Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2016

Note de service : Trump

trump2.jpg

 

Jeudi 10 novembre 2016, 2h36

 

Ne croyant pas en la réalité démocratique des élections atlantistes, j'explique l'élection de Trump par la grâce du pentagone.

 

(09/10/2016 - Je me suis mal exprimé et il est certain que je ne parle pas de complot mais que le soutient d'une partie des corps constitués américains dont beaucoup de généraux et de "chefs de service" ont influencé l'opinion publique et a été déterminant dans l'élection de Trump. En outre, le complotisme n'empêche pas les complots et les trafics d'influence existent...)

 

Deux solutions, le pentagone ne veut pas (ou ne se sent pas prêt) à entrer dans une troisième guerre mondiale contre la Russie de Vladimir Poutine, Notre Tsar de l'Empire de la Fin bénît par Marie, soit, les nombreux généraux rangés derrière Donald Trump préfèreraient mener cette guerre avec un homme de la trempe de Donald.

 

En effet, le 45ième président du Monde libre et sa bonne volonté apparente est une chose, l'état profond étasunien et sa grande géopolitique en est une autre, le problème apocalyptique de l'effondrement du Dollar et des "pétro-monnaies", de l'usure d'une manière générale, dont la révélation mérite son heure, dépasse les larges épaules du truculent Donald Trump. Je rappellerai que George W. Bush s'était également fait élire sur un programme "isolationniste" avant d'envahir l'Irak ; l'histoire trébuche...

 

La question, une des questions, est la suivante, est-ce que les États-Unis, l'Europe et la Russie réussiront à s'entendre pour amortir le choc ? (Le choc de la convergence des crises en cours, mais je pense que je m'adresse à des gens instruits du contexte et que je peux m'épargner un constat superfétatoire sur l'effondrement de notre civilisation...)

 

Le Brexit et l'élection de Donald Trump rend possible une victoire de Marine le Pen. Considérant le couple franco-allemand et notre mythe Paris-Berlin-Moscou, si d'aventure les allemands venaient à voter pour les opposants d'Angela Merkel et retrouver une dignité nationaliste, l'on pourrait ajouter à notre axe Washington...

 

Pourquoi cette probabilité ? (Je ne suis pas philosophiquement partisan du trop fameux "pragmatisme" qui n'est autre qu'un cynisme politique, au sens étymologique du terme et qui revient à une vision cosmopolite de l'Empire, et non multiculturel comme il se doit et au sens noble du terme, je dirais constitutif de la France archipelagique... Le caractère "archipelagique" de la France n'en fait pas moins un pays du "rimland", par contre, la Géopolitique ne se résume pas au pragmatisme et au cynisme, il y a une mystique de la Géopolitique mondiale que beaucoup sacrifie à un mythe technocratique de gestion binaire et énergétique globaliste, et la France a un rôle particulier qui dépasse les déterminismes géopolitiques, chose que l'Eurasisme n'a jamais nié, bien au contraire... La nuance est importante mais cela nous entrainerait loin pour un papier qui se veut court.) Cette configuration devient possible pour une raison que je vous laisse juger, après avoir dégueulasser le monde, les États-Unis ont la possibilité de se racheter. Pour se racheter, il faut encore un peu se salir les mains, c'est-à-dire qu'il faut faire du nettoyage, et cette catharsis atlantiste se fera autour de la guerre contre le terrorisme et l'éradication de l'EI, car seule la reprise en main de l'Orient énergétique et de ses carrefours eurasiatiques peut amortir les chocs économiques et financiers de-ci de-là, tout va se jouer sur la façon de faire les choses, de façons atlantistes ou de manière eurasiste, pour le meilleur, ou pour le pire...


 

Pendragon

 

 

Les commentaires sont fermés.