dont l’histoire mérite d'être contée. Laissons donc la parole à un chroniqueur de l'époque, Bruschius, et ouvrons son Livre des évêques de Strasbourg :

" Dagobert II épousa Mathilde, princesse de Saxe et ils eurent la consolation de voir la bénédiction du ciel tomber sur leur mariage par un assez grand nombre d'enfants. Le premier fut un fils qui leur causa beaucoup de joie par sa naissance, voyant en sa personne un héritier assuré pour la succession de l’État qu(ils recouvraient petit à petit . Ce prince naquit dans le château de d'Issembourg et y fut reçut-on de douleur d'un déplorable accident qui lui coûta la vie alors qu'on s'y attendait le moins. Ayant commencé à monter à cheval, on le conduisit un jour à la chasse dans la forêt d'Ebersheim pour le divertir, un sanglier d'une grosseur démesurée  ayant été découvert, on le poursuivit avec chaleur et étant venu à la rencontre de ce prince, son cheval qui en prit l'épouvante l'emporta avec tant de violence que n'ayant pas assez de force pour l'arrêter ni pour se tenir ferme sur la selle, il en fut jeté à terre et foulé sous ses pieds en sorte qu'il en demeura tout brisé  et ne vécut que jusqu'au lendemain."

 

Décidément, il ne faisait pas bon pour les Mérovingiens de s'attaquer à leur totem, ce sanglier dont ils portaient les soies sur le dos.

 

En tout cas, le fils unique de Dagobert II est mort tragiquement dans l'adolescence et la descendance est éteinte : l'escamotage était superflu.

 

Nullement, car voilà que ce fils ressuscite. Poursuivons la lecture de Bruschius :

" Le roi avait depuis quelque temps déjà engagé saint Argobaste à prendre le gouvernement de l'évêché de Strasbourg. Ce saint, qui était venu d'Aquitaine, avait une grande réputation de vertu. Le roi qui l'estimait comme un grand serviteur de Dieu l'envoya prier de venir le consoler en l'extrémité où la mort déplorable de son fils venait de le réduire. Le saint prélat y accourut et exhorta le roi et la reine d'élever leur confiance en Dieu qui peut rendre la vie aussi aisément qu'il la donne, et s'étant mis en prière proche le corps du petit prince pour demander à Dieu qu'il lui plût de vouloir y renvoyer l'âme qui l'avait peu auparavant vivifié, on s'aperçut que tout à coup l'enfant leva la tête comme s'il fût éveillé de quelque profond sommeil, et l'ayant pris entre ses bras il le rendit plein de vie au roi son père qui eut autant de joie le voyant ainsi ressuscité qu'il avait ressenti de douleur de sa mort."

 

Ce récit est plein de charme et Sigebert IV y apparaît, ainsi qu'avait été son père, comme un roi revenant. Mais quelque goût qu'on ait pour le merveilleux, les morts qui ressuscitent n'étaient pas morts. A la suite d'une chute de cheval, le jeune homme, probablement tombé sur la tête, est bientôt entré dans le coma et s'est éveillé quelques jours plus tard. Pour l'hagiographe de saint Argobaste, cela fait un miracle de plus à porter au compte de son héros.

 

Il est certain que Sigebert IV survécut à cet accident ; mais survécut-il à son père ? Un historien du XVIIIe siècle, Vincent, en est réduit aux conjectures quand il écrit : " Quant au prince Sigebert, fils de Dagobert, apparemment il mourut dans la même conjoncture que son père ou peu de temps après, car l'auteur qui a continué Frédégaire dit positivement que les rois, c'est-à-dire Dagobert et son fils, étaient morts en Austrasie (defunctis regibus) lorsque Pépin de Herstal prit les armes contre Ebroïn pour les venger. "

 

Somme toute, une mort aléatoire dont on ne peut fixer le moment . Il n'est pas croyable que le fils ait péri en même temps que le père, car nous possédons, nous l’avons vu, un récit extrêmement détaillé de l'assassinat de Dagobert II où rien de tel n'est mentionné. Quant au continuateur de Frédégaire sur lequel, avec bien de réticences, s'appuie Vincent, était un partisan des Pépin qui avait donc tout intérêt a laissé croire que la descendance de Dagobert II était éteinte (1). Le fait qu'il prête à Pépin de Herstal le rôle de vengeur d'un roi dont il avait, au contraire, ourdi l'assassinat prouve bien que son récit s'inscrit dans une entreprise d'intoxication politique.

 

Selon certains historiographes modernes, Sigebert IV aurait été soustrait par sa sœur sainte Irmine (2) aux griffes des Pépinides et aurait fait souche en Septimanie, c'est-à-dire dans le haut Languedoc. Malheureusement, les sources données par ces auteurs sont très difficilement vérifiables. L'apparition fugitive de Sigebert IV dans l'Histoire fait de lui un Roi Perdu. Si la lignée sacrée des Mérovingiens s'est perpétuée, c'est dans l'ombre.

 

Mais dans une ombre qui faisait peur...

 

(1) Jean de Pange : Le roi très chrétien, p. 131-132.

(2) Chronique de Moissac.

(3) Chronique de Frédégaire.

(4) Mon. Germ. Script. Tome III, p. 570.

***

(1) Chronique d'André de Marchiennes.

***

(1) " Le remanieur de Frédégaire est un partisan des Pépinides ; il a peut-être supprimé certains passages. " (R. Barroux : Dagobert, p. 10.)

(2) Marié à Mathilde de Saxe puis à Gisèle, fille du comte de Razès Béra II, Dagobert II avait eu quatre filles : Ragnatrude, Adèle, Bathilde et sainte Irmine, abbesse d'Oeren.

 

dagobert.jpg

19/12/2014

Grève en Belgique et Retour du clivage gauche/droite

 

De nombreux incidents entre travailleurs et grévistes ont été signalé, particulièrement dans le Hainaut, en ça, la grève aura été historique. Comme à l'accoutumée, les médias mettent l'accent sur ce qui divise, les faits n'en restent pas moins vrais.   

 

La gouvernance de Droite libérale de Louis Michel succède à la gouvernance de Gauche libérale d’Elio Di Rupo qui, il faut lui reconnaître, a eu l’intelligence de refiler la patate chaude des politiques d'austérité, dictées par l'Union dite Européenne, à la Droite, pendant que la Gauche Ponce Pilate et les syndicats « qui s'en lavent les mains » se rappellent qu'ils doivent faire semblant d'être socialistes de temps à autres.

 

La mobilisation est faible. Nous constatons qu'en Belgique, la critique avancée du libéralisme et de l’alternance gauche/droite telle qu'elle peut-être formulée en France, en Italie ou encore en Grèce, semble inexistante en des termes transcourants. Nous avons entendu beaucoup de slogans autour des « sans-papiers », nous n'avons pas comprit la priorité, ni même le lien avec les retraites, le chômage,  l'austérité et une Europe en cours d'effondrement contrôlé.

 

En plus de dix ans, si on prend le 11 Septembre 2001 comme un évènement déclencheur,  l'idée d'alternance libéral (MRPS) n'a pas pénétré la Belgique alors que, parallèlement, en France de nombreux intellectuels reviennent assez lourdement et insistent beaucoup sur ce même concept d'UMPS.

 

Paradoxalement, nous observerions plutôt le phénomène inverse, c'est-à-dire un retour et une superposition de tous les clivages historiques du siècle dernier dans la convergence prérévolutionnaire du XXIème siècle : gauche/droite ; antiracisme institutionnel/racisme constitutionnel de Gaulle/Pétain (aussi fou et anachronique que ça puisse paraître en 2014) ; travailleurs/patrons (aussi fou et anachronique que ça puisse paraître à l'heure de la Dette), mais aussi travailleurs/travailleurs ; Guerre Froide ; etc... Nous pourrions même aller plus loin en disant que nous assistons à une recomposition d'une nouvelle gauche au sein d'une certaine droite et que c'est exactement cela qui fait renaître le clivage gauche/droite.

 

La situation est plus ou moins revenue à ce qu'elle était la veille du 11 Septembre. Ce qui laisse présager qu'un autre 11 Septembre est proche, nous ne voulions pas faire un billet trop long mais juste quelques remarques qu'il nous semblait importantes de faire.

 

La Réponse sera Métapolitique !







 



 

 

 

 

 

page1-435px-Cahiers_du_Cercle_Proudhon,_cahier_5-6,_1912.djvu.jpg