Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2015

Flower Power (La Grande Touriste)

 

"Ne leur pardonnez pas, ils savent très bien ce qu'ils font."

Lucio Bukowski, Golgotha (2014)

 
"Un jour, tous les oiseaux du monde se réunirent en une grande conférence. Alors, la huppe, toute émue et pleine d'espérance, s'avança au milieu d'eux et déclara : « Chers Oiseaux. Je passe mes journées dans l'angoisse. Je ne vois autour de nous que querelles et batailles pour des bouts de territoire ou des grains de blé. Cela ne peut pas durer. Pendant des années j'ai parcouru le ciel et la terre. J'ai traversé un espace immense et je sais. Écoutez-moi : nous avons un roi. Il nous faut partir à sa recherche, sinon nous sommes perdus. » "

Farid al Din Attar, La Conférencedes Oiseaux (1142 - 1190)

 

111.jpg

 


« EEIL », « ISIS », « DAECH », « DAESH », « Groupe État Islamique », « Pseudo État Islamique » : que de noms pour ne pas le nommer ! Moins d'une année après sa fondation, sa zone d'influence couvre trois continents. Considérer ses sujets comme de vulgaires tarés condamne la « pensée » occidentale à plus ou moins court terme. Jusqu'à présent, il semble que seul Marc-Édouard Nabe ait livré du phénomène une analyse juste et mesurée,  intitulée "Un État de Grâce" et parue dans le premier numéro de la revue Patience. On y trouve, entre autres choses introuvables dans la presse ordinaire, le texte exact du discours d'investiture du calife Abou Bakr al-Baghdadi :

 
"Le califat est une obligation qui a été délaissée très longtemps, si absente de notre vie que beaucoup de Musulmans ne la connaissent pas. Une obligation qui rend les Musulmans fautifs s'ils ne l'établissent pas. Ils doivent s'efforcer constamment de l'instaurer. Et voilà qu'ils viennent de le faire, alors louange à Allah ! J'ai été éprouvé en ayant été désigné pour porter cette responsabilité. C'est une très lourde charge. J'ai été désigné pour vous diriger, mais je ne suis pas meilleur que vous. Si vous voyez que j'ai raison, alors soutenez-moi, et si vous voyez que j'ai tort, alors remettez-moi dans le droit chemin."

 

« Ce n'est qu'un prénom », disent nos frères en Islâm quand on évoque le califat précédent. Pour nous, c'est l'empire ottoman ; pour eux, c'est Othman ibn Affan, né en 576 et mort en 656. Allié avec l'Allemagne pendant la guerre de 14, « Othman »  est tombé en 1923 sous les assauts des Arabes, qui s'étaient alliés aux Anglais. Loin de reconnaître le nouveau califat arabe comme ils l'avaient promis, les Anglais se sont ensuite appliqués à découper l'avant-dernier empire islamique en colonies, puis en nations modernes : la Turquie, l'Arabie Saoudite, l'Irak, la Syrie, etc. . Et Israël. Voilà pourquoi, aujourd'hui, le califat brûle tous les drapeaux musulmans autres que celui de la Chahada, y compris celui de la Palestine.

 

222.png

 

 

"L'Islâm est une religieux de paix mes frères, mais c'est avant tout une religion de justice."

(entendu dans une vidéo sur Youtube)

 
La plupart des « victimes » du nouveau califat sont musulmanes, et effectivement coupables d'avoir collaboré avec l'Occident. Il n'en va pas tout à fait de même pour les Yézidis, jugés irrécupérables. La mythologie yézidie prétend que l'« Ange Paon » est le seul qui ait refusé de se prosterner devant Adam, et que pour cette raison, il a été élevé au ciel sous la forme du soleil, afin d'y être vénéré des hommes. Or dans le Coran, Satan est maudit à cause du même refus. A noter que le « trouble des anges » devant la ressemblance d'Adam avec Dieu, qui augure l'humanité du Sauveur, est un élément de la gnose chrétienne. De là à éliminer le yézidisme de la surface du globe, il n'y a qu'un pas que les combattants du califat sont résolus à franchir.

 
"Et prépare dans la lutte contre eux toute force et cavalerie que tu es capable de réunir, pour semer la terreur, pour frapper de terreur l’ennemi de Dieu et le tien."

(Coran, 8:60)

 
Je ne sais pas grand-chose de Dieu, mais je sais, de source sûre d'eau claire de la Lune, qu'un enfant athée est un enfant blessé. Écoutez-moi : quand apparaît sur les réseaux zoziaux l'image enluminée d'un petit garçon tirant une balle dans la tête d'un adulte, l'Écran est pris à son propre piège…

 

333.jpg



Impérial, religieux et enfantin : le nouveau califat est indéniablement eurasiste. Il reconduit néanmoins un sempiternel conflit, irrésolu depuis la chute de l'empire d'Othman. Au contraires des sunnites pour qui Ali, oncle et gendre du Prophète, n'est que le quatrième calife, les chiites croient qu'il est le premier, ainsi qu'il est dit dans le hadith suivant : "Je suis la cité du savoir, Ali en est la porte. Celui qui veut le savoir ainsi que la sagesse, qu'il passe donc par la porte". Depuis la mort d'Ali en 661, le véritable chef de l'Islâm est donc pour eux occulté. En attendant le retour de l'« Imam caché », ils se considèrent libres de tout pouvoir temporel. L'« Imam caché » : cette figure rejoint celle du Mahdi, attendu par tous les Musulmans. Selon le Coran, le Mahdi sera un Arabe, de la famille du Prophète. Il apparaîtra dans les derniers jours de l'existence du monde, pour préparer le second avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ. Le chiisme est religion d'état en Iran, et nulle par ailleurs en terre d'Islâm.

 

Pendant ce temps, en France. Henri d'Orléans, Comte de Paris, héritier du trône des Lis et descendant direct de Mahomet par le dernier roi arabe de Grenade, a parfaitement pris acte de la volonté islamique de soumettre les « adorateurs de la Croix », par les armes d'un côté et par les urnes de l'autre (1). Dans une vidéo sur Youtube, le califat appelle à tuer les ressortissants des vingt-deux pays (!) de la coalition anti-califale, là où ils se trouvent et "en particulier les méchants et sales Français", tandis que chez moi, nos frères en Islâm s'acharnent à m'expliquer qu'il est insultant d'appeler « Mohammed » Mahomet. Vu d'ici, la violence des uns et l'insistance des autres sont les deux versions d'un même prénom, à la grâce de Dieu. Dans la cosmologie hindoue, Kali la Sanguinaire intervient à la fin des temps pour « détruire les branches de l'ignorance ». Elle s'arrête, dit le mythe, quand elle s'aperçoit qu'elle est en train de piétiner le corps de son époux.

 

444.jpg



Les complotards n'ont pas manqué de remarquer le plus sérieusement du monde que le 7 janvier, date des attentats contre Charlie-Hebdo, était le « jour des sacrifices humains » dans le calendrier satanique. Le 7 janvier est aussi le jour de Noël orthodoxe et l'anniversaire d'Alexandre Douguine. Ajoutons que 2014, année de l'avènement du nouveau califat, est aussi celle de la neutralisation du programme nucléaire iranien, du retour de la Crimée au sein de la Russie, du couronnement du septième roi d'Araucanie et de Patagonie, du centenaire de la « Der des Ders », du bicentenaire de la mort du marquis de Sade, et du tricentenaire de la querelle des Anciens et des Modernes autour de traduction de L'Iliade en vers français... Quitte à jouer avec les dates, autant jouer vraiment.



« A qui profite le crime ? », demandent-ils finement. A Israël, bien sûr. Et alors ? Comme disait René Guénon, il est des problèmes qui n'existent que parce qu'ils sont mal formulés. Le Pape François lui-même a appelé à la guerre contre le califat, ce qui veut dire que la récréation est terminée.



Le corollaire de tout ceci : il y a une différence entre « être eurasiste » et  « s'intéresser à l'eurasisme ». L'homologue d'Alexandre Douguine en Europe est Laurent James, et son œuvre littéraire, qui a pignon sur rue (2), est unanimement ignorée par le « Front National », par « Égalité & Réconciliation », par « L'Action Française » et par toutes les diverses obédiences païennes qui « s'intéressent à l'eurasisme », à l'instar des zigotos qui ont entrepris de saborder les Brigades Continentales (3). Comme on ne saurait se réclamer de la Tradition et se torcher avec la hiérarchie, voyons, s'il vous plaît, ce que dit Monsieur James de la mission transhistorique de l'Islâm:

 

"Aujourd'hui comme de tous temps, la véritable scission est opérante entre le bourgeois (celui qui fait tout pour durer) et le révolutionnaire (celui qui défait tout pour l'émergence d'une discontinuité). Toutes les conditions sont là pour établir que l'unique force révolutionnaire est l'Islâm. Lisez donc Gamal Abdel Nasser de Dominique de Roux, si vous avez du mal à me croire. C'est volontairement que je n'évoque pas les raisons mystico-bibliques qui étayent cette hypothèse. J'irais même jusqu'à dire que tout révolutionnaire cohérent est forcément islamique. La conséquence immédiate de cette indéniable assertion est à chercher en chacun de vous, au tréfonds vibratoire de votre cœur pourri."

 

 

666.jpg

 

 

08/01/2015

Les Deux Étendards : la Tradition face à l'Anti-Tradition (Jean Parvulesco)

 

Jean Parvulesco, Le Retour des Grands Temps, Nous sommes l’Église de la Fin, Les Deux Étendards : la Tradition face à l'Anti-Tradition, pp. 434-439, aux éditions Guy Trédaniel

 

En fait, il s'agit de procéder au rassemblement final des forces vives de la Tradition, dans le sens guénonien et sempiternel du terme, face aux plans de prise en main criminelle et de domination totale du monde et de son histoire présente et à venir par les puissances déjà en action, déjà presque victorieuses, de l'Anti-Tradition et du Mystère d'Iniquité se tenant derrière celle-ci. Cette confrontation prévisible, imminente de la Tradition et de l'Anti-Tradition – déjà, il y a un demi-siècle, Pie XII en était venu à s'écrier que le conflit entre le Christ et l'Antéchrist prend des formes gigantesques – aura donc à décider du sens ultime, de la forme définitive des rapports de la race humaine avec son propre devenir, avec les aboutissements irrévocables de celle-ci : le surhomme christologiquement divinisé avec la ligne traditionnelle, catholique et polaire, de la Tradition, ou le sous-homme bestialisé avec la ligne infernale de l'Anti-Tradition. Et l'on y retrouve, ainsi, la figure agissante de la méditation apocalyptique fondamentale de saint Ignace de Loyola qui a tant passionné les nôtres, la figure de la méditation des Deux Étendards.

 

Déjà, avec la fin annoncée des idéologies, l'histoire – la « grande histoire » entrait sous la juridiction providentielle de la théologie active, et déjà l'histoire elle-même devenait théologie avec la naissance, en son sein même, du mouvement des profondeurs qui voulait donner à la théologie – j'entends au catholicisme – les missions d'un suprême intervenant dans le cours final de l'histoire, dont l'accélération même, dans sa course vers une sorte de conclusion à la fois encore inconcevable mais déjà pressentie, révélait, à qui savait y voir, l'imminence désormais assurée de ce a quoi, à l'heure présente, il nous est demandé de faire face au péril de plus que la vie, au péril même de la condition surnaturelle de l'humanité sauvée par le sacrifice sanglant de l'Unique Seigneur de la Vigne. Les temps ardents de l'intelligence cachée dans le Vin de Sainteté reviennent-ils ?

 

Ainsi, suivant la nouvelle perspective métahistorique entrouverte, aujourd'hui, devant nous, par les premiers annoncements du Projet Troisième Millénaire, bien d’initiatives catholiques d'un assez récent passé prennent-elles une signification révélatrice, entière, immédiatement décisive, s'éclaircissant de l'intérieur. Et pourtant, ces initiatives, tout à fait révolutionnaires en leurs temps, qui avait alors su les comprendre à leur plus juste niveau de fait ? Mais de quelle initiative parle-t-on en l’occurrence ?

 

Précisons. Le Mouvement pour un Monde Meilleur (MMM) de Pie XII, qui avait voulu faire, du catholicisme ouvertement mobilisé à l'avant-garde de l'histoire, comme un autre Ordre du Temple, une force de bataille supranaturelle engagée contre le front des ingérences dévastatrices de la Puissance des Ténèbres secrètement en première ligne à l'issue de la guerre planétaire de 1939-1945, et détenant en son pouvoir le gigantesque appareil criminel des masses communistes et de leurs hiérarchies d'encadrement et de guerre clandestine ; ainsi que le très extraordinaire corps d'enseignements eschatologiques – voire apocalyptiques – si hautement inspirés qu'avait su mobiliser et proclamer, à « l'heure la plus noire », le même Pie XII, pour qu'ils servent à confronter, à armer ce que lui-même appelait, alors, le mystère du prochain Renouveau intérieur, résurrectionnel et cosmique de l’Église, et la venue à terme de ce mystérieux Réveil devant y trouver son accomplissement suprahistorique immédiat, et son Règne ; tout comme, plus tard, sous d'autres pontificats, les profonds remous précédant l’événement vertigineux du Concile Vatican II – malheureusement détourné de ses buts premiers, surnaturels, et jusque dans son identité même, par les forces infernales négativement à l’œuvre de l’Anti-Église agissant au sein même de l’Église – et de ce que le même Concile Vatican II eût pu être si on en avait pu sauver ce qui n'avait pas pu l'être.

 

Toutes ces initiatives, et bien d'autres, mieux dissimulés sans doute, avaient été, aujourd'hui on est en état de le comprendre, et de le comprendre d'une manière active, autant de tentatives préliminaires, autant d'approches successives du travail souterrain continuellement accompli par le Saint-Esprit dans le but de faire qu'à la fin surgisse, culminative, éblouissante, la figure apocalyptique de la mission directe de l’Église dans l'histoire. Car, en cette fin presque déjà au-delà de toute fin, l’Église – je veux dire l’Église en tant que telle – devra agir, imposer sa propre volonté révolutionnaire et ses propres révélations, sa propre dialectique du renversement totale, au sein de l'histoire du monde en tant que tel, au terme de l'histoire de ce monde en tant que telle. Nous y sommes, l'heure est venue.

 

Cependant, et à cause de tout cela précisément, un formidable travail de surveillance et de contrôle spirituel et contre-stratégique direct, de tous les instants, devient plus que jamais nécessaire, une question de vie ou de mort, une question de vie éternelle et de mort éternelle, de la part des forces vives invitées à répondre à la mobilisation inconditionnelle qu'exige déjà, à présent, une entreprise traditionaliste de dimensions planétaires, immédiatement métahistoriques, comme celle du Projet Troisième Millénaire. Et celui-ci attirant tout à lui.

 

Car, déjà, une vaste structure désinformationnelle se met actuellement en place, cherche ses marques diversionnistes et d'encerclement accéléré par rapport aux positions préannoncées du Projet Troisième Millénaire.

 

D'une manière assez paradoxale, la première ligne d'attaque en cours contre le Projet Troisième Millénaire provient de certains milieux intégristes – dans le sens fondamentaliste du terme – qui œuvrent en utilisant des arguments, des « dénonciations » essentiellement fondamentalistes, qui mettent en branle des cercles, organisations, instances d'influence ouvertement fondamentalistes. Ainsi, l'affirmation, mise en ventilation par le trébuchement de certaines officines plus ou moins spécialisées, et plus encore en donnant cours a des vagues successives de rumeurs orientées, selon laquelle le Projet Troisième Millénaire serait utilisé par Jean Paul II dans le but de parvenir à clandestinement procéder à l'abdication finale, sans retour, du catholicisme traditionnel dans les eaux noires d'un œcuménisme irrémissible, visant à dévoyer, à dissoudre le dépôt catholique de notre Foi par le vitriol d'un mondialisme de manipulation maçonnique supérieure, ou autre chose.

 

Feignant de ne pas comprendre – ou réellement aveuglés par qui, en l’occurrence, aveuglés, les manipule sans vergogne ni pitié, les « mène à l'abattoir » – les tenants de cette thèse désinformative confondent, ou font bien à dessein semblant de confondre, une opération de mise en convergence des spirations métahistoriques agissantes des forces spirituelles actuellement investies dans le monde – dont le catholicisme – invitées, et très précisément par le catholicisme, à faire front, ensemble, à un défi apocalyptique final, au Suprême Défi de la Puissance des Ténèbres, et je ne sais quelle opération de mise en assujettissement, de je ne sais quel projet d'aliénation, de dissolution du catholicisme dans un état d’œcuménisme larvaire qui, de toutes façons, en représenterait comme une liquidation frauduleuse, irrémissible.

 

Cet amalgame est essentiellement criminel, et doit être traité de la sorte, sans la moindre complaisance suscitée par les prétentions traditionalistes de ses colporteurs, fussent-ils masqués pour les besoins ambigus de leur cause qui, d'ailleurs, en cache une autre, plus obscure.

 

En ce qui nous concerne, les choses me semblent on ne saurait pas plus claires. Ce que, suivant la dialectique combattante des Deux Étendards, Rome veut obtenir à travers son Projet Troisième Millénaire – ou Projet du Mont Sinai – c'est que l'on dressât, d'urgence, l'inventaire transcendantal de ceux qui, à l'heure qui vient, se trouveront sous l’Étendard Blanc, l'étendard du Camp de Rome.

 

Pic Etendard1 Savoie.JPG

 

 

 

26/12/2014

Eurasie dans la guerre de réseau : Réseau eurasien à la veille de 2015 (Alexandre Douguine)

 

Source : The Fourth Political Theory

 

La raison pour écrire ce texte était le discours de Vladimir Poutine à l'Assemblée Fédérale et l'approbation de la résolution anti-russe 758 au Congrès américain, en commentant laquelle Hillary Clinton a ouvertement déclaré que «les États-Unis commencent une guerre de l'information contre la Russie», et le député Eliot Engel a ajouté: «Il est temps de reconnaître que la Russie sous Vladimir Poutine est une menace pour la sécurité européenne et les intérêts américains dans la région». Dans son message, Poutine a déclaré: «Pour la Russie, la Crimée, l’ancien Korsun, Chersonèse, Sébastopol ont une grande signification civile et sacrée, comme le Mont du Temple à Jérusalem pour ceux qui professent l'islam et le judaïsme, et c'est ce que nous ressentons à ce sujet maintenant et pour toujours», en proclamant le parcours difficile pour la renaissance de la souveraineté et de la puissance continentale de la Russie, ainsi que son identité orthodoxe sacré. En réponse à cela, les États-Unis ont ouvertement admis qu'ils «commencent une guerre de l'information», laquelle, en fait, est en train d’être mené depuis longtemps contre nous. Mais maintenant, la guerre prend une nouvelle boucle.
 

Parallèlement à cela, la dernière fois que j'ai enregistré une augmentation d’attaques frontales contre Eurasiens et moi personnellement, ainsi que contre des personnes qui interagissent avec moi en Russie et dans le monde entier ces derniers mois. Le dernier point c'était l'ouverture de la boite mail professionnelle d'un membre du "Mouvement eurasien" et suite à cela, une  avalanche de publications dans les grands médias d'Europe sur le soi-disant dévoilement des agents russes d'influence dans le monde, baptisés pour le plus grand discrédit «L’International Noir». Je crois qu'il est temps de faire quelques clarifications et identifier une autre ligne de notre stratégie eurasienne.

 

« Eurasisme » comme une idéologie anti-occidentale

 

Permettez-moi de rappeler l'histoire.

 

Eurasisme depuis sa création au début des années 20-s du XX siècle, était toujours contre la domination mondiale de l'universalisme de l'Europe occidentale, mais plutôt pour la distinction de la civilisation russe. Par conséquent, l'eurasisme est, en effet, l'idéologie anti-occidentale qui nie le droit de la société occidentale d'établir leurs critères du bien et du mal comme une norme universelle. Russie est une civilisation eurasienne orthodoxe indépendante, et non la périphérie de l'Europe, ont insisté Eurasiens après leurs prédécesseurs idéologiques slavophiles et avec d'autres conservateurs russes.

 

Peu à peu « l’Eurasisme » s’est enrichi avec des techniques géopolitiques eurasiennes fondées sur le dualisme de la civilisation de la Mer et de la civilisation de la Terre, dont le concept a été développé dans la première moitié du XXe siècle par un anglais H. Mackinder et développé par les stratèges américains de N. Spykman à Brzezinski. Russie c’est le noyau de la civilisation de la Terre, le cœur du continent eurasiatique, et est donc vouée à mener une bataille de plusieurs siècles avec le monde anglo-saxon – avant, le cœur de ce monde était l'Empire britannique, et depuis la seconde moitié du XXe siècle - les États-Unis.

 

Eurasiens, donc les adversaires de l'hégémonie occidentale, les opposants à l’expansion américaine, les adversaires de valeurs libérales et les adeptes de la civilisation russe d'origine, de la religion et de la tradition. Eurasiens – ce sont les adversaires non seulement à l'Ouest, mais aussi aux modernistes russes: tout d'abord aux libéraux.

 

Si l'Occident - l'ennemi pour les Eurasiens, les Eurasiens – ce sont des ennemis de l'Occident et de ses agents d'influence. C'est logique. Les Eurasiens savent qui est leur ennemi et avec qui ils se battent, et l'ennemi sait qui sont les Eurasiens. Dans une telle situation, il serait étrange si les atlantistes, les impérialistes américains et les libéraux aimaient des Eurasiens et leurs amis à travers le monde. Et vice versa. Soit nous sommes du côté de la civilisation de la Terre, soit du côté de la civilisation de la Mer. La Terre – c’est la Tradition, la Croyance (pour les russes – l’Orthodoxie), l'Empire, le seuple, le sacré, l'histoire, la famille, l'éthique. La Mer – c‘est la modernisation, le commerce, la technologie, la démocratie libérale, le capitalisme, le parlementarisme, l'individualisme, le matérialisme, la politique du genre. Deux types de valeurs réciproquement exclusifs.

 

Neo-eurasisme dans la période post-soviétique

 

Toutes ces idées ont été restaurées et développés comme une idéologie depuis la fin des années 1980, par un groupe de néo-Eurasiens qui s'étaient rassemblés autour de moi. Nous avons restauré une partie importante de l'héritage idéologique des premiers Eurasiens, ajouté la géopolitique et le traditionalisme et appliqué tout cela aux réalités politiques de l'Union Soviétique. Comme les premiers Eurasiens en 1920-s, écrivant dans l'immigration, nous étions derrière la transformation de l'URSS dans l'Empire Eurasien, avec la préservation du territoire sous un contrôle stratégique unique, mais avec un changement dans l'idéologie pour celle d'orthodoxe et d’eurasienne. Tout comme les premiers Eurasiens, nous étions convaincus que les libéraux et les occidentaux – ce sont des pires ennemis de l'idée russe (pire que les communistes), et qu’ils effondrent la Grande Russie (URSS), s'ils prennent le pouvoir. Surtout parce qu'ils font partie du réseau atlantiste. Le temps l'a pleinement confirmé : ils l'ont détruit. Et ont essayé après de briser la Russie. C'est pour cela que dans les années 90-s, des Eurasiens étaient dans l'opposition radicale à Eltsine et à l'ensemble du régime fantoche pro-occidentale et libérale-démocratique, qui a été dominé par la bourgeoisie compradore et des agents russophobes d'influence des US. De cette période commence la diabolisation des eurasiens - comme des opposants patriotiques dans la Russie, comme des "chauvinistes russes" - aux Etats-Unis et à l'Occident. Dans cette hystérie idéologique, les occidentaux ont impliqué un certain nombre de ces dirigeants qui ont adhéré à la position patriotique - profitant de leur ignorance ou de la vanité, ou tout simplement en les «achetant ».

 

Tout cela a changé en 2000 avec l'arrivée de Poutine au pouvoir. Il a commencé à transformer le système d’Eltsine en esprit patriotique, incarnant des idées, des principes et des valeurs des Eurasiens. C'est la seule raison pour laquelle les Eurasiens ont soutenu Poutine et le soutiennent jusqu'à maintenant. Il n’y a rien de personnel : nous nous sommes battus avec un atlantiste-occidental Eltsine, mais on soutient le patriote Poutine. Le choix purement idéologique et clair.

 

A cause de tout cela, le degré de la haine pour les Eurasiens entre les libéraux russes et pro-occidentaux aux États-Unis et l'Occident en général a augmenté de façon spectaculaire.

 

Et puisque la politique de Poutine se déplace de plus en plus vers les idées eurasiennes, contre les eurasiens à l'Occident et dans les médias russes libérales, une campagne frontale a commencé. Le danger du soutien de Poutine par les eurasiens, ce n’est pas en nombre et en influence des eurasiens, mais sur la puissance des idées eurasiennes basée sur la géopolitique et les méthodes de la civilisation, sur l'exactitude de l'analyse historique et radicalement anti-occidental et l'orientation anti-libérale, ne pas laissant aux occidentaux le moyen de manipuler,  frauder et faire des manoeuvres trompeuses. Pour cette raison, l'effort approfondie a été fait pour veiller à ce que Poutine n'aurait pas le moindre soutien des eurasiens, ce qui, selon les architectes de l'atlantisme, aurait tôt ou tard, marginaliser « eurasisme » et retirer son idéologie à la périphérie. Des forces colossales ont été jetés pour cela dans l'Ouest et parmi les libéraux russes. Nous ne pouvons pas dire qu'on a pu surmonter tous leurs efforts, mais une chose est évidente : Poutine va en toute confiance à la création de l'Union Eurasienne, il n'a pas peur de jeter un défi ouvert à l'Occident et ses valeurs libérales, à pleine voix il se réfère à la foi, la tradition, aux fondations conservatrices de la société.

 

Réseau eurasien à l’étranger

 

Déjà dans les années 1990, et surtout dans les années 2000, les Eurasiens ont commencé à créer un vaste réseau extensif avec un appuie sur les forces qui comme les Eurasiens, rejetaient l'atlantisme et de l'hégémonie américaine, le libéralisme politique et la politique du genre, mais pour les traditions, le sacré, le christianisme, et d'autres religions traditionnelles. Le plus souvent, le réseau eurasien incluait des conservateurs appelé les "droits", mais très souvent il y avait des adversaires de l'hégémonie américaine du coté «gauche». Certains d'entre eux étaient russophiles, mais prennaient souvent l’eurasisme pour des raisons pragmatiques - la société traditionnelle en Russie a été plus forte que celle dans l'Occident, et le potentiel stratégique de la Russie pourrait devenir un contrepoids à la domination américaine. Beaucoup, en Europe et ailleurs ont étudié la géopolitique, et ont facilement identifié dans l'eurasisme les adeptes de la civilisation de la Terre, à laquelle ils se rapportent eux-mêmes (en parlant de la tradition contre le libéralisme). Cependant, le réseau eurasien était incomparablement plus faible et plus étroit que l'immense réseau atlantiste, basée sur un grand capital mondial, une élite libérale pro-américaine (qui est presque toujours la classe dirigeante), la puissance militaire et le service secret des Etats-Unis et de l'OTAN, un segment de la jeunesse en pleine expansion connecté au réseau de l'Ouest, formant une vision cosmopolite des choses, l'individualisme, dépassement de la morale et une rupture totale avec la religion, la tradition, les gens, la famille, et même le genre. Néanmoins, l'Eurasie a été développé sur la base des forces qui étaient en désaccord avec la nouvelle forme de domination mondiale - «troisième totalitarisme", rejettant le droit de toutes les autres idéologies, s'ils ne reconnaissent pas les principes fondamentaux du libéralisme. Toute alternative anti-libérale de la «gauche» a été classé comme un «stalinisme» et «goulag» et de la «droite» - comme un «nazi» et «Auschwitz». Eurasisme n'était ni communiste ni fasciste, donc, ni «droit» ni «gauche», c'est pour cela que les libéraux l’ont surnommé le «l'internationale rouge brun». En fonction de la situation, il pourrait être déclaré comme «un réseau d'agents du KGB», ("stalinisme") ou «l'Internationale noir» (le «fascisme eurasien»). Ce que ce n'était ni l'un ni l'autre, n'intéressait personne, car pour les libéraux la vérité n'existe pas en dehors du libéralisme. D'ici une campagne médias systématique et délibérée des occidentaux, a commencé dans les années 90-s du XXe siècle pour le dénigrement systématique de l'eurasisme et des Eurasiens.

 

Peu à peu, l'influence des réseaux eurasiens a grandi et à l’extérieur de la Russie (en Europe, en Turquie, en ancienne Union Soviétique - en particulier dans la Crimée et les anciens territoires de l'est de l'Ukraine), et en Russie même. Le dernier moment, montrant les dimensions souvent imperceptibles pour un observateur ordinaire, de l'influence croissante de l'Eurasie, était une réponse de Poutine à la révolution à Kiev - les retrouvailles avec la Crimée et le début de la libération de la Novorossia. Ces scénarios ont été décrits par moi comme des inévitables dès les années 1990 et justifié une nécessité historique et géopolitique (A.Dougine, Géopolitique M. 1997.): La logique de la géopolitique eurasienne était suivante : soit l'Ukraine sera avec les atlantistes (dans ce cas les parties est et sud seront détachés de son territoire), ou avec la Russie (dans ce cas la révolte sera soulevée par les occidentaux). Ce qui est arrivé, et Poutine dans une situation difficile s‘est comporté comme un patriote russe et eurasien, et non comme un libéral et atlantiste. En conséquence, dans l'Ouest et parmi les libéraux russes, une nouvelle vague de persécution des Eurasiens qui étaient opposés aux revendications sans fin et parfois franchement absurde a commencé, pour les blâmer de tous les péchés mortels. Plus ces idées devenaient claires et plus elles se traduisaient dans des actions politiques réelles, plus elles ont suscité la haine entre les représentants de la civilisation de la Mer et leurs réseaux.

 

Réseau contre réseau

 

Dès le début du drame ukrainien, j'ai divisé le segment russe des atlantistes en «cinquième» et «sixième» colonnes. La "Cinquième colonne" - ce sont des atlantistes ouverts, les opposants de Poutine, du patriotisme russe, ainsi que des libéraux et des conducteurs de la politique des US. La "Sixième colonne" se déguise en pragmatistes et les fonctionnaires, soi-disant soutenant Poutine, mais aussi comme la «cinquième» colonne, rejettant catégoriquement les idées eurasiennes et tentant de restreindre ou saboter des efforts patriotiques de Poutine, portant un coup au réseau eurasien - en Russie et à l'étranger. En Ukraine, le Maidan était atlantiste. La Crimée est devenue la première réponse eurasienne à Maidan. Novorossia aurait pu être la deuxième réponse eurasienne, mais notre offensif ici a été freiné par des atlantistes à l’extérieur et à l’intérieur de la Russie (jusqu'à présent). Beaucoup de choses ont changé dans le cours des événements dramatiques en Ukraine cette année 2014. Mais la géopolitique eurasienne est restée inchangée: l'avenir de la Russie – c'est la souveraineté, la multipolarité et la totale indépendance de la domination des États-Unis. C’est de quoi Poutine parle et c’est aussi ce qu’il fait. Par conséquent, en dépit de tout, le soutien de Poutine et de son cours par des eurasiens reste inébranlable. Encore une fois, rien de personnel. À un moment donné certains aspects de la politique peuvent ou non provoquer de l’enthousiasme, mais généralement à une grande longueur de temps, mesurée en décennies, nous voyons que Poutine tient à la politique eurasienne. Son dernier message à l'Assemblée Fédérale ne laisse aucun doute. Il était impossible ne pas comprendre son message. Déclarant ouvertement la course eurasienne, Poutine a dit:

 

«Si pour certains pays européens, la fierté nationale est une notion oubliée, et la souveraineté – c'est du luxe, pour la Russie la souveraineté – c'est une condition nécessaire de son existence. Cela devrait être évident pour nous. Je tiens à souligner que, soit nous sommes souverains, soit on est perdu dans le monde. Et il faut que cela soit compris par les autres puissances».

 

Dans la situation avec l'Ukraine, le réseau eurasien en Europe a pu démontrer sa valeur. Presque toutes les manifestations pro-russes, des groupe d'observateurs, et même les volontaires français dans la Novorossia ont été en quelque sorte lié avec les réseaux eurasiens, ainsi qu'avec des réseaux parallèles. C'est tout à fait naturel. Les eurasiens en Europe et dans d'autres pays sont bien conscients que ce n’est pas deux nations slaves - ukrainiennes et russes qui sont rencontrés, mais la Terre et la Mer, l'hégémonie des États-Unis et le multilatéralisme, représentant par la Russie. Par conséquent, le réseau eurasien n'agit pas dans les intérêts de la Russie, mais dans les intérêts de l'Europe, dans l'intérêt de l'idée de la multipolarité. Encore une fois, rien de personnel: il y a ceux qui sont en accord avec le libéralisme et le programme américain, et il y en a ceux qui sont en désaccord. Le milieu conservateur de l'Europe n'est pas d'accord. Par conséquent, ils se tournent les yeux là d’où l'alternative pourrait venir. Et que voient-ils? La Russie de Poutine et l'idéologie eurasienne. Cette logique est visible à des amis, mais elle est aussi évidente à nos ennemis. Poutine - l'ennemi numéro un à la civilisation occidentale moderne et libérale de la Mer, car il défend toujours les intérêts de la civilisation de la Terre. Tout gouverneur faisant de la Russie un pays grand et indépendant serait dans les yeux de l'Occident le "méchant". Par conséquent, Poutine ne peut tout simplement pas devenir un héros pour le monde des États-Unis et l'atlantisme, parce que pour ce faire, il doit détruire la Russie, comme Gorbatchev a fait avec l'Union Soviétique, et à qui on a applaudi.

 

La même chose pour l'eurasisme: quoi que cette idéologie soit, si elle défie l'hégémonie américaine, et s'appuie aussi sur une puissance nucléaire, elle ne peut pas être indifférente ou considérée neutre; les ennemis le comprennent très bien et jetent tous les efforts pour diaboliser eurasisme par tous les moyens: dénigrement, détraction, insultes, injures, l'identification avec «stalinisme» ou «fascisme» (selon le contexte).

 

Tenir sous l’attaque. Préparer une action offensive.

 

À un certain moment, Poutine comme le leader d'un grand pays et l'idéologie eurasienne comme un appareil conceptuel qui décrit précisément les défis et les objectifs de situation géopolitique actuelle, où les vieilles idéologies (gauche et droite) ne fonctionnent plus, ont fusionné en un objet commun de la haine totale dans les yeux de l'ensemble du réseau atlantiste. Toute personne qui soutient la Russie ou critique l'Occident, devient un «agent de Poutine», «l’espion russe» et «Eurasiens». Dans le même temps, lorsque nous parlons de la cinquième colonne et du réseaux atlantistes d’agents d'influence russes, on nous accuse de paranoïa et de théories du complot. Mais regardez les manchettes des médias occidentaux: ils cherchent la «cinquième colonne de Poutine», publie des listes des espions russes, et en raison de l’ouverture de la boite e-mail d’un membre du "Mouvement eurasien" par des agents de CIA déguisés pour des «Ukrainiens», une campagne est en cours d’élaboration afin d'identifier tous ceux qui sont favorables à la Russie. Qu'est-ce que notre petit réseau d’adversaires à l’ordre mondial libéral moderne par rapport aux milliards du Réserve Mondial, les universités libérales, des nouvelles technologies, des médias mondiaux, avec des dizaines de milliers d'ONG et des agents d'influence sur le haut de n'importe quel pays en Europe et en Asie ... Mais même cela met l'ennemi en rage. Parce que la Russie est avec nous. A la tête de la Russie est Poutine. Avec lui c'est le peuple et notre histoire. Et pas si pathétique elle devient, cette poignée de passionnés qui sortent avec des drapeaux de Novorossia et des portraits de Poutine dans les rues des villes européennes. C'est la civilisation alternative – la Terre qui se réveille de son sommeil.

 

Maintenant c’est le calme avant la tempête. La situation en Novorossia a atteint une impasse. Pression sur la Russie est de plus en plus forte. Nous sommes sous les assauts. Toute personne qui soutient activement Poutine, est inclus dans le réseau eurasien, jette le défie à la Bête américaine, maintenant sous l’attaque. La pression est de plus en plus forte. Le plus désagréable dans cette situation c’est la trahison. C'est quand l'ennemi est bien conscient à quel point tu es dangereux pour lui, et un ami ne se rend pas compte de ton utilité pour lui. Mais c’est aussi une épreuve à passer. Et on ne peut la passer que grâce à l'idée. Malgré la psychologie et de «jeux de réseau» complexes avec lesquels nos adversaires essaient de nous étrangler.

 

Nous avons fait et nous ferons notre réseau mondial eurasien. Nous avons travaillé et nous travaillerons contre l'hégémonie américaine. Nous avons soutenu et nous soutiendrons toutes les forces alternatives en Europe et en Asie, qui représentent la tradition (et pour nous c'est principalement l’orthodoxie), la justice, la liberté et le monde multipolaire. Contrairement à l'Occident: il n'y a pas une, mais plusieurs civilisations; il n'y a pas une (libérale), mais de nombreuses idéologies; il n'y a pas une seule culture, mais la diversité riche des cultures qui n'acceptent pas la mondialisation et se battront jusqu'à la fin.

 

Dieu est avec nous, comprenez-le et soumettez-vous, parce que le Dieu est avec nous!

997047_648303068598545_4300460044767729398_n_0_1.jpg